Editoriaux - Union Européenne - 13 mars 2019

Financements interdits : pour les élections européennes, LREM prend ses distances vis-à-vis de l’ALDE !

Tant qu’il ne s’agit pas de diminuer les dépenses publiques, la France se veut le meilleur élève de l’Union européenne, façon fayot du premier rang qui, pour un peu, grimperait sur l’estrade à la place du prof.

Pour se conformer à une norme bruxelloise, sur les particules fines ou la marge d’arrêt des ascenseurs, par exemple, nous en rajoutons toujours un petit peu, comme le “Monsieur Plus” des publicités Bahlsen qui firent la joie des plus anciens.

Ainsi, en matière de financement des partis politiques, les règles françaises interdisant celui par les entreprises ont abouti à ce qu’en pratique, aucun parti nouveau – libéral et conservateur, par exemple – ne puisse vraiment émerger, ce qui, tout de même, est bien pratique pour ceux qui sont en place.

Mais il n’en est pas de même pour les partis et élections européens, pour lesquels les entreprises peuvent toujours sortir leur porte-monnaie. Celui de Bayer, maison mère de Monsanto, fabricant du glyphosate et bête noire d’un Nicolas Hulot prématurément arraché à notre affection, s’est ainsi ouvert pour le congrès de l’ALDE (Alliance des libéraux et démocrates pour l’Europe) en novembre dernier. Où LREM avait envoyé un représentant, ce qui est logique puisque, selon Wikipédia et Le Monde, au moins un des députés du parti présidentiel adhère bel et bien à l’ALDE…

Un pince-fesses des chevaliers blancs anti-Roundup® financé non seulement par Monsanto, mais aussi par deux affreux GAFA optimiseurs fiscaux comme Google et Microsft, ça fait rudement désordre !

Sitôt l’affaire claironnée par Marine Le Pen, LREM s’est fortement démarquée de l’ALDE (mais sans fermer la porte : en politique, on ne sait jamais…) et promet « d’être ferme » sur le sujet des financements privés.

Le téléphone a dû vite fonctionner puisque, dès le lendemain, Le Monde annonçait que l’ALDE, “groupe parlementaire européen, a annoncé […] qu’il renonçait à ses financements privés après la mise en garde de La République en marche, son probable allié français au Parlement de Strasbourg dans la foulée des élections européennes de mai”.

Quand on veut laver plus blanc que blanc, il faut vraiment avoir l’œil à tout !

À lire aussi

Excision : Marlène Schiappa présente son plan d’action…

On estime, ainsi, que sur notre sol évoluent environ 60.000 amputées... …