Heureux comme Ahmed en Allemagne

Promis juré, Tatie Mutti (Angela Merkel), courant 2010, déclarait, la main sur le cœur et l’assiette derrière la tête, que le modèle multiculturel allemand, ainsi qu’une cohabitation harmonieuse entre différentes cultures, avait totalement échoué. Nous dirions au contraire de ce multiculturalisme contre lequel elle ne fit rien, ou si peu, que loin d’avoir échoué, il remplit au contraire parfaitement son rôle en contribuant un peu partout en Europe à séparer les communautés, veillant soigneusement à préserver l’intégrité des cultures allochtones. Bref, à l’époque, l’Allemagne se divise dans le débat sur l’immigration au moment où, par ailleurs, est publiée la charge d’un haut fonctionnaire (Thilo Sarrazin, L’Allemagne se défait) contre, notamment, l’immigration musulmane, laquelle, affirme-t-il, est en train d’abrutir le pays.

Huit ans, un million de « migrants » et quelques agressions sexuelles collectives plus tard, l’on peut dire haut la main qu’Ahmed a les dents du fond qui baignent. À propos, qui donc est Ahmed ? Eh bien, c’est ce réfugié syrien, que le Spiegel est allé interroger : arrivé en Allemagne courant 2015, via la Turquie et la Grèce, fuyant Alep, et tranquillement installé depuis, en compagnie de ses deux femmes, de leurs six enfants et d’un septième en route. Il épousa en Syrie sa première femme, alors âgée de quatorze ans, puis six ans plus tard convola en justes noces avec sa seconde épouse, alors âgée de treize ans. Tout ce beau monde vit désormais tel quel en Allemagne.

Mais ce n’est pas tout : Ahmed aimerait beaucoup faire venir une troisième épouse, d’avec laquelle il vivait séparé en Syrie (où l’on est autorisé à se marier avec quatre femmes : plus, ce serait absolument indécent). Comblé d’aise, doigts de pied en éventail, Ahmed explique tranquillement nourrir de grands projets : il ne refuserait pas une quatrième épouse (« par Allah, paix à lui ») et serait même prêt à épouser une Allemande, à condition, bien entendu, que celle-ci se convertisse à l’islam, et qu’il y ait compréhension et entente mutuelles. Quant à savoir quel nombre d’enfants comblerait Ahmed, il répond sans hésiter : “10 ! 20 ! Il n’y a aucun problème !” Important, et pour rappel : toute postulante au harem d’Ahmed devra donc impérativement être musulmane ou se convertir sans faute.

En attendant, tout ce beau monde a reçu le statut de réfugié politique et se trouve autorisé à rester au moins trois ans en Allemagne, confirmant ainsi que le multiculturalisme n’y a en rien échoué, et qu’une profonde idiotie politique, Merkel en tête, est pour beaucoup dans ce succès éclatant, même si elle ne peut sans doute pas tout.

Mon postulat, peut-être faux, peut-être pas, est le suivant : le multiculturalisme masque un désarmement culturel unilatéral imposé aux populations antérieurement établies sur le continent, au titre de la tranquillité et de la carrière du politicard en charge des affaires du moment. Aussi, lorsque ce dernier vous susurre mielleusement à l’oreille « apaisement, apaisement », entendez « capitulation, capitulation ». En attendant, aussi bien « au pays des droits de l’homme » que dans celui de Goethe, ne pas évoquer, sous peine de tribunal, l’idée nauséabonde d’un « Grand Remplacement » : se contenter d’observer silencieusement, de l’Atlantique à l’Oural, des milliers et des milliers de ces « petits remplacements » alimenter tranquillement l’implosion programmée de notre civilisation.

À lire aussi

Monsieur Thuram, la gangrène raciste est ancienne… et universelle

Chères chapelles antiracistes dont Alain Finkielkraut disséquait certaines modalités : « A…