La télé ne serait donc plus ce qu’elle était pour les Français. C’est ce qui ressort d’un article du Figaro, publié le 8 mai. « En avril, le temps passé devant le petit écran a sévèrement décroché. Il s’est élevé à 3 h 27 en moyenne par jour, selon les chiffres de Médiamétrie. Soit 32 minutes de moins qu’il y a un an et 13 minutes de moins qu’en avril 2019… » Jusqu’où ira cette dégringolade ? Vous me direz : trois heures et demie collé devant le petit écran, c’est déjà pas mal dans une journée qui ne compte que 24 heures pour les gens normaux comme vous et moi. Mais cela a sans doute de quoi inquiéter les « faiseurs d’opinion ».

Il est vrai qu'on ne peut pas se payer trop souvent le luxe d’un Grand Confinement : 4 h 40 en moyenne par personne et par jour, en avril 2020 ! Le décompte des malades du Covid par le bon docteur Salomon faisait plus recette que le Schmilblick de Guy Lux sous Pompidou. Que du bonheur pour la télé, oserait-on dire. Le malheur des uns faisant le bonheur des autres, de ce point de vue, la pandémie fut une aubaine qui eut son effet. Du reste, on ne dira jamais assez le rôle pédagogique de la télé. inutile, masque indispensable, masque obligatoire : toutes les nuances de masques défilèrent à l'écran. Un clou chassant l’autre, le spectacle en continu s’attacha à inoculer dans l’esprit des Français le réflexe « gestes barrières », forcément citoyen. Donc, la télé, c’est bien. Sous Pompidou (encore), on aurait dit « c’est bath ». C’est bath parce qu’on peut toucher un maximum de gens en un minimum de temps. Au début de la Ve, c’était même plus que bath, c’était carrément épatant : une seule chaîne. Fastoche ! En 1965, pour la première élection au suffrage universel, le n’eut d’ailleurs pas trop à se fatiguer pour faire campagne.

Après, les choses se compliquèrent : la deuxième puis la troisième chaîne, puis, dans les années 80, l’explosion cathodique. Mais le pli avait été pris : on regardait la télé, comme autrefois on faisait la veillée des chaumières ou des châteaux. Certes, on avait ses petites habitudes, un peu comme jadis, quand on allait à la messe et que chacun prenait sa place, qui sous la chaire, qui sous la statue du curé d’Ars, un peu aussi comme pour la bagnole (ceux qui sont Renault ou Citroën par tradition familiale), alors on était plutôt ou Antenne 2, mais l’on restait fidèle au poste. « Questions pour un champion » à l'heure vespérale, le journal de 20 h 00 de PPDA, le film du dimanche soir pour pas trop se prendre la tête car, demain, y a école, etc. Comme le petit monde des médias sort à peu près du même moule, les choses restaient gérables. Certes, il y avait bien quelques nuances : le fameux « esprit Canal », par exemple, mais bon, globalement, tout ça tirait dans le même sens et nous fabriquait, à coups de taxe audio et de pub, de belles générations de Français qui éliraient un jour un Emmanuel Macron.

Le problème, aujourd’hui, c’est que si les Français passent encore plus de trois heures par jour devant leur télé, l’écart se creuse entre les générations. Grosso modo, les jeunes regardent de moins en moins la télé quand les « vieux » la regardent de plus en plus. « Depuis dix ans en prime time, la télévision a perdu 31 % de son audience auprès des ménagères de moins de 50 ans et des 25-49 ans », rapporte le cadre d’une chaîne au Figaro. Les jeunes vont voir ailleurs, évidemment. Pour paraphraser la délicieuse Mme Mado, dans Les Tontons flingueurs, au lieu de descendre après le dîner regarder la télé avec papa-maman, ils restent devant leur écran d'ordinateur ou de téléphone… Histoire de voir si, par hasard, ils ne seraient pas un peu l’homme ou la femme du XXIe siècle. D'où, peut-être, l'ardeur de nos dirigeants pour accentuer le contrôle sur le Web…

9 mai 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

5 7 votes
Votre avis ?
51 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires