Ils avaient tendu un très beau piège à Laurent Wauquiez, ayant constaté que l’ex-président des LR disposait encore d’un fort capital sympathie auprès des militants et, de façon générale, de la base de droite, ils ont fait monter la mousse afin qu’il se présente à la primaire.

La stratégie était grossière car tout le monde savait que s’il avait été candidat, le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes aurait certainement remporté la primaire, mais quid de la suite ?
On va refaire le monde en imaginant Wauquiez candidat…
Il remporte la primaire, mais dès le lendemain, pratiquement tout le bureau et la baronnie LR iraient défiler dans les médias pour décrédibiliser le scrutin et minimiser cette victoire pour, ensuite, apporter leur soutien à Xavier Bertrand, candidat le mieux placé dans les sondages.
Ça aurait été un enterrement royal pour Laurent Wauquiez, les -compatibles cachés chez Les Républicains se seraient définitivement débarrassés de cet empêcheur de faire l’union avec LREM.
On connaît la suite, on l’a vu aux élections européennes : des cadres LR auraient été capables de demander aux militants de ne pas voter pour la liste officielle. Alors, fatalement, Laurent Wauquiez, candidat LR, sans leur soutien, se serait pris une raclée monumentale et Xavier Bertrand, avec un score légèrement supérieur, aurait revendiqué la direction du parti. Fin du rêve.
Laurent Wauquiez a très vite compris le piège en refusant de se lancer dans ce jeu de massacre, ce choix le rend dorénavant incontournable à droite aux yeux des sympathisants.
Son bilan à la région Auvergne-Rhône-Alpes plaide en sa faveur, ses positions « droitières » naguère critiquées par ceux de son camp qui veulent prendre la place d’Emmanuel sont reprises par les candidats avec les mêmes mots, ce qui a le mérite de clarifier l’hypocrisie qui mine cette famille politique.
Et maintenant, que va-t-il se passer ?
Premier cas de figure : si est réélu, il s’appuiera sur LR pour son second mandat, pas impossible de voir un cadre de ce parti à Matignon.
Second cas de figure : Marine est élue, elle comptera sur des alliances avec des cadres LR pour gouverner, pas impossible également qu’elle leur donne les clés de Matignon.
Dans tous les cas de figure, nous sommes arrivés à la fin d’un système chez LR, il est temps de clarifier définitivement la ligne car on ne peut pas être progressiste et conservateur.
Se cacher derrière l’héritage du général de Gaulle ne marche plus, nous sommes en 2021, le monde a changé, la France également. Les Français affirment dans toutes les enquêtes qu’ils se sentent majoritairement proches des actions politiques de droite. Mais pourquoi, dans ce cas, le grand parti de cet axe politique ne remporte plus d’élections présidentielles ?
La réponse est dans la déconnexion réelle entre la direction et la base, il faut que ça change, ça changera, patience… Demain est proche !

27 août 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

4.8 11 votes
Votre avis ?
59 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires