Document - Editoriaux - Histoire - Politique - 16 décembre 2017

Quand la gauche collaborait… les mêmes causes produisaient déjà les mêmes effets !

C’est en regardant l’excellent documentaire de France 5, “Quand la gauche collaborait, 1939-1945”, que j’ai réalisé à quel point le « pacifisme », comme seule réponse à toutes agressions, est mortifère. Une partie non négligeable des socialistes, au début de la Seconde Guerre mondiale, colporteurs de cette pensée addictive, mais hémiplégique, se sont retrouvés finalement dans les rangs du gouvernement de Vichy, voire chez les nazis. Cette obsession (déjà, à cette époque) du vivre ensemble et de la paix à tout prix a plongé la France dans une soumission à un régime que dénonçaient à demi-mot ces mêmes socialistes (tout en refusant le combat), qui pratiquait, presque impunément, génocide des juifs et, globalement, déportation de tout opposant.

Aujourd’hui, les mêmes causes produisent les mêmes effets : le vivre ensemble, dogme qui fait partie de l’ADN d’une gauche aveugle, est en train de nous mettre progressivement dans les mains d’un système plus diffus que le nazisme, mais tout aussi pernicieux : l’islamisme. Et nos chers penseurs de capituler devant une évidence que nous payons cher, à coups de victimes innocentes aux quatre coins des cafés et salles de concerts ou défilés du 14 Juillet. Que l’on ait ce désir de vivre ensemble n’est qu’une vérité de La Palice, mais détourner les yeux d’une réalité, comme le firent leurs prédécesseurs sur la barbarie nazie, n’est qu’une forme de lâcheté déguisée en humanisme pseudo-religieux. Cette bonne conscience achetée sur l’autel de la tolérance n’a de valeur que dans le porte-monnaie des idéologues nantis, appelés plus communément « bobos de gauche », qui, derrière leur porte blindée, vous donnent des leçons d’« ouverture ».

Quant aux excuses données aux exactions sanglantes des islamistes (mot qui, dans leur bouche, semble être dissocié de la racine islam), ils s’en offusquent comme ils s’offusquaient de l’extermination des juifs, tout en validant le droit à diffuser la propagande.

Il y a quelques jours, Mélenchon, soi-disant par agacement, faisait références aux liens familiaux, politiques et communautaires de la journaliste Léa Salamé qui l’attaquait ; sous-entendu (selon France Inter) la communauté juive du mari de la journaliste. Cela laisserait-il à penser que socialisme et antisémitisme continuent de faire bon ménage et, de ce fait, protègent ce qu’il nous arrive parfois d’appeler islamo-fascisme sans passer à la 17e chambre correctionnelle ?

Quoi qu’il en soit, le constat risque d’être sans appel dans peu de temps si aucun parti n’a le courage de dénoncer, comme le fait le SIEL dans ses manifestations, la glissade vers une nouvelle soumission.

À lire aussi

« Ni droite ni gauche » ? Vraiment ?

Suis-je « À droite » ou « DE droite » ? La nuance est fondamentale. …