« Perpignan la Catalane » fait place, désormais, à « Perpignan la rayonnante » et son blason retrouve la figure traditionnelle de saint Jean-Baptiste, saint patron historique de la cité catalane. Un choix assumé par la nouvelle équipe municipale et critiqué par les opposants politiques.

Réaction du maire Louis Aliot au micro de Boulevard Voltaire.

 

Le blason de la ville de Perpignan fait peau neuve ou, plutôt, il reprend ses origines. Pourquoi avoir fait ce choix ?

C’est la figure historique de Perpignan et le plus vieil emblème de la ville de Perpignan. Il n’y a pas plus catalan que cet emblème-là pour représenter Perpignan. Il a toujours été associé à la ville.

Il est sur la médaille de la ville que l’on distribue aux visiteurs de marque qui viennent à l’hôtel de ville et il est aussi présent dans l’hôtel de ville. Il fait partie des emblèmes phares de la ville de Perpignan. Je trouve que, dans cette période où l’on perd tous ses repères et où tout le monde s’interroge, il n’est pas mauvais de rappeler notre pour, précisément, se projeter sur l’avenir d’une manière généreuse et de rayonner au-delà de la Catalogne. Personne ne doute que Perpignan soit catalane. Il n’y a que ceux qui veulent voir le petit bout de la lorgnette qui cherchent la querelle et la polémique pour rien.

 

Y a-t-il une forme de provocation ?

 Perpignan est une terre de traditions. Beaucoup d’emblèmes viennent de la . Ils ont été totalement sécularisés et font presque partie des « meubles républicains ». Aujourd’hui, il y a une procession dans Perpignan pour le Vendredi saint qui dure depuis 600 ans : la Sanch. Personne ne la discute et plus personne ne vient nous chercher noise pour tenter de la remettre en question. C’est notre et notre histoire. Ce blason en fait partie.

Ce qui a poussé un certain nombre de mes adversaires politiques à créer la polémique, c’est que j’ai osé détourer le blason d’un liseré bleu blanc rouge. Les catalanistes extrémistes n’en veulent pas. Ils considèrent que la à Perpignan n’a pas sa place. À titre personnel, je trouve cela absolument extravagant de la part de gens qui viennent nous donner des leçons, alors qu’ils sont l’emblème de l’antirépublicanisme.

 

Le problème tient aux liens avec la France davantage qu’avec la religion catholique.

La gauche catalaniste n’est pas contente parce que le liséré bleu blanc rouge apparaît sur le logo.

Les laïcards étaient déjà contre la crèche de Noël. Ils en rajoutent une couche, alors qu’ils savent très bien qu’ici, la frontière est ténue entre le culturel et l’histoire de la religion. Si vous prenez la croix occitane qui se trouve sur le drapeau de la région Occitanie, c’est aussi, qu’on le veuille ou non, l’emblème des comtes de qu’ils avaient pour aller en croisade. Il faut arrêter de jouer. C’est un logo, c’est l’identité de notre mairie, c’est notre nouvelle équipe, notre nouvelle , nos nouvelles ambitions et notre nouveau visuel.

2 avril 2021

Partager
BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

À lire aussi

Louis Aliot : « Il faut sortir de cette situation car on ne va pas rester confinés éternellement »

Pourquoi peut-on ouvrir les supermarchés et pas les musées, s’interroge le maire de …