[Enquête] Des paysans face à la folie antispéciste : terreur à la ferme (1/2)

corral-4306419

Étienne Fourmont, l’agriculteur vidéaste aux 93.000 abonnés sur la plate-forme de vidéo en ligne Youtube, sera présent au tribunal du Mans, ce 28 janvier. « Parce que je suis éleveur et que des antispécistes ont décidé que c'était mal », explique-t-il sur Twitter. Plusieurs individus se sont introduits dans sa ferme, la nuit du 31 décembre 2019 au 1er janvier 2020 pour y inscrire un message : « 2020 abolition ». Cette star de YouTube, qui s'est lui-même surnommé « Étienne, agri youtubeurre », est devenu le porte-parole des paysans agressés : « On connaît depuis quelques années un regain de ce genre d’actions par des gens qui se disent protecteurs des animaux, plaide-t-il dans une de ses vidéos. Mais en menant ces actions, ils font beaucoup de mal aux animaux. » Obtiendra-t-il justice ?

Le vent est peut-être en train de tourner. Les paysans commencent à gagner leurs procès face aux activistes. L’association L214 a été condamnée, le 30 novembre dernier, par la cour d'appel de Rennes pour complicité lors d'une intrusion illicite. En septembre 2020, des militants étaient entrés illégalement dans un élevage morbihannais de lapins pour tourner un reportage. Cette victoire ne s’est pas obtenue sans bataille. En première instance, la justice avait penché du côté de L214. Hélène Thouy, avocat de l’association et accessoirement candidate du Parti animaliste pour la présidentielle, expliquait, le 1er décembre, au Figaro : « Nous considérons que l'éleveur nous attaque en réalité pour diffamation car il reproche à L214 d'avoir porté préjudice à l'image de son entreprise en diffusant cette vidéo. Par conséquent, la procédure devrait relever du droit de la presse et pas du respect ou non de la propriété privée. » Contactée par Boulevard Voltaire, Hélène Thouy n’a pas donné suite.

L’association a rodé son argumentaire devant la Justice. « Pour L214, le problème repose sur la diffusion d’une vidéo, assimilée à un moyen de communication : donc, c’est la loi sur la presse qui s’applique », explique Maître Jean-Pierre Depasse, l’avocat de l’éleveur. Mais l’avocat a préféré miser sa stratégie de défense sur la démonstration d'une violation du droit de propriété. Pour lui, les images ont été tournées dans une propriété privée sans l’accord du propriétaire. Il a aussi démontré le non-respect des règles sanitaires. L214 a été condamné à une amende et a dû effacer les images de l’élevage de lapins sur toutes ses plates-formes.

Une première victoire pour le monde paysan qui subit, depuis plusieurs années, la fureur des militants antispécistes. « C’est une bataille de longue haleine, estime Maître Jean-Pierre Depasse. Peut-être que les choses sont en train de s’inverser grâce à certaines juridictions. » Après bien des dégâts et bien des victimes.

Le 8 mai 2019 au soir, le téléphone de Philippe Mallet se met à sonner. On l’informe qu’une vidéo de sa ferme vient d’être publiée sur le site de L214. L’objectif est clair : montrer des conditions d’élevage indignes. L’agriculteur raconte à Boulevard Voltaire les méthodes peu reluisantes de cette association très puissante et bien financée. Les antispécistes ont réussi à s’introduire sans que personne ne les voie, à placer une caméra et à filmer l’activité de la ferme pendant trois semaines. Selon Philippe Mallet, ces activistes auraient volontairement relevé les abreuvoirs hors de portée des animaux afin de filmer des poulets assoiffés. Contactée par téléphone et par courriel, l’association L214 n’a pas répondu à nos sollicitations. Philippe Mallet a porté plainte dès la publication de cette vidéo. « Ce que je leur reproche, c’est qu’ils ont faussé la vérité, assure l’agriculteur. Même si on fait de l’élevage industriel, on élève nos animaux dans de bonnes conditions. » Trois mois plus tard, le procureur a classé l’affaire. La Justice « ne veut pas attaquer L214 en priorité mais les gens qui sont entrés dans ma propriété », explique l’éleveur. Pour lui, les répercussions psychologiques ont été lourdes. Durant les jours qui ont suivi les révélations de l'association, Philippe Mallet a reçu des lettres d’insultes. Il est placé sous protection policière pendant deux jours.

Plusieurs actions des « protecteurs » des animaux ont ainsi tourné au drame (la suite demain sur Boulevard Voltaire).

Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le 26/01/2022 à 21:19.
Kevin Tanguy
Kevin Tanguy
Journaliste stagiaire à BV, étudiant en journalisme

Vos commentaires

56 commentaires

  1. Allez les courageux on va filmer l’abattage hallal et on publie sur les réseaux , on dénonce cette cruauté , on inonde le net avec ces images , les gens ont le droit de savoir .Alors les petits lâches oserez vous , on attend avec impatience que ces êtres abjects fassent du bon boulot de reporters ….

  2. moipasfacho
    Inutile d’essayer de discuter avec ces guignols, il sont dans leur vérité, et vous n’en fait pas partie

  3. macron ferait mieux de jeter l’éponge et de disparaitre dans un paradis fiscal
    quand un président s’incline devant le monument du fln ce groupe qui a assassiné des milliers de français femmes et enfants compris (je suis un ancien d’ AFN Je dis ce que je sais) cet individu ne peut représenter la FRANCE

  4. Donc si on suit les avocats de L214, un tueur en série qui filmerait et diffuserait ses « exploits », devrait échapper aux assises au prétexte qu’il ne s’agit que d’un délit de presse… ;-)

  5. Encore une de ces minorités qui pourrissent la vie en imposant leur idéologie délirante sans risquer grand chose. Apparemment les poursuites judiciaires jusque-là inexistantes commence à se réveiller. Il est temps de mettre un terme à ces assos psychopathiques avec de lourdes condamnations.

  6. Au regard des commentaires, je pense que leurs auteurs n’ont jamais visionné les vidéos réalisées par L214… Pour être objectif, il faut savoir de quoi l’on parle ! Et les « enquêteurs » bénévoles de L214 défendent autant les animaux que les consommateurs quand ils dévoilent que pour maintenir autant de porcs ou de volailles dans des espaces aussi réduits, des produits pour endiguer les épidémies dans les élevages sont la norme. Produits hautement toxiques qui se retrouvent dans la viande !

  7. ce sont les mêmes qui vandalisent les boucheries traditionnelles mais ils ne s’attaquent jamais aux boucherie hallal on ne les entend pas non plus aux moment de l’AID !

  8. Un jour de la semaine dernière une de ces personnes antispéciste interrogée sur le sujet à argumenté qu’elle ne voulait plus voir de cadavres d’animaux !!!??? Alors que devons nous faire de tout les animaux sauvages ou pad qui peuplent notre planète et qui un jour hélas vont mourir ?

    • En effet c’est bizarre de ne pas les entendre sur le sujet. La souffrance animale est d’autant plus violente avec ce halal que les élevages.

  9. Si les antispécistes étaient honnêtes avec eux-mêmes ils accepteraient de servir de nourriture aux fauves, si les vegans étaient honnêtes ils devraient commencer par essayer de transformer les carnivores en herbivores et combattraient en premier lieu l’abattage rituel ! La réalité est que l’homme est omnivore, et bien sûr on doit encourager l’élevage dans les meilleures conditions possibles et l’étourdissement avant l’abattage.

  10. L214 ne s’attaque pas aux boucheries hallal dont les animaux sont égorgés vivants, mais s’attaque seulement,aux autres boucheries dont l’abattage respecte les animaux

  11. ces personnes de L214 antispécistes ne s’attaque pas au animaux égorgés la ils ont les foie
    pour tant ces animaux soufrent certainement plus que dans les élevages

  12. Il serait intéressant, n’est ce pas BV, d’enquêter pour savoir qui finance cette association L214, (Soros ?) . La France est théoriquement un pays de droit (Merci Macron, car en pratique non) , et tout citoyen peut saisir la justice sur n’importe quel sujet. Mais non, il y a des tarés qui préfèrent la violence pour se faire justice eux mêmes.

    • Personne pour enquêter sur la FNSEA qui fait obstacle à la fin du glyphosate ? Personne pour enquêter sur les subventions grassement versées aux agriculteurs et éleveurs en mode intensif alors que les éleveurs et agriculteurs bio ne reçoivent pratiquement rien du ministère de l’agriculture et ne sont pas encouragés. Ceux qui empoisonnent la terre sont encouragés, ceux qui défendent la terre et la population pour une alimentation plus saine sont discriminés… Cherchez l’erreur…

  13. Qui finance ces antispécistes ? Que font-ils pour interdire l’abattage par égorgement sans étourdissement ? Quelles seraient leur réactions si on pratiquait la PMA, les interventions changements de sexe, l’avortement de confort sur les animaux ? Manipulations que je suppose ils trouvent progressistes et défendent pour les humains !
    C’est comme ces féministes qu’on entend jamais hurler lorsque des femmes sont assassinées de façon barbare car elles souhaitent vivre à la française ….

  14. En revanche, les antispécistes sont bien silencieux lorsqu’il s’agit de critiquer les rituels barbares infligés aux animaux lors du ramadan !
    Toujours ce deux poids de mesure typique des bobos…

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois