Le 13 septembre à 9 heures, le Pr Christian Perronne était convoqué devant la chambre disciplinaire de l’Ordre des médecins. Pourquoi ce spécialiste des pathologies tropicales et des maladies infectieuses émergentes, ancien chef de service des maladies infectieuses de l’hôpital Raymond-Poincaré de Garches (jusqu’en 2020, date à laquelle Martin Hirsch lui fait retirer sa chefferie, premier train de sanctions), ce chercheur mondialement reconnu dans la recherche des traitements de la maladie de Lyme, cet ancien conseiller de l’OMS pour les politiques vaccinales, cet ancien président de la Commission des maladies transmissibles du Haut Conseil de la santé publique, était-il sommé de se présenter devant un jury disciplinaire du conseil de l’Ordre ? Pour un homme qui a connu charges, honneurs et responsabilités, à la réputation établie de droiture et d’intégrité, c’est plutôt inhabituel.

Selon Le Figaro, qui a révélé l'initiative du conseil de l'Ordre, « cette instruction fait suite à ses propos tenus dans les médias dans le cadre de la promotion de son livre réquisitoire sur la gestion de la crise du Covid-19 (Y a-t-il une erreur qu'ILS n'ont pas commise ? Albin Michel). Le médecin a notamment affirmé sur BFM TV que l'hydroxychloroquine aurait permis d'éviter 25.000 si elle avait été prescrite plus massivement en France. Il a aussi accusé des médecins du CHU de Nantes d'avoir "laissé crever son beau-frère" en refusant de lui prescrire le traitement recommandé par le Pr Didier Raoult. »

Pour le professeur Perronne, c’est la liberté de prescrire qu’il entendait défendre contre ce qu’il estimait être l’établissement d’une médecine d’État, d’une vérité scientifique officielle et indiscutable : affrontement de deux visions de la médecine.

Mais c’est plus qu’une querelle de mandarins. Le professeur Perronne a en effet évoqué à de nombreuses reprises les liens entre médical – soignants et chercheurs – et l’industrie pharmaceutique, ce qui pourrait peser sur les options de soins et, plus largement, sur les politiques publiques en matière sanitaire.

À la sortie de l’audience, son avocat a expliqué devant des dizaines de manifestants venus soutenir son client sa ligne de défense : « Les débats ont duré trois heures [...] mais il a été démontré, je pense, que le Pr Perronne, dans le cadre de toutes ses interventions médiatiques, n’a fait qu’user de son droit fondamental à la liberté d’expression. [...] Si le Pr Perronne devait être sanctionné, cela voudrait dire que dans notre pays, tout le monde, un simple citoyen, un simple syndicaliste, peut critiquer la du gouvernement sauf les médecins dès lors que la politique du gouvernement concerne une crise de santé publique. Cela serait gravissime [...]. » Le professeur Perronne, quant à lui, rapporte une discussion calme et sereine avec les membres du jury, expliquant que « la déontologie médicale, c’est être au service des malades », ce qu’il revendique avoir fait durant toute sa carrière.

On notera que la branche FO du Syndicat national des médecins hospitaliers a publié un communiqué de soutien. « Le Pr Perronne conserve le soutien de tous ceux qui restent attachés aux valeurs humanistes de la médecine et qui agissent dans ce sens de mille manières, malgré des temps troublés », est-il écrit dans ce communiqué voté à l’unanimité. Contacté par le servie CheckNews de , le secrétaire général du SNMH-FO enfonce le clou : « Face à la caporalisation de la médecine par l’État, telle que nous avons pu l’observer lors de la dernière crise, notre rôle, en tant que syndicat, est de défendre l’indépendance des praticiens hospitaliers », avance Cyril Venet.

Le verdict est attendu dans le courant du mois d’octobre.

10967 vues

14 septembre 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

43 commentaires

  1. Je respecte le Pr Peronne mais il a eu tort d’affirmer que le traitement par l’hydroxychloroquine permettait de guérir du Covid alors que des publications de plus en plus nombreuses démontraient la fausseté de cette affirmation. Tout le monde peut se tromper mais il est stupide de persister dans l’erreur et surtout de critiquer parfois violemment ceux qui ne sont pas de votre avis. En tant que médecin, le Pr Peronne aurait pu m’induire en erreur et, de ce fait, je trouve parfaitement normal qu’il passe devant le conseil disciplinaire de notre Ordre. Qu’en sortira-t-il ? Nous le verrons bien (mais un blâme devrait être le minimum).

  2. « Le Pr Perronne face à ses pairs du conseil de l’Ordre des médecins » Pas face à ses pairs, car aucun ne lui arrive à la cheville. C’est pourquoi cette convocation, qui flirte avec l’illégalité, semble aussi entachée d’un soupçon de jalousie et de volonté de nuire. Ceci confirme que l’Ordre, chargé de veiller au respect de la déontologie, a dérapé vers l’obéissance servile aux autorités.

  3. La censure et la dictature des idées de qualité (celles que le gouvernement agrée bien sûr pas les idées libres d’hyper spécialistes) sont bien là en ce moment ……
    je m’étrangle de colère !!!!

  4. Soutien confraternel au Pr Perronne, et honte à tous ceux qui, depuis deux ans, trahissent le serment d’Hippocrate.

  5. Ouf, j’ai lu dans les nouvelles de la propagande qu’il était soutenu par l’extrême droite antivax. Je me sens rassuré.

  6. Le professeur Peronne est plus que respectable a mes yeux. Dés que je ĺ’ai vu a la télévision,
    J’ai compris que cet homme était plein d’humanité, et évidemment très compétent.
    Battez vous Monsieur contre ces soi-disant experts.

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter