Gilets jaunes et classes moyennes : lutter ensemble ou mourir

C’est un fait exceptionnel dans notre histoire politique récente que deux mouvements populaires de grande ampleur soient nés en moins de cinq ans en dehors de tout cadre politique, syndical ou professionnel :
– la Manif pour tous en 2013, principalement animée par les classes moyennes et la bourgeoisie provinciale, plutôt catholique ;
– les gilets jaunes en 2018, principalement animés par les classes populaires de province, c’est-à-dire par les classes populaires tout court, puisqu’elles ont été chassées des métropoles et des banlieues.

En dehors de leurs origines provinciales, ces deux mouvements n’ont théoriquement rien à voir entre eux, et pourtant ils sont tous deux l’expression d’une révolte spontanée contre un Président qui a cru ou croit pouvoir s’affranchir de l’assentiment du peuple pour faire triompher son idéologie.

Dans le premier cas, il s’agissait, avec le mariage homosexuel, de poursuivre la déconstruction de la famille à travers la révolution anthropologique qu’avaient initiée, il y a quarante ans, la généralisation de la contraception et la légalisation de l’avortement – je vous passe les étapes intermédiaires et… celles à venir. Trois manifestations pacifiques à plus d’un million de personnes n’avaient rien changé à l’affaire. La gauche – M. Macron était, alors, secrétaire général adjoint de l’Élysée – avait campé sur ses positions idéologiques ; les dirigeants de la droite avaient tenté la récupération avant de s’aligner sans état d’âme sur les progressistes ; et la presse, égale à elle-même, avait fait prendre la mayonnaise en trichant un peu sur tout, à commencer par les chiffres.

D’un seul coup, d’un seul, la France comptait un million de cocus supplémentaires : j’en étais.

Dans le second cas – M. Macron étant, maintenant, président de la République -, la gauche, toujours à court d’argent quand il s’agit de financer ses délires mondialistes ou écologiques, s’est fiscalement déchaînée sur ceux qui payent toujours plus d’impôts, ne peuvent pas y échapper et ne voient rien venir en contrepartie, si ce n’est la leçon de morale qui accompagne chaque création ou augmentation d’impôts : c’est pour épargner des vies, pour protéger la planète…

Les gilets jaunes sont gens du peuple et, comme tels, n’aiment pas finasser avec les esprits qui se croient supérieurs. Pour eux, l’impôt, on le paye quand il est juste, on le refuse, y compris violemment, quand il ne l’est pas. À la différence des opposants au mariage homosexuel il y a cinq ans, ils ne veulent pas, demain, se retrouver cocus, dussent-ils pour cela compter dans leurs rangs des borgnes et des manchots. Je suis des leurs et je les soutiens.

Or, c’est le soutien que leur accordent les classes moyennes depuis trois mois qui fait leur force et qui, parallèlement, inquiète le pouvoir au point qu’il favorise ouvertement les violences extérieures pour les discréditer.

On dit que ce soutien s’amenuise. Au-delà de la manœuvre grossière que je soupçonne, deux écueils se profilent :
– Pour les classes moyennes et la bourgeoisie provinciale : elles ont voulu sauver leur âme en s’opposant pacifiquement à la déshumanisation de notre civilisation, mais en 2017, elles ont voté Macron pour sauver leurs économies. Elles ont perdu sur les deux tableaux : dès l’élection acquise, on leur a parlé de PMA pour les couples de femmes et elles ont été fiscalement rasées de frais depuis. Ce n’est pas demain que cela va cesser, car entre désindustrialisation, chômage et pacte de Marrakech, les besoins financiers de l’État sont à nouveau immenses. Il faudra y penser avant d’abandonner les gilets jaunes qui sont prêts à se battre.
– Pour les gilets jaunes : avec quelques dizaines de milliers de participants chaque samedi – quelques centaines de milliers au plus fort du mouvement –, ils ont fait trembler le pouvoir qui a eu si peur que, dès le 10 décembre, il en a fait 12 milliards d’euros sous lui. Cette peur était autant due à leur détermination qu’à l’importance de leurs soutiens. Elle ne leur sera pas pardonnée.

Sous couleur de démocratie participative, le grand débat a pour unique fonction de multiplier à l’infini les demandes pour laisser au pouvoir le soin de sélectionner celles qui lui conviennent et qui opposeront les gilets jaunes aux classes moyennes. Alors le pouvoir aura gagné et se vengera.

Aux gilets jaunes de concentrer leurs demandes sur deux ou trois thèmes consensuels chez eux et dans les classes moyennes tels que la baisse des prélèvements, la dénonciation du pacte de Marrakech, la lutte contre l’insécurité, etc.

Les classes moyennes comme les gilets jaunes ne veulent pas mourir ? Qu’ils s’en donnent les moyens.

À lire aussi

Je pleure comme un gamin qui voit brûler la maison de son père

Le matraquage sur la souscription n'aurait-il pas pour objectif inavoué d'étouffer dans l’…