Dans le café du commerce connecté, Mathias Wargon est un pilier de comptoir. Pour ce médecin-chef du services des urgences à Saint-Denis, la priorité des priorités est de soigner le mal-pensant sur Twitter. Entre deux verres de Betadine, sans relâche, l’homme assène la bonne parole, examine l’internaute suspect, tente d’extraire les bêtes immondes qui sommeillent dans les entrailles des lepénistes et autres zemmourophiles…

Des cadences infernales qui ont amené le docteur Knock du macronisme à commettre l’erreur de diagnostic que les plus grands redoutent. La confusion entre une tumeur maligne et un bouton d’acné. Alors que l’éminent guérisseur était aux prises avec un patient atteint d’une hostilité bénigne aux flux migratoires, il crut voir dans la croix basque qui ornait le compte de son interlocuteur une croix gammée stylisée. Le pronostic vital était engagé.

De toute évidence, un nazi se cachait derrière ce dessin en forme de pales de ventilateur. L’emblème hitlérien avait été simplement adouci pour tromper l’ennemi. Enfin un cas intéressant, un pur malfaisant, une merveille qui venait confirmer le rêve d’un retour au grand Reich dans le camp des opposants. La pépite que tout chercheur en bien-pensance espère trouver sous l’objectif de son microscope déformant. À coup sûr, l’odieux personnage détenait dans le placard de sa cuisine un flacon de Javel Lacroix. Pris la main dans le sac, il serait.

À cette méprise grossière entre croix basque et gammée suivit un déluge de noms d’oiseaux. Le café du commerce en émoi. Les tournées de Betadine avaient embrumé l’esprit du soignant. À court d’arguments pour prouver la maladie, le docteur Wargon en était réduit à inventer des symptômes. « Les 2 millions de Basques des 7 provinces apprécieront d’être assimilés à des nazis, par un éminent scientifique », répondit l’accusé.

Après consultation de Google et d’un malade originaire de qui patientait depuis trois heures, le spécialiste finit par reconnaître sa bévue : « Alors visiblement je me suis trompé. Pardon aux basques (sic). Mais faut dire que vu le compte, ca m’a induit en erreur. » La recherche avance. Dans son laboratoire, le docteur Wargon travaille actuellement à superposer deux lettres « Z » dans l’espoir de former une croix gammée acceptable. Résultat promis avant mai 2022.

4 octobre 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

5 14 votes
Votre avis ?
83 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires