Face à Éric Zemmour, qui a réuni entre 13 et 15.000 personnes, ce dimanche, à Villepinte, Jean-Luc Mélenchon, dit Méluche, tenait lui aussi un meeting de campagne, à la Défense. La droite patriote dans les territoires abandonnés par l'État, la gauche enragée au pied des tours du CAC 40. Amusant. Le meilleur orateur de la gauche n'a réuni que 3 à 5.000 personnes. Jean-Luc Mélenchon, même si la République, c'est lui, même si sa personne est sacrée, peine à convaincre. Cette fois, pourtant, il a rangé ses hologrammes, ses postures et ses vociférations. C'est un homme intelligent, ce qui n'est pas si fréquent dans sa famille politique : il a compris que la France était devenue de droite, finalement, après des décennies de chloroforme. Il sait que son camp est devenu insupportable : il est prudent. Pour autant, il plafonne toujours à 9 %, ce qui n'en fait pas, loin s'en faut, un troisième homme. Mélenchon est à la peine dans le politique. Il est au milieu d'un col hors catégorie. Il patine.
Derrière lui, un groupe compact, celui de la vieille gauche, serre les rangs. Les communistes, ceux qui sentent toujours la naphtaline et dont la présence dans une démocratie, en 2022, demeure un mystère, poussent en queue de peloton, sur leur vélo à deux vitesses construit par le plan quinquennal. Artaud, Poutou, Roussel, maillot écarlate, discours rayé, sont au coude-à-coude, à 1 % chacun. Les deux premiers, un peu plus énervés que le troisième, n'en sont pourtant que la copie. De toutes façons, ils ne comptent pas sur la victoire. Ils sont seulement là pour témoigner que la bête immonde n'est pas morte. Un témoignage, quoi !
Anne Hidalgo est un peu plus haut. Elle a le soutien d'une équipe jadis prestigieuse, hégémonique même. Aujourd'hui, si les voitures et les soigneurs sont toujours là, il n'y a plus personne pour l'encourager sur le bas-côté. Mais voyez-la pourtant pédaler avec assurance : en maillot vert (tirant sur le rose) et langue de bois (venue d'une forêt responsable), elle triche un peu avec son vélo électrique, probablement récupéré en free float (c'est-à-dire en plein milieu de la rue) dans l'un des derniers quartiers de qu'elle n'ait pas transformés en poubelle. Elle ne dépasse pas les 5 % pour autant. Elle rêve d'une arrivée sur les Champs-Élysées, mais elle devra probablement se contenter d'un tour de Mobylette™ sur la colline du crack.
Juste devant elle, dans un maillot d'un vert plus éclatant, c'est Yannick Jadot, à 6 %. Il a choisi un vélo décroissant, en matériaux de récupération : ça fait bien sur le papier, mais dans les faits, c'est dégueulasse et ça pollue. Comme les éoliennes. Yannick Jadot peut compter, dans son ascension, sur les malices d'une équipe de sorcières décroissantes à son service, de supporter.ice.s beuglant.e.s à cheveux multicolores et de conseillers en sandales à scratch.
Cavalier seul, loin derrière mais pensant que c'est « lui devant », comme le petit cheval de Paul Fort, est inclassable. Maillot rayé jaune et noir, comme une abeille, il tente, de temps à autre, une « remontada » qui change un peu la donne - et puis, rapidement essoufflé et ne pouvant guère compter que sur lui-même, il rentre dans le rang.
Et puis, et puis... on ne l'attendait plus, mais elle se rêve en espoir de ce des losers. C'est Christiane Taubira. Elle a connu la gloire et supporté la détestation. Elle se pique d'intellectualisme, mais son charabia, croisement de poésie d'intermittent, de sociologie gauchiste et de psychologie Closer, donne des plaques d'urticaire à ses concurrents. Il paraît que les militants (enfin, les supporters) l'adorent. Qu'ils rêvent de la voir revenir. Ils sont bien les seuls... et ils sont de moins en moins nombreux.
Pendant ce temps-là, sur les autoroutes pompidoliennes de la France d'antan, Marine Le Pen, à toute allure, fait vrombir sa Harley-Davidson™ (sur laquelle, comme jadis Brigitte Bardot, elle n'a besoin de personne). Ses valises sur le porte-bagages, ses chats dans le porte-bébé, elle est en route pour Paris, cheveux au vent et sourire aux lèvres. La Triumph™ de Zemmour, au look plus vieillot, plus chic (plus ringard, disent les lepénistes), mais au moteur surprenant, est juste derrière. Le pilote cisaille les virages avec agressivité en frôlant les lignes continues et en se moquant bien des oukases du Code de la route, pour arriver plus vite. Le monospace de Valérie Pécresse, plus rassurant, plus familial, protégé des chocs mais sans forme définie, vient de quitter la station-service après le plein d'électeurs. La candidate LR s'engage sur la bretelle. L'ULM de Macron, motorisé et « en même temps » porté par le vent, plane au-dessus. Tout est encore ouvert.
Laissons les cyclistes de la gauche perdre les pédales. Avant de mourir, ils peuvent encore nous amuser.

7 décembre 2021

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

5 15 votes
Votre avis ?
36 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires