De l’éternel slogan « Faut prendre l’argent là où il est » (dixit Georges Marchais) au « quoi qu’il en coûte » d’Emmanuel Macron, on a dès le berceau ancré dans le cerveau des Français (et de tous ceux qui affluent sur notre sol) que les réserves de l’État sont sans limites.

Et puis voilà qu’Emmanuel Macron, tout à coup, prétend siffler la fin de la récré. Lui qui n’a cessé de nous chanter l’état mirifique de nos finances, le plein-emploi, la France poisson-pilote de l’Europe, les records de créations d’(auto)entreprises et le magistère moral sur la planète, voilà qu’il nous annonce sans ménagement « la fin de l’abondance », « des évidences », « de l’insouciance »… Nous sommes au bord de « la grande bascule », dit-il, et d’accuser la en Ukraine par quoi nos malheurs sont soudainement arrivés.

Faux, dit l’économiste Marc Touati. Le fondateur d’ACDEFI [Aux commandes de l’économie et de la finance, NDLR] est un homme qui ne cesse d’alerter sur nos dérives. La liste de ses publications est éloquente : Quand la zone euro explosera... Comment la France peut encore éviter le pire (Éd. du Moment, 2012) ; Le Dictionnaire terrifiant de la dette (Éd. du Moment, 2013) ; La Fin d'un monde (Hugo Document, 2016), Un monde de bulles (Bookelis, 2018)… En 2020, il publie Reset – Quel nouveau monde pour demain ? (Éd. Marc Touati). Mais le reset post-pandémie n’a pas eu lieu. Alors, il récidive avec Reset II - Bienvenue dans le monde d’après (idem) qui va paraître le 1er septembre.

Invité, le 24 août, d’Apolline de Malherbe, sur RMC, il a réagi avec véhémence aux propos d’Emmanuel Macron et désigné le gouvernement comme premier responsable de la récession où nous plongeons : « C’est un peu facile de dire "c’est la fin de l’abondance". Ce n’est pas à cause des Français, c’est à cause des mauvais choix stratégiques » de la France et de la BCE, dit-il. « On a voulu déresponsabiliser les Français en leur disant "tout va bien dans le meilleur des mondes", mais maintenant, il faut payer la facture ! » Il poursuit : « C’est quand même l’État français qui a augmenté de façon démesurée la dette publique, la Banque centrale européenne qui a acheté cette dette publique, qui alimenté la planche à billets ; c’est ça qui a créé l’inflation. Ce n’est pas la en Ukraine. » Pour lui, « c’est le retour de bâton du quoi qu’il en coûte, c’est une erreur de stratégie économique. » Erreur sur laquelle il avait, dit-il, alerté en vain Bruno Le Maire…

Dans un entretien à Capital, Marc Touati rappelle qu’aujourd’hui, « notre dette publique a explosé, à presque 120 % du PIB », et précise : « Lors de la crise grecque, on parlait de 350 milliards d’euros de dette, c’était encore gérable. La France frôle les 3.000 milliards d’euros d’endettement ! Nous avons changé d’échelle. » Merci qui ?

8332 vues

29 août 2022

Partager

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

31 commentaires

  1. La fin de l’abondance n’est pas d’aujourd’hui mais du milieu des années 1970 avec les premiers chocs pétroliers avec une maxime « En France on n’a pas de pétrole mais on a des idées ». Il serait plus que temps de sortir nos « idées ».

  2. Ah bon, parce que les trente « piteuses », qui ont suivi les trente « glorieuses », c’était l’abondance ? Oui, abondance de taxes et mesures liberticides en tous genres qui nous ont conduit à une situation financière catastrophique, pour le plus grand profit des caciques de Davos, ayant programmé ce surendettement pour organiser l’insolvabilité finale de nos états européens…La dette comme arme, il fallait y penser…Le prochain épisode c’est l’immobilisation de nos comptes et le chantage à la propriété qui servira à rembourser la pseudo dette, argent magique qui n’a jamais existé !!!

  3. La paire de pantalons (en vrai français dans le texte) est symbole de virilité depuis des siècles, qu’attend S. ROUSSEAU pour le dénoncer ?

  4. RIEN A AJOUTER, tout est dit, et clairement exposé.
    Pour sortir notre engin du bourbier appelons à l’aide deux mécanos qualifiés et courageux : Zemmour +Wauquiez .
    CHICHE que cet attelage y réussisse !!!

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter