Il y a quatre cent cinquante ans jour pour jour, l’Europe remportait l’une des plus belles et des plus gigantesques batailles navales de l’Histoire. Il y a quatre cent cinquante ans jour pour jour, elle recouvrait sa supériorité en mer Méditerranée et mettait un coup d’arrêt à l’expansion ottomane. Il y a quatre cent cinquante ans, enfin, on assistait, à Lépante, au succès retentissant de la Sainte Ligue sur l’Empire ottoman : une victoire sans précédent, une victoire qui a su changer le visage de l’Histoire, mais une victoire qu’on ne célèbrera pas ! Le succès d’une civilisation chrétienne sur une puissance musulmane serait-il, aujourd’hui, un événement qui dérange ?

Par son ampleur, Lépante est d’abord une des plus grandes batailles navales que le monde ait connues : à l’aube du 7 octobre 1571, ce sont près de deux cent treize galères espagnoles et vénitiennes et trois cents navires turcs qui s’affrontent sur le golfe de Patras. La côte occidentale de la Grèce est ainsi le théâtre où s’affrontent, au-delà des hommes, deux puissances, et, au-delà des puissances, deux civilisations. Mise en péril par l’expansion ottomane qui commence à grignoter ses territoires et à s’imposer en Méditerranée, l’Europe se lève. Et l’historien Jean-Pierre Bois affirme que si la flotte chrétienne est inférieure en nombre, sa supériorité réside en sa ferveur religieuse qui permet aux troupes de croire en une victoire sur l’Empire ottoman dont la puissance n’est plus à établir, et de vaincre.

Par son issue, la journée du 7 octobre est, enfin, un tournant dans l’Histoire : elle met fin à l’expansionnisme ottoman et réaffirme la supériorité de l’Europe sur une puissance qu’on commençait à croire invincible. Comme on le disait alors, « on a coupé la barbe du sultan ! »

Pourquoi donc ce formidable succès ne serait-il pas mis à l’honneur pour son quatre-cent-cinquantième anniversaire ? Notre Europe du « vivre ensemble » et de la laïcité semble vouloir laisser Lépante au fond des archives, et elle n’a pas tort : commémorer le 7 octobre, c’est, en effet, commémorer une Europe combattante qui se lève pour défendre son identité et ses valeurs. En somme, commémorer Lépante, c’est commémorer la civilisation chrétienne que nos territoires ont fait naître. Célébrer la victoire chrétienne, c’est célébrer tout ce que notre Europe s’est appliquée à détruire pierre par pierre, c’est sortir du tombeau l’ancienne Europe, comme pour donner une leçon à celle qui l’y a mise.

 

 

 

6 octobre 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

5 8 votes
Votre avis ?
54 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires