La mouvance Antifa est-elle une « organisation terroriste internationale » ?

black-blocs-antifas-davocratie-588x330

Janez Janša, Premier ministre de Slovénie, pays d’origine de l’ancienne première dame Melania Trump, a qualifié le groupe extrémiste d’extrême gauche Antifa d’« organisation terroriste internationale » à la suite de violences en France au cours du week-end.

Le Premier ministre Janša a fait ses commentaires sur le réseau social Twitter, déclarant : « Antifa est une organisation terroriste mondiale, soutenue par des spéculateurs financiers qui profitent du chaos causé par l’opération. » Une allusion probable à l'homme d'affaires et milliardaire américain d'origine hongroise Georges Soros.

Le leader slovène réagissait à un tweet du journaliste américain spécialiste des antifas Andy Ngo. Andy Ngo soulignait les violences liées à la présence de Zemmour pendant le week-end dans la ville française de Nantes. « Les extrémistes de gauche tentent de perturber une réunion de l’écrivain conservateur et espoir présidentiel français Éric Zemmour », rapporte Chris Tomlinson, dans Breitbart London Europe. Andy Ngo, qui est l’auteur de Unmasked: Inside Antifa’s Radical Plan to Destroy Democracy (Démasqués chez Ring, éditeur de la version française) précise que Zemmour, qui a participé à l'émission d’actualités télévisées Face à l’Info sur CNews, a été surnommé le Tucker Carlson français, du nom d'un célèbre journaliste américain qui officie sur Foxnews.

L'organisation joue de manière évidente sur la peur, sur la terreur pour dissuader ses opposants politiques. Selon Le Figaro, environ 600 extrémistes d’extrême gauche se sont rassemblés à Nantes pour s’opposer à Zemmour, samedi, et se confronter à la police. Vendredi, deux types d'affiches hostiles à Éric Zemmour avaient été placardées dans la ville de Nantes, en prévision de son arrivée, relate Le Figaro. Sur l'une d'elles, le polémiste était dessiné avec un sigle « Wanted » et une mire d'arme à feu sur le front. Sur l'autre figurait une invitation à venir manifester « contre le fascisme », ce samedi, sur le parking du Zénith. Après ce qu'il qualifie d'« appels au meurtre contre Éric Zemmour », son avocat, Maître Olivier Pardo, a annoncé avoir saisi le procureur de la République.

« Nous savons qui était Joseph Staline, nous savons les centaines de milliers de morts qu’il a causées, ces gens ne sont que ses descendants éloignés », a déclaré Zemmour.

Le Premier ministre Janez Janša n’est pas le premier leader dans le monde à qualifier Antifa de groupe terroriste. L’ancien président des États-Unis, Donald J. Trump a exhorté l’ancien secrétaire d’État Mike Pompeo à désigner Antifa comme groupe terroriste au début de l’année, peu avant de quitter le pouvoir. « Ces actes violents minent les droits des manifestants pacifiques et détruisent la vie, la liberté et les biens du peuple de cette nation », concluait-il, « surtout les plus vulnérables ».

L’année précédente, l’ancien procureur général des États-Unis, William Barr, avait déclaré que des membres d’Antifa étaient impliqués dans des actes de violence qui équivalaient à du terrorisme national. « La violence provoquée et perpétrée par Antifa et d’autres groupes similaires en lien avec les émeutes est du terrorisme interne et sera traitée en conséquence », avait déclaré M. Barr.

En 2019, lorsque Trump président des Etats-Unis a parlé pour la première fois d’Antifa comme d’un groupe terroriste, des personnalités de gauche en Europe, en particulier les Jeunes Verts et Die Linke (parti d’extrême gauche) en Allemagne, ont réagi en déclarant sans vergogne leur soutien au groupe extrémiste.

Thierry Martin
Thierry Martin
Auteur, dirigeant d’entreprise, sociologue de formation

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois