La Virginie est entièrement démocrate depuis 13 ans et l’actuel président des États-Unis y a officiellement gagné avec une large avance, le 3 novembre dernier.

Hier, c’était un tout autre scrutin qui se jouait dans cet État : les citoyens étaient appelés à désigner leur futur gouverneur. Le candidat démocrate, Terry McAuliffe, avait reçu un soutien puissant de la Maison-Blanche et de Barack Obama. Il ne pouvait pas perdre. Pas dans cet État.

Et pourtant, Glenn Youngkin, son opposant républicain, adoubé par l’ancien président Donald Trump, a triomphé cette nuit avec facilité. Trois grandes raisons méritent d’être brièvement évoquées.

    Le rejet sans réserve de la actuelle

    Chaque jour apporte son lot de décisions absurdes prouvant l’incompétence et la perversité de l’actuelle administration fédérale : dépenses budgétaires incontrôlées, explosion de la masse monétaire, record, emballement des prix à la pompe, rupture de la chaîne d’approvisionnement et pénuries, élévation prévue des impôts, franchissement illégal de la frontière sud du pays par près d’un million de migrants, retrait catastrophique de l’Afghanistan, menace de l’Iran…
    Pourquoi choisir un gouverneur appartenant au parti à l’origine de ce chaos ?

    Le refus d’un totalitarisme sanitaire

    Les États démocrates ont largement surexploité le virus pour réduire les libertés pourtant fondamentales des Américains sans afficher des résultats meilleurs que les Etats demeurés libres : obligatoires même pour les enfants, limitation des déplacements, destruction de l’économie, culte du expérimental…
    Généralement, les électeurs n’aiment pas trop se tirer une balle dans le pied et on les comprend.

    La gauche obsédée par la question raciale

    Les démocrates n’ont eu de cesse de créer des divisions au sein de la population en plaçant le sujet au cœur des débats. En faisant, notamment, la promotion de la théorie critique de la race qu’ils ont même introduite dans les programmes scolaires, un grand nombre de parents se sont braqués. Cette obsession déplaît et révèle un côté malsain de la gauche actuelle. Même les minorités raciales apprécieraient qu’on ne leur rappelle pas constamment leur couleur de peau. Chacun aspire à une apaisée où les individus sont valorisés selon leurs capacités et talents. Oublions un peu l’épiderme.
    Et puis, entre nous, rappeler sans relâche aux électeurs qu’ils sont des suprémacistes blancs coupables de tous les maux de la Terre n’est pas forcément la meilleure façon de faire campagne…
    De leur côté, se positionnent plutôt en faveur du respect des libertés, de l’apaisement, de la modération budgétaire et de stimulation de l'économie. Un contraste saisissant.
    Bref, le basculement de la Virginie dans le camp des républicains est un signe encourageant pour les élections de mi-mandat dans un an. De quoi redonner espoir au peuple américain. Il en a bien besoin.

     

     

4 novembre 2021

Partager

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

5 11 votes
Votre avis ?
25 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires