Editoriaux - Livres - 18 novembre 2019

Livre : Le Hussard retrouve ses facultés, de Bruno Lafourcade – Auda Isarn (coll. Lys noir)

Cliquez pour acheter

Créer une collection de polars de droite fut un premier coup de génie. La doter d’un héros récurrent, dont chaque aventure serait écrite par un auteur différent, en fut un deuxième. Voici donc Julien Ardant, dit le Hussard, qui tient une librairie parisienne au nom superbement insolent : les Décombres.

Entre deux clients stupides, il mène une vie d’aventures au milieu de notre vieux pays en pleine démence sénile. Cette fois, alors qu’il venait habilement de fourguer 6 m2 de David Foenkinos relié cuir à un petit merdeux du tertiaire qui avait « un mur à meubler », il apprend que son amie Lola a disparu à Bordeaux, en plein blocage de fac. Le voici parti, avec son ami Léo le mercenaire, dans le monde fascinant des « non-mixité racisé.e.s », des punks à chien, des ateliers de genre, de la salissure de tout et de la médiocrité du reste. Leur jeunesse, quoi. Ou leur avant-guerre.

Dans ce grand jeu de massacre à l’écriture vive et drôle, Bruno Lafourcade ne compte pas ses cartouches. Il flingue à tour de bras, avec beaucoup de justesse et une très réjouissante férocité, la nullité crasse de notre époque, la bêtise des discours, l’inanité des existences, et l’injustice bien sûr, la terrible injustice qui est faite, par la police et les juges, à ceux qui osent s’élever contre ce torrent pestilentiel. Vous croiserez donc une sexologue équitable qui enlace des arbres, des étudiants de quarante ans qui viennent juste pour casser, deux belles femmes réactionnaires au nom prédestiné, un espion russe, un prof de fac exemplaire au milieu de la chienlit, une pauvre quinqua morte de faim qui drague des migrants : bref, une ménagerie tristement contemporaine aux airs d’asile de fous avec, malgré tout, quelques îlots d’espérance dans l’archipel dit français.

Lisez un bon polar et jetez-vous sur cette aventure en eaux troubles qui se lit d’une traite. Les gauchistes avaient le Poulpe, les « droitards » ont le Hussard. On a les totems qu’on mérite !

À lire aussi

Soldats français morts au Mali : laissons ricaner les charlots…

Pour rigoler à pas cher, il reste encore les piliers de l’ancien monde : la famille, l’éco…