Editoriaux - 16 avril 2019

Franz-Olivier Giesbert dénonce « l’escroquerie du halal » !

Dans un microcosme politico-médiatique à l’encéphalogramme trop souvent plat, Franz-Olivier Giesbert, qui se partage entre « Les Grosses Têtes » et Le Point, peut faire figure d’exception, de par son indéniable ouverture d’esprit, puisque n’hésitant pas, de temps à autre, à ouvrir les colonnes de cet hebdomadaire au philosophe Alain de Benoist, bien connu de nos lecteurs.

Dans un semblable registre d’indépendance intellectuelle, il n’hésite pas, non plus, dans son dernier éditorial, à mettre le doigt sur l’une des plus envahissantes impostures économico-religieuses de l’époque : le « halal ». « Escroquerie », affirme-t-il, non sans raison. Bien vu. D’un simple mot – halal signifie « licite » –, certains aigrefins ont donc créé, de toutes pièces, une sorte de religion parallèle au service d’une vulgaire histoire de « très » gros sous.

Franz-Olivier Giesbert : « Le halal n’est pas un héritage du passé, mais une mode sans fondement qui prétend réglementer aussi l’eau, les dentifrices, les rouges à lèvres, les loisirs, les “vacances éthiques”. Sans rapport avec les traditions musulmanes, la sphère s’étend chaque jour un peu plus. » Sur ce site, cette dérive était d’ailleurs dénoncée dès 2015 (Sex-shop à La Mecque : à quand le plug halal ?)

Et notre homme d’en appeler à la cinquième sourate du Coran : « Vous est permise la nourriture des gens du Livre [Celle des juifs et des chrétiens, NDLR], et votre propre nourriture leur est permise. » Ayant eu le privilège de régulièrement interviewer Tareq Oubrou, recteur de la mosquée de Bordeaux, ce dernier expliquait, en substance, qu’à l’époque du prophète, les bêtes étaient sacrifiées au Dieu d’Abraham, alors que d’autres l’étaient à des divinités païennes. Il était donc parfaitement « halal » de se nourrir de ces mêmes bêtes, l’islam étant lui aussi religion abrahamique. Mais aujourd’hui, plus aucun animal n’est sacrifié à quelque divinité que ce soit, polythéiste ou monothéiste, le seul autel se tenant encore debout étant celui de la grande distribution. Une coutume antédiluvienne qui, aujourd’hui, ne présente plus, tel que rappelé par Franz Olivier-Giesbert, la moindre légitimité, historique comme religieuse.

Certes, chaque religion a ses interdits alimentaires. Chez les musulmans, le porc ; chez les juifs, c’est déjà plus compliqué, et chez les chrétiens, autrement plus simple. Mais le halal à tous les étages de ce néo-islam déviant relève, lui, d’une totale imposture, puisque n’ayant commencé à voir le jour qu’au début des années 1990, imposture d’ailleurs brillamment dénoncée dans un essai passionnant, cité par Giesbert : Le marché halal ou l’invention d’une tradition, de Florence Bergeaud-Blackler, anthropologue au CNRS et sorti en 2017.
Pour commencer, l’auteur note : « Le fondamentalisme est une expression religieuse particulièrement adaptée au capitalisme mondialisé. » Laquelle expression s’inscrit dans la lutte que se mènent Arabie saoudite et Iran pour le leadership du monde musulman, sorte de soft power similaire à celui des USA ; sauf qu’il s’agit là d’un « islamic way of life ». D’où, poursuit Florence Bergeaud-Blackler, « la confusion halal-casher qui nous fait croire que la norme halal a précédé le marché mondialisé, qu’elle émane et qu’elle est définie et contrôlée par un personnel religieux. Or, la convention halal est née d’un deal opportuniste entre des États prédicateurs et des marchands capitalistes. » Résultat ? « Ainsi naît le “consommateur musulman”, nouvelle figure du marché à laquelle s’adresse le “marketing islamique” et que soutiennent les associations de “défense du consommateur musulman”. »

Nous voilà effectivement bien loin d’une religion avant tout censée, à l’instar des deux autres monothéismes, sauver les âmes plutôt que d’assurer l’extension infinie du marché. En revanche, on comprend bien, même s’il ne s’agit pas d’une nouveauté, que les marchands du Temple ne connaissent ni honte ni frontières, fussent-elles religieuses.

À lire aussi

Élections européennes : les premiers enseignements

Emmanuel Macron entendait mobiliser afin de transformer cette élection en une sorte de réf…