Christophe Carichon est historien et chercheur associé au Centre de recherche bretonne et celtique (université de Brest). Il a publié de très nombreux articles sur l'histoire des mouvements de jeunesse, l'éducation et le régionalisme. Ancien auditeur de l'Institut des hautes études de la défense nationale, il est également officier de réserve spécialiste d'état-major. Quelques mois après l'attentat de Trèbes, il a publié une biographie du colonel Arnaud Beltrame.

 

Gabrielle Cluzel : Christophe Carichon, vous avez publié, en octobre 2018, aux Éditions du Rocher, un livre intitulé Arnaud Beltrame, gendarme de France. Quatre ans après les faits, que reste-t-il, selon vous, dans l'esprit des Français, du sacrifice du colonel Beltrame ? 

Christophe Carichon : Arnaud Beltrame, lieutenant-colonel au groupement de gendarmerie à Carcassonne, est en effet il y a quatre ans lors de l'attentat islamiste du supermarché de Trèbes en prenant la place d'une otage et en échouant à neutraliser le djihadiste. L'on sait qu'il y a laissé sa vie mais, d'une certaine manière, il a, comme son aîné de la corniche de Saint-Cyr-l'École, le lieutenant Pol Lapeyre, « transformé une défaite en victoire ». Son geste n'est pas oublié par beaucoup de Français. À ce jour, plus de 400 voies, casernes, salles communales, jardins portent son nom. Ce jeune officier au regard clair et au franc sourire, qui a appliqué son serment jusqu'au bout, est le de modèle nécessaire à la France.

GC : Êtes-vous resté en contact avec son épouse, ses parents, ses frères, la personne contre laquelle il a échangé sa vie, le chanoine qui devait le marier et qui l'a assisté dans ses derniers moments ? Comment font-ils vivre sa mémoire ?

CC : Je suis en contact avec son épouse Marielle, avec qui j'échange assez régulièrement. C'est une jeune femme très courageuse, simple et rayonnante à la fois. Le père Jean-Baptiste Golfier, des chanoines de l'abbaye de Lagrasse, fait beaucoup pour faire connaître la belle figure de cet officier français. C'est lui qui connaît certainement le mieux la dernière année d'Arnaud Beltrame, sa conversion et ses multiples questions. À nous deux, nous multiplions les causeries et les rencontres pour le faire connaître et aimer. Il y a quelques jours, le père Jean-Baptiste a rempli l'église Saint-Sulpice, à Paris, puis il est allé à Pau et à Lourdes. Pour ce qui me concerne, j'ai donné deux conférences, ce week-end, à l'abbaye de Cîteaux. Une belle bande dessinée (préfacée par son épouse) vient également de sortir (Éditions Plein Vent). L'otage de Trèbes a pris contact avec le père Jean-Baptiste tout dernièrement ; c'est tout ce que je puis vous dire. Pour beaucoup, est un modèle de force et de générosité.

GC : La figure d' rayonne-t-elle au-delà des frontières de la France ? 

CC : Arnaud a sidéré le monde, il y a quatre ans, de Trump au pape François. Depuis, bien évidemment, l'engouement s'est fait plus rare. Il y avait des velléités de baptiser des rues à son nom en Italie, pays d'origine de ses ancêtres, mais je ne sais si cela a abouti. est avant tout un officier et un héros français. Il faut souhaiter que les hommages de cette année soient toujours à la hauteur de son geste d'il y a quatre ans.

23 mars 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

4.9 7 votes
Votre avis ?
17 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires