Editoriaux - People - Société - 1 mars 2019

Liam Neeson, un raciste ?

Liam Neeson ne doit pas comprendre ce qui lui arrive. Cloué au pilori pour avoir raconté à The Independent, début février, avoir eu des envies de meurtre après la confidence d’une amie proche qui lui apprenait avoir été violée par un homme noir. Liam Neeson a-t-il flingué sa carrière ?

C’est en abordant la vengeance, le thème de son dernier film Sang-froid, qu’il s’est soudain rappelé sa réaction de colère après l’agression de son amie. Alors, qu’est-ce qu’il lui a pris, au héros de La Liste de Schindler, pendant “peut-être une semaine” ? Armé d’une “matraque”, il arpentait les rues “en espérant qu’un “bâtard noir” sortirait d’un pub pour [lui] chercher des noises. Comme ça, [il aurait] pu le tuer”. Eh bien, non seulement – et fort heureusement – il n’a pas commis l’irréparable mais il en a “honte”. “C’est horrible, horrible quand j’y repense, d’avoir fait ça”, dit-il, bouleversé, lors de l’interview. Il n’en avait jamais parlé et “j’en parle à un journaliste. Que Dieu me pardonne.” La meute hurlante pétrie de bien-pensance, elle, ne l’entend pas de cette oreille.

Les chiens de garde de l’antiracisme se sont donc mis en chasse. Mais si, Liam Neeson est raciste. La preuve, en 2014 déjà, il avait osé dire, en illustration du film Non-Stop : “On fait tous du profilage racial. C’est horrible à admettre, mais on le fait tous. Moi, je sais que je le fais.” Liam Neeson se référait-il aux études (rapportées par L’Express, en 2014, justement) qui révèlent que si les Afro-Américains représentent 13,6 % de la population, ils représentent 40 % de la population carcérale ? Sans doute pas, mais l’interprète de Taken vit aux États-Unis, l’un des pays multiraciaux, à la réputation de violence non usurpée.

Mais revenons à Liam face à son amie violée. Comment, il lui avait demandé des détails physiques et de quelle couleur était son violeur, quel raciste ! Mais quelles questions les policiers américains posaient-ils, et posent-ils encore, à une victime, aux éventuels témoins, dans ce genre de situation ? Comment attraper malfaiteurs, agresseurs si la description de leurs phénotypes est considérée comme une parole raciste ? Et c’est même le devoir de tout policier, dans n’importe quelle contrée du monde où vivent différentes ethnies, de s’enquérir immédiatement, lors d’une plainte, en plus de l’âge, de la taille, de la corpulence, de la couleur de peau mais aussi du type ethnique d’une personne recherchée ! Et ce, sans aucune arrière-pensée.

Des stars le défendent ? Whoopi Goldberg, de gauche assumée, assure que son vieil ami Liam n’est “ni raciste ni haineux” et même… qu’elle comprend sa réaction. Des réalisateurs le connaissent comme “le comédien le plus humain, le plus gentil, le plus prévenant […] ou encore comme un homme incroyable dont la force réside dans son humanité”. Rien n’y fait. Présentation de Sang-Froid annulée, apparemment boycott du film sorti en salles mercredi, dont le nombre d’entrées ne décolle pas. Le lynchage est total.

La carrière cinématographique de ce formidable acteur, de cet homme dont l’humanité n’est pas à démontrer, parce qu’il comprend “ce besoin primaire de vengeance” qu’il condamne sans réserve, précisant même qu’il ne mène qu’à “plus de vengeance”, va-t-elle s’arrêter net, tout cela à cause d’un comportement imbécile dont il se repent amèrement, qui remonte, en plus… à quarante ans ?

De quoi s’est rendu coupable Liam Neeson, finalement ? D’avoir souhaité des raisons de tuer un Noir sans l’avoir fait parce qu’à l’époque, imbécile fougueux, « [il essayait] de faire preuve d’honneur » ou, par les temps qui courent, d’être coupable d’une bien naïve sincérité ? Ce qui, il faut le reconnaître, tend à prouver qu’il n’a strictement rien du raciste que certains voient en lui…

À lire aussi

Nick Conrad récidive avec un clip immonde : après tout, pourquoi se gênerait-il ?

Figure de style, métaphore, stylisation, de l'art, quoi. …