Cliquez pour acheter

L’Impasse du salut est un roman qui nous parle de nos contemporains et de notre postmodernité mieux que la plupart des essais philosophiques ou sociologiques qui se sont donné pour mission de les décrire. Mais ce n’est pas là son plus grand mérite.

Un bon roman est d’abord un roman que l’on ne lâche pas et qu’on lit sans effort, avide de découvrir la clé du destin d’un personnage auquel l’auteur aura réussi à communiquer une vraie vie et une mystérieuse capacité d’exemplarité. Manne, le personnage pourtant un peu terne et surtout dénué de mobile pour agir, créé par Maximilien Friche possède cet étonnant pouvoir de captiver l’attention du lecteur. À la manière du personnage de Meursault dans L’Étranger, d’Albert Camus, il réussit cette prouesse de fasciner sans jamais divertir ni même intéresser, au sens strict du terme.

Ce jeune retraité sans , sinon quelques vagues et banales “histoires de famille”, va, contre toute attente, incarner le tragique de la condition humaine, le sens de la , du péché et de la rédemption. L’Impasse du salut porte en effet bien son titre. Il y est question d’un salut dans et par la faute. O felix culpa !

La médiocrité du personnage et de l’époque sont comme transfigurés par le crime aussi inattendu que gratuit commis par Renaud Manne. C’est alors, seulement, que ce dernier pourra échapper à ses oripeaux d’homme-robot, se découvrir une âme, une capacité pour le bien comme pour le mal, une voie vers le salut.

Partageant l’analyse lucide et désenchantée de l’homme contemporain des romans de , L’Impasse du salut y ajoute une dimension chrétienne plus explicite qui rappelle aussi bien Dostoïevski que Bernanos.

6 février 2019

Partager
BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

Les commentaires Facebook intégrés aux articles sont désormais inactifs, nous vous invitons désormais à commenter via le module ci-dessus.

À lire aussi

Maurras met son gilet jaune !

Il a perçu et décrit avant tout le monde le divorce du peuple et des élites illégitimes qu…