La France, pays de la liberté ? Euh… vous y croyez encore, vous, lecteur de ce site dont la devise est, justement, « La liberté guide nos pas » ? Guide-t-elle ceux du Président ? La question se pose, quand on voit avec quelle unanimité la majorité vote des lois liberticides. Des lois qui veulent encadrer notre vie de tous les jours, qui font appel le plus souvent à l’odieux principe de précaution. Un principe qui nous interdit de vivre comme nous le voulons.

Certes, nous ne sommes pas en Corée du Nord ou en Iran, mais, chaque jour, on réglemente un peu plus notre vie quotidienne.

Bientôt, les enfants pourront sans doute dénoncer leurs parents s’ils leur donnent une fessée. On a connu ça ailleurs, en d’autres temps, pour d’autres raisons. Attention à la nouvelle génération de radars qui vous photographieront si vous n’êtes pas attaché, si vous téléphonez, si vous avez dépassé la vitesse autorisée. Demain, ces radars enregistreront vos voix.

Attention, aussi, à ce que vous pensez. Si, par exemple, vous soutenez les Identitaires ou si vous avez le malheur d’appartenir à l’un de ces groupuscules dits d’extrême . Un rapport parlementaire de 526 pages, pas moins (fruit d’une longue commission d’enquête présidée par LFI et dont le rapporteur appartient à ), a tout plein d’idées sur le sujet. Ces députés, du reste, n’ont travaillé que sur la droite, se gardant bien de s’intéresser aux groupuscules genre , aux et aux antisémites.

Attention, aussi, à la . Ils sont une dizaine de milliardaires à contrôler nos et à pouvoir formater nos cerveaux comme ils l’entendent avec la complicité de journalistes en majorité de gauche.

Mais maintenant, c’est carrément la loi de 1881 que l’on veut retoucher ; sous prétexte de l’améliorer, bien sûr. Il s’agirait de sortir de cette loi l’injure et la diffamation. Inquiétant. Au point que sociétés et syndicats de journalistes ont alerté les parlementaires sur l’entrave à la liberté d’informer que constituerait cette réforme. Et la future loi Avia qui veut renforcer la lutte contre la haine en ligne… Mission sera donnée aux plates-formes de supprimer tous les contenus que leurs scribes ou robots jugeraient contraires à leur vision du monde.

Attention à ce que vous dites. Émettre seulement l’hypothèse que l’incendie de aurait pu, peut-être, être criminel frise l’hérésie, le blasphème. On appelle cela « complotisme ».

Sommes-nous libres de dire que nous ne sommes pas libres ou, tout du moins, de moins en moins libres ? Simone de Beauvoir disait : « Une liberté qui ne s’emploie qu’à nier la liberté doit être niée. » Je dirais, pour ma part, au vu de l’encadrement de plus en plus serré de nos faits, gestes et écrits : « Une liberté qui s’emploie à protéger doit être niée. »

7 juillet 2019

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 10 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

À lire aussi

Masque en extérieur : on a l’air de quoi ?

Pasteur précise que 8 contaminations sur 10 l'ont été dans un espace mal aéré. …