Editoriaux - Livres - Politique - 19 mars 2019

Livre : Ce pays que tu ne connais pas, de François Ruffin

Cliquez pour acheter

François Ruffin est ancien journaliste, réalisateur et actuellement député Insoumis.
Si tout l’oppose à Emmanuel Macron, François Ruffin et lui ont grandi derrière les mêmes grilles du lycée La Providence, à Amiens. Cependant, très vite, leurs chemins se sont séparés ; pour tout dire, ils étaient déjà bien différents dès le départ.

Dans ce livre réquisitoire contre le Président, François Ruffin décrit le lycéen Emmanuel comme déjà un “enfant déraciné”, un enfant trop choyé, trop “privilégié”, “loin de la vraie vie” que François Ruffin dit, lui, avoir vécue.

Le député Insoumis étudie le parcours du jeune prodige Macron, il démontre qu’à chaque étape de sa vie, le futur Président s’est éloigné de son peuple, qu’il en a nié et méconnu les souffrances.

Ce livre, ou plutôt cette grande lettre ouverte, est, vous l’aurez compris, un long réquisitoire contre un Président éloigné de son peuple, trop supérieur, trop loin des préoccupations des gens, des “vraies gens”.

François Ruffin rapporte une série d’anecdotes, au moins une par étape de la brillante carrière du Président. En 2016, il se rend à l’usine Ecopla, menacée de plan social. Les salariés veulent lui faire porter un tee-shirt de soutien à leur cause. « Quelle est votre taille ? » et il répond : « Oh, je ne sais pas trop, ça fait longtemps que je n’achète plus mes habits moi-même. »

Cependant, au-delà de ces justes remontrances, le livre du député de la Somme est empreint d’un arrière-goût amer, une jalousie profonde qui, parfois, met mal à l’aise. Le sentiment qu’Emmanuel Macron exaspère le député par ses réussites est présent à chaque instant de l’ouvrage. Puisque Emmanuel Macron a eu une enfance facile, privilégiée, il est par essence responsable de tous les maux de la société, sa réussite est jalousée, Ruffin semble envieux tout en condamnant ce qu’est le Président.

Il verse aussi dans une vision de la lutte des classes sans aucune nuance, le prolétaire ne peut être compris que par un prolétaire, le bourgeois par un bourgeois. Une éducation privilégiée éloigne automatiquement et irréversiblement de la compréhension du peuple, du « vrai peuple », comme des « vraies » gens. Le cas d’Emmanuel Macron est, en effet, un bon exemple pour François Ruffin, on fait difficilement plus déconnecté mais ce dernier tend constamment vers la généralisation.

Lui, il est de cette France-là, de cette France qui se lève tôt pour aller travailler, de cette France qui n’a plus rien dès le 15 du mois, de cette France des oubliés. Alors, peut-être en est-il, sûrement même, mais ce n’est pas ce qui fait sa légitimité à représenter les Français.

Car c’est bien le fond de cette lettre. François Ruffin est extrêmement ambitieux, s’il décrie le Président il veut être à sa place ; toute sa vie, il a voulu l’être. Ce livre le place, en l’opposant, au même niveau qu’Emmanuel Macron. Ce livre est une manière de dire “Je suis légitime, car venant d’une classe populaire”, à être l’opposant du Président des riches Emmanuel Macron.

Car Ruffin est très populaire et il le sait. Parmi les sympathisants de gauche, il arrive en tête, devant Jean-Luc Mélenchon, selon le dernier sondage IFOP.

Mais François Ruffin, oublie une chose : ce n’est pas en opposant les classes entre elles que la situation de la classe populaire s’améliorera. La vision de problématiques propres à chaque classe est pertinente, sa traduction, sa motivation dans une politique est contre-productive, voire criminelle pour la classe populaire qui en sortira toujours perdante, il faut une alliance, une convergence entre les classes pour arriver au bien commun.

À lire aussi

Symphonia, l’épopée musicale

Ce spectacle est une véritable bouffée d’air frais dans un monde du spectacle aujourd’hui …