L’immigration, chance pour la France ou fardeau économique ?

Le Figaro présente une étude fondamentale : 2,85 millions de jeunes entre 15 et 34 ans ne sont pas en formation dans un établissement scolaire et ne travaillent pas, bref, sont totalement désœuvrés. Parmi eux, 40 % environ sont nés à l’étranger (500.000, dont 330.000 hors Union européenne) ou ont un parent né à l’étranger (590.000). Nous avons, ainsi, 25 % des jeunes issus de l’immigration qui sont inoccupés, contre 15,4 % chez les natifs de natifs (nés en France de parents nés en France).

Comme l’université est gratuite ou presque (contrairement à l’Angleterre), sans sélection comme en Allemagne ou en Espagne, que le bac est « donné », ces chiffres traduisent un chômage catastrophique chez les jeunes. Quand ils ont épuisé leurs deux à quatre années d’études possibles dans les facultés, ils ne trouvent aucun travail. En Allemagne, il n’y a que 7 % des jeunes natifs de natifs sans occupation, contre 10 % des jeunes immigrés. La situation est la même dans beaucoup de pays membres de l’Union européenne.

Selon l’INSEE, il y a 560.000 jeunes entre 15 et 34 ans nés hors de l’Union européenne. Parmi ces 560.000, 58 % ne suivent aucunes études ou sont au chômage. Un taux épouvantable. D’après le même INSEE, 25 % des étrangers (Union européenne comprise) sont sans emploi, contre 9 % pour des natifs nés de natifs, soit pour un taux de chômage de 33 % pour ceux qui sont nés hors de l’Union européenne (les Européens ont un taux de chômage semblable aux natifs de natifs). Une partie des immigrés finissent par trouver du travail, mais tardivement, après des années sans emploi.

L’immigration est souvent présentée comme nécessaire pour nos comptes sociaux : les immigrés paieraient les retraites et les soins des personnes âgées. Or, on ne voit pas comment des jeunes dans la force de l’âge, sans formation et/ou sans travail, pourraient contribuer à soutenir notre système social. Selon des économistes cités par Douglas Murray, dans L’Étrange suicide de l’Europe, la Grande-Bretagne dépenserait dix-huit milliards d’euros par an pour les immigrés. Qu’en est-il en France ? Nous sommes déjà à deux milliards, rien que pour l’entretien des jeunes mineurs isolés, et pratiquement un milliard pour l’aide médicale d’État. Des coûts qui augmentent d’année en année, sans aucune maîtrise.

Prenons conscience de cette réalité dérangeante : si nous renvoyions chez eux tous ceux à qui l’asile est refusée et si nous leur versions à vie 10 % du RSA, ils recevraient plus que le salaire moyen de leur pays et nous économiserions près d’une dizaine de milliards d’euros par an ! Je ne critique pas les immigrés. Ils ont tout à fait raison de profiter de ce système et de fuir la misère de leur pays d’origine. Mais j’en veux à tous ceux qui s’illusionnent ou nous mentent sciemment à longueur de colonnes : l’immigration n’est pas une chance mais un fardeau économique pour la France.

À lire aussi

La suppression de la taxe d’habitation met aussi les départements dans une situation financière délicate

À la fin de ce jeu de bonneteau fiscal, le contribuable paiera bien la suppression de la t…