Avec l’attentat de Conflans-Saint-Honorine qui a coûté la vie à Samuel Paty dans les conditions abominables que l’on sait, une personnalité se détache en marge de cette affaire : Abdelhakim Sefrioui. Qui est-il ? Réponses de Joachim Veliocas au micro de Boulevard Voltaire.

Une personnalité se détache, Abdelhakim Sefrioui, de l’attentat de Conflans-Sainte-Honorine. Il est inconnu du grand public, c’est pourtant un radicalisé notoire qui catalyse les haines en toute impunité sur le sol français. Il avait médiatisé auprès de la communauté musulmane l’appel à la fatwa contre Samuel Paty. Qui est cette personnalité ?

Depuis les années 2000, il milite de toutes les manières possibles. Il avait créé un petit collectif. Ils allaient partout et étaient vraiment très actifs. Ce collectif s’appelait Cheikh Yassine, du nom du chef fondateur du Hamas qui avait été neutralisé en 2003 par Israël. Il faut savoir que Cheikh Yassine a commandité des attentats terroristes en Israël. On se souvient de la discothèque Le Dolphinarium, à Tel Aviv. Le Hamas avait mis des bombes et avait tué des dizaines et des dizaines de civils. Il était d’accord pour mettre des bombes dans les bus en Israël. Lorsqu’on se réclame du Cheikh Yassine, on est d’accord sur le terrorisme. C’est incompréhensible qu’on le laisse, depuis les années 2000, organiser des manifestations contre le voile à l’école, contre la loi interdisant le niqab en 2020. Il avait même manifesté devant la grande mosquée de Paris. Cette personne est née à l’étranger, mais il est marié à une Française. S’il y avait un minimum de volonté politique, on pourrait très bien l’expulser.

On s’intéresse à lui car cette affaire a révélé le « scandale » d’un professeur qui montre les caricatures de Mahomet à des élèves en demandant aux musulmans qui pourraient être choqués de sortir ou de se cacher les yeux ou que sais-je encore. Entre le scandale et l’attentat, la personne qui tient le couteau et qui va tuer l’infidèle, il y a toute une chaîne au milieu. On peut citer le CCIF, la personne dont on vient de parler. Ces gens sont-ils complices directement ou indirectement de ces attentats ?

La mosquée de Pantin a relayé cet appel à s’insurger contre ce professeur. La mosquée de Pantin est dirigée par le secrétaire général d’une grosse fédération de mosquées en Seine-Saint-Denis, l’UAM-93, l’Union des associations musulmanes du 93, qui regroupe trente mosquées. Lorsqu’on va sur le site de cette fédération de mosquées, ils disent clairement qu’il faut mettre le niqab. Les publics laïcs pourront toujours aboyer, cela n’empêchera pas la caravane islamique de continuer son chemin jusqu’à la destination finale. Cela veut dire que, les lois de Dieu étant supérieures, ils condamnent la loi interdisant le voile à l’école et leur disent qu’ils sont coupables s’ils laissent leurs enfants à l’école de la République. Il y a tout un écosystème islamique.
Tous les politiques se sont pressés au repas du ramadan de l’UAM-93. François Fillon y est allé pour essayer de les séduire. Valérie Pecresse aussi. Toute la droite y est allée. Maintenant, la droite essaie de jouer aux résistants face à l’islamisme, mais ils sont quand même compromis avec ces gens-là.

Comment réagir quand une collègue de Samuel Paty dit qu’il a été abandonné par l’intégralité de sa hiérarchie. Sa hiérarchie n’a pas fonctionné comme cela avait été annoncé. Ils l’ont convoqué pour lui faire un rappel de la neutralité et de la laïcité dans l’école. Gérald Darmanin a demandé la dissolution du CCIF et a promis l’expulsion de 200 fichés S étrangers. La réponse du rectorat est-elle à la hauteur de l’enjeu ?

Il faut aussi parler des affaires précédentes. En 2015, il y a eu une mise à pied conservatoire, à Strasbourg, d’un professeur qui a fait exactement la même chose. Selon les académies, les professeurs ne sont pas du tout soutenus. Je pense à un professeur d’histoire en particulier qui avait eu un blâme par l’Éducation nationale. C’est une grosse sanction. Il avait dit à ses collégiens que Mahomet allait faire la guerre à telle ou telle tribu juive. Il avait été sanctionné pour avoir affirmé une vérité non seulement historique, mais en plus reconnue par les textes musulmans eux-mêmes.
Cette lâcheté de l’Éducation nationale vient de très loin. Il va falloir établir tout cela puisqu’il y a eu des témoignages contradictoires. Vous parlez de 3.000 fichés, mais en réalité, ce chiffre est de 4.000 étrangers. Ce sont les radicalisés liés au terrorisme. Parmi ces 4.000 étrangers, certains sont régulièrement en France avec un titre de séjour et d’autres sont clandestins. Darmanin ne vise que les clandestins qui, déjà, n’ont rien à faire en France. Il en reste 3.700 autres qui vont rester en France. Ce chiffre est, d’ailleurs, en train de grimper. En septembre 2018, le précédent chiffre était de 3.391. Aujourd’hui, on en est à plus de 4.000 étrangers FSPRT (Fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste).
On voit que le magma islamiste est en train de monter et les réponses ne sont pas du tout à la hauteur. Quinze mosquées ont été fermées depuis trois ans. Or, il y a 540 mosquées extrémistes qui posent de gros problèmes. Quand on met bout à bout le chiffre des mosquées des Frères musulmans, des salafistes et du Millî Görüş turc qui, eux, en ont 71, c’est complètement dérisoire.
Si on ferme ces mosquées, il va y avoir un attentat tous les deux jours, en France. Malheureusement, on est allé tellement loin dans le processus que, quelles que soient les décisions prises, soit on ne va pas en faire assez et le nombre de radicalisés va augmenter, soit on les expulse et il va y avoir des excès de violence.
Tous ceux de la direction des Frères musulmans de l’UOIF ont été naturalisés français, ces dernières années. Pourquoi ne pas les déchoir de la nationalité ? Énormément d’imams Frères musulmans de l’UOIF ne craignent rien. Macron dit juste que l’on va contrôler le financement étranger des mosquées. Il ne faut pas contrôler, mais il faut arrêter !

20 octobre 2020

À lire aussi

Joachim Véliocas : « La frilosité des journalistes à critiquer l’islam est plus grande qu’il y a dix ans ! »

74 % des musulmans de moins de 25 ans font passer leurs convictions religieuses avant la R…