Le compagnonnage du 8 Mai entre l’ancien et le nouveau Président n’était certes pas dénué d’une touche d’émotion, d’un zeste de sollicitude presque paternelle, mais j’avoue mon inquiétude quand a déclaré : “S’il a besoin de conseils, il s’adressera librement à moi. Je serai toujours à côté de lui” (Le Figaro).

Il me semble que mon souci est légitime tant, parfois, ce qu’on a cru heureusement irréversible est détruit par le fil du temps ou des connivences qui se maintiennent dans notre dos de citoyens. Je ne voudrais pas que nous nous trouvions en face d’un système où François Hollande se dirait que, dépassé par , il a pris le parti de l’administrer ou de se l’approprier. Le contraire, par exemple, de la démarche d’un François Bayrou qui a proposé une alliance à Emmanuel Macron, seulement “pour l’aider”, et qui a tenu parole (TF1).

Parce que la démocratie, ce n’est pas seulement vouloir expulser un président de la vie publique – en tout cas de la charge suprême assumée tant bien que mal durant cinq ans -, c’est aussi prévenir de sa part toute intrusion occulte, toute influence masquée, tout retour choquant (la porte close) par la fenêtre alors que, pire qu’une défaite, François Hollande a dû assumer un jet de l’éponge. Il n’a même pas concouru, et peut-on s’en tenir à une évaluation qui serait plus éloignée de celle autosatisfaite qu’il formule sur son mandat que de celle implacable formulée par Jean-Luc Mélenchon dont la nuance, quand il l’a décidé, n’est pas le fort ?

Il n’est pas indifférent, en ce sens, de voir François Hollande subtilement revendiquer une place “à côté d’Emmanuel Macron”, dans la suite logique de tous ces socialistes qui se sont mis en marche sur le tard pour rejoindre un mouvement afin de le gangrener et de lui faire perdre ce qu’il avait de novateur pour l’entraîner vers un fond banalement progressiste, sans aucune imagination ni audace. Sur le registre judiciaire notamment, je crains le pire.

Même l’histoire du FN nous regarde. Il serait catastrophique que les élucubrations sur l’euro, la déroute personnelle de sa présidente le 5 mai et la défaite plus aigre que douce du 7 mai n’entraînent pas, demain, une profonde recomposition de ce parti en lui faisant accepter une union des droites qui aurait l’avantage immédiat de débarrasser un extrémisme acceptable sur le plan des idées et des revendications du poison résiduel des nostalgiques incurables du fascisme et du nazisme, s’il en existe autant que la gauche – qui n’a pas de leçons à donner – l’affirme.

On a le droit, pour lui comme pour l’ensemble de la vie publique, de ne pas avoir peur d’une table rase. La nouveauté ne peut plus être le simple recyclage des anciens que leur échec n’obligerait plus à sortir mais autoriserait à rentrer par ailleurs.

Revenons à François Hollande. Qu’il veuille bien rester à part mais pas à côté du nouveau Président. Qu’il ne cherche pas à faire oublier, par une influence et des avertissements officieux, l’officiel manqué de son quinquennat.

9 mai 2017

À lire aussi

Alain Finkielkraut et Daniel Cohn-Bendit chez LCI : l’un part, l’autre reste !

J'éprouve une forme de nausée face à certains propos de Daniel Cohn-Bendit en 1975 et le 2…