Le compte à rebours a démarré : nous sommes à J-25. Le 11 mai, qu’il a dit, le Président. Il paraît qu’en annonçant cette date, il en a surpris plus d’un. Certes, Christophe Castaner, le lendemain, a dit aux Français de tout de suite calmer leur joie : « Le déconfinement, le 11 mai, n’est pas une certitude mais un objectif. » Mais J-25 quand même.

Certes, il est question de proroger l’emprisonnement de plusieurs millions de Français qui ont le malheur d’avoir plus de 70 ans. Avouons que ceux-là payent cher d’avoir voté Macron dans leur immense majorité en 2017. Après leur avoir piqué leurs sous en augmentant la CSG, on envisage de leur voler leur liberté. Pour leur bien, ça va sans dire. Mais J-25 quand même. Tic-tac, tic-tac… On va rouvrir écoles, collèges et lycées « progressivement » : qu’est-ce que ça veut dire ? On ne sait pas vraiment. Et pourquoi ? Parce qu’on ne peut pas prolonger les situations d’inégalité, la déscolarisation touchant plus gravement les enfants issus de familles modestes que les autres. L’égalité plus forte que la santé ? Ce qui est écrit sur le fronton des mairies n’est pas fait pour les chiens. L’Ordre des médecins alerte du risque sanitaire que l’on fait courir à la population, des élus locaux assurent qu’ils ne rouvriront pas leurs écoles le 11 mai. J-25. Tic-tac, tic-tac…

Et maintenant, voici que le ministre de la Culture, confiné jusqu’alors dans un silence de bon aloi, entre en scène. Franck Riester (c’est le nom du ministre de la Culture, au cas où certains croiraient que c’est encore Jack Lang) vient d’annoncer que certains « petits festivals » pourraient se tenir à partir du 11 mai. Question : c’est quoi, au juste, un « petit festival » ? On ne sait pas vraiment, mais explique, dans un charabia qui doit faire se retourner dans leur tombe Malraux, Druon et Lang (non, pardon, lui, il bouge encore) : « Si des festivals sont adaptés à des jauges petites et qu’il n’y a pas de problème de sécurité, nous les accompagnerons. » Il est vrai qu’avant de se reconvertir dans la culture, fut marchand de bagnoles. Toujours, dans le même temps, on maintiendrait cafés, restaurants, hôtels fermés ? Un festival sans cafés, sans restaurants, sans hôtels, c’est quoi, exactement ? À vous de jauger !

Puisque nous sommes à la page culture… La lignée du Guépard était issue des amours magnifiques de l’empereur Titus et de la reine Bérénice. Tout sait ça. Les princes qui nous gouvernent aujourd’hui semblent, eux, issus des amours improbables du roi Ubu et du roi Pétaud, progrès de la science aidant, sans doute. J-25…

16 avril 2020

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.