Editoriaux - Religion - Société - Tribune - 11 novembre 2019

Les évêques de France ont choisi le 10 novembre pour défendre le « foulard » islamique : bravo, Messeigneurs !

Il ne faut pas confondre musulmans et islamistes radicaux. De même, il ne faut pas confondre catholiques et évêques de France. Il y a ceux qui croient et ceux qui parlent et agissent au nom de ceux qui croient.

Ainsi le président de la Conférence des évêques, Éric de Moulins-Beaufort, a regretté, dimanche 10 novembre, les « crispations » de ces dernières semaines « autour des foulards » des femmes musulmanes. « Le pays vient de vivre un épisode de plus de crispations autour des foulards portés par des femmes musulmanes », a déclaré l’archevêque de Reims, lors du discours de clôture de l’assemblée plénière des évêques à Lourdes.

Notons l’emploi du terme « foulard » et non celui de voile islamique. Un foulard, c’est léger, coloré, transparent, aérien, ça évoque un film bien de chez nous des années soixante avec Brigitte Bardot. Rien à voir avec un voile islamique, opaque et bien fermé. Un évêque, ça ne remarque pas des détails vestimentaires féminins comme ça, forcément, n’est-ce pas. Mais un évêque tient des paroles importantes, surtout en clôture de la Conférence épiscopale de France, des paroles si lénifiantes, si apaisantes qu’elles en sont inexactes.

Puis, prétendant que « nombre de nos concitoyens d’origine nord-africaine ou subsahélienne ont quelques raisons de ne pas faire entière confiance à notre fraternité française », il a appelé à ce qu’« il y ait davantage de rencontres entre des familles musulmanes et des familles chrétiennes ».

Croyants de toutes obédiences, unissez-vous ? Comme naguère les prolétaires de tous les pays ?

Et puis, Français, comme vous êtes si peu fraternels ? Plus de 200 morts, un nombre incalculable de vies brisées, mais quel rapport ?

Allons, venez, Monsieur l’Évêque, je vais vous expliquer ! En attendant, votre avenir s’annonce radieux au Vatican !

À lire aussi

Immigration : les paroles et les actes

Le camp du bien, c’est eux, ils décident. Les gouvernements libyen et français doivent s’e…