[Edito] Le RN minoritaire ? Le prix du coup de force Mélenchon-Macron

MACRON3

Article mis à jour ce 4 juillet.

Deux sondages coup sur coup risquent de doucher les espoirs des électeurs RN-LR. Ils provoqueront, bien sûr, les applaudissements frénétiques de la gauche embarquée dans l'aventure du NFP. Ce jeudi soir, un sondage Harris Interactive pour BFM TV annonce que l’alliance entre Macron et Mélenchon pourrait faire descendre le RN de 250-290 sièges envisagés à… 190 sièges à l’Assemblée nationale. En face, le NFP obtiendrait quelque 195 sièges, soit une majorité relative qui lui permettrait de désigner le Premier ministre.

Un autre sondage, réalisé par Harris Interactive et publié ce 3 juillet au soir par le site du magazine Challenges donne des résultats similaires en nombre de sièges. « Le RN et ses alliés ne sont plus crédités que de 190 à 220 sièges à l’issue du second tour des législatives, loin du seuil majoritaire de 289 députés qui aurait permis à Jordan Bardella d’entrer à Matignon », écrit le journal économique.

Ces sondages sont les premiers à prendre en compte la vague de retraits des candidatures close mardi soir à 18 heures. S’ils se vérifient dans les urnes dimanche soir, les patriotes français qui nourrissaient l’espoir d’une grande bascule seront évidemment déçus.

La « grande armée de gauche », montée de bric et de broc, intégrant Rima Hassan, Raphaël Arnault, Philippe Poutou, le PCF ou les Verts qui ont sur la conscience le désespoir des paysans, aura réussi à déposséder le RN d’une victoire quasi acquise à la loyale : il est arrivé, au soir du 30 juin, devant la coalition NFP et le parti au pouvoir. Il était arrivé lors des Européennes le 9 juin très loin devant tous les partis du spectre politique.

Macron nommera peut-être à nouveau Gabriel Attal à Matignon et continuera comme avant, au prix d’un virage à gauche, de quelques reniements et abandons et d’une paralysie partielle. Il gardera l’essentiel à ses yeux : le pouvoir. Sur le papier, cette stratégie est parfaitement légale. Légales les alliances, légaux les retraits, légales les menaces verbales.

Mais « bien mal acquis ne profite jamais », dit le proverbe. En réalité, le camp macroniste, qui tire les ficelles de cette basse manœuvre d’appareils, emportera une vraie-fausse victoire à la Pyrrhus, une victoire technique. Sur le fond, l’esprit de la démocratie, l’esprit des institutions, l’honnêteté des urnes et du fonctionnement de la Ve République sortiront, une fois de plus, salement cabossés de cet épisode. Car on n’enlèvera pas de la tête d’un Français sur trois qui a voté aux européennes, puis aux législatives en faveur du RN, qu’il est victime d’une manipulation honteuse, façon hold-up de nuit. Il aura fallu dresser contre le RN et les LR de Ciotti une armée impériale recrutée dans les pires bas-fonds de la gauche violente en fermant les yeux sur les profils et les idées, avec une seule promesse sans programme : battre le RN. Pour faire marcher les soldats de cet empire délétère, mû par l’intérêt financier et la soif du pouvoir, il faut agiter de grandes idées. Alors, Attal lance, ce 3 juillet au soir : « L’enjeu du second tour est d’éviter une majorité absolue dirigée par le RN qui a un projet aux antipodes des valeurs de la République. » Valeurs de la République, que de crimes on aura commis en votre nom !

Les crimes sont toujours punis. Cette victoire tactique a un prix. La Macronie a montré qu’elle était prête à tout pour conserver le pouvoir, même si elle finasse aujourd’hui (dans des termes si confus que personne n’en comprend le sens) sur la teneur de ses alliances avec LFI. Que la gauche, l’extrême gauche et le centre macroniste n’étaient que les différents doigts de la même main, tous unis et prêts à tout face au peuple des campagnes, des petites villes, face aux ouvriers et aux actifs qui votent massivement à droite.

Demain, le défi sera finalement bien plus grand pour la Macronie et l’extrême gauche si elles entreprennent de gouverner trois ans de plus sans majorité absolue, parmi les tensions, les factions et les divagations des mélenchonistes, que pour le RN et ses alliés. Confortablement installés dans l’opposition, Bardella et ses troupes attendraient sagement de cueillir le fruit mûr en 2027. La France, elle, s’abîmerait davantage, trois ans durant. A ce jour, rien n'est joué et les calculs cyniques de la classe politique qui a tant saccagé la France ne sont pas à l'abri d'un sursaut d'orgueil des électeurs de gauche dégoûtés par la combinazione, comme d'un autre sursaut d'orgueil, venu des électeurs de droite. Les Français ont montré qu'ils savaient parfois dire non.

Marc Baudriller
Marc Baudriller
Directeur adjoint de la rédaction de BV, éditorialiste

Vos commentaires

97 commentaires

  1. Ce soir du 7 juillet, le sort en est jeté. La France bascule vers l’ultra gauche. Bien qu’à droite, ce sont tous les contre-pouvoirs qui ont eu le mot de la fin balayant ainsi la volonté de la grande majorité des Français. Les « ploucs » des zones rurales et périphériques urbaines n’ont qu’à bien se tenir devant la mondialisation. Soit ils trimeront pour ceux qui ne travaillent pas ou pour ceux qui les exploitent, soit ils se dirigeront vers un « revenu universel » puisqu’ils sont méprisés par les élites. A quoi bon se lever tôt le matin pour faire marcher le système ?

  2. Juste une boule puante pour décourager les électeurs ? Ne nous laissons pas détourner de notre volonté de voir le traître défait.

  3. Leur accorder encore trois ans c’est pas possible . Combien de migrants peuvent arriver en 3 ans , combien de vies supprimées chez nos jeunes , combien de familles brisées , de femmes violées , d’édifices chrétiens saccagés . Non tous aux urnes dimanche , ne les laissez pas prendre le pouvoir .

    • Durant 2 ans les électeurs ont assisté à la bordelisation de le democratie par La NUPES avec la complicité de la macronie : veulent-ils oublier et reconduire les ennemis de la démocratie pendant 3ans supplémentaires ?

  4.  » victime d’une manipulation honteuse, façon hold-up de nuit. » Il fallait s’y attendre depuis qu’on est gouvernés par une succursale de la Mafia, façon Al Capone ou Corleone.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois