Drapeau arraché, églises taguées… la lutte contre le RN selon les antifas

Capture d'écran X
Capture d'écran X

Petite leçon de démocratie selon l’extrême gauche : faire campagne sur une thématique électoraliste qui n’a pas de lien direct avec le scrutin, s'offusquer des résultats, les contester dans la rue et s’en prendre à ceux qui ne partagent pas ses idées. Nous en sommes à la dernière étape.

Depuis que les résultats des élections européennes sont tombés et depuis qu’Emmanuel Macron a annoncé la dissolution de l’Assemblée nationale, les militants d’extrême gauche cèdent à la panique. Le très bon score de Jordan Bardella aux européennes les a marqués ; la perspective de le voir enfiler le costume de Premier ministre, au soir du 7 juillet, les rend incontrôlables. Ils ne savent plus quoi faire pour contrer la montée du Rassemblement national. Faute d'idées et d'arguments, certains ont décidé de descendre dans la rue pour manifester, puis de s’en prendre à des électeurs présumés du RN.

 

Des manifestations et des débordements

 

Plusieurs manifestations ont eu lieu, dans les grandes villes de France, le lundi 10 juin. À Paris, 3.000 militants se sont réunis place de la République. À Marseille, 2.200 personnes s’étaient donné rendez-vous devant la préfecture. À Rennes, à Montpellier, à Rouen, à Toulouse et dans d’autres communes, ils étaient entre 800 et 2.500. Une affluence des petits jours qui a tout de même fait des dégâts. Dans le centre de la ville rose, des poubelles ont été incendiées et des équipements publics ont été dégradés. Lorsqu’il est en colère, le militant d’extrême gauche a besoin de se défouler.

 

 

Faute de mieux, il s’en prend aux biens de la collectivité, mais quand il le peut, il préfère s’attaquer aux personnes ou aux biens des personnes identifiées comme ses ennemis, aux Français susceptibles de mettre un bulletin RN ou Reconquête dans l’urne. Exemple à Angers : dans la commune du Maine-et-Loire, des « antifas », tout de noir vêtus, ont vandalisé le bar Le Bazar dans la rue Parcheminerie. Selon les manifestants, il s’agit d’un établissement d’extrême droite qui abriterait des réunions du groupe identitaire RED (Rassemblement étudiant de droite).

 

 

Derrière les anti-RN, les anti-France

 

Même chose à Bordeaux, où les manifestants ont également pris pour cible un bar. Cette fois, il s’agit du Saint-Projet, situé sur la place du même nom. La justification des vandales est la même : il s’agirait d’un bar accueillant des fascistes, comme l’indique le site Lagrappe se revendiquant antifasciste. Les militants d'extrême gauche bordelais ont ensuite poursuivi leur action du côté de l’église Saint-Éloi, rue Saint-Éloi. Ils ont tagué « Mort aux fafs » sur la façade de l’édifice. Pour le curé de la paroisse, contacté par BV, « ils ont ciblé Saint-Éloi parce que c'est une église tradi ». Pour l’ultra-gauche, le fait que, dans cette paroisse, la messe soit célébrée selon le rite tridentin pourrait constituer une circonstance aggravante et être un gage de vote à la droite de la droite de la part des fidèles. L’abbé précise néanmoins que tout le centre-ville a été saccagé : « L’église de la Madeleine, des commerces, des banques… » S’il est agacé par ces actes, il ne souhaite pas donner plus d’importance que cela à ces « antifas, anarchistes, révolutionnaires », à ces personnes qui, d’une certaine manière, n’aiment pas la France.

 

 

Pour elles, aimer son pays ou être patriote est abject. Pour preuve, à Nantes, un drapeau français accroché à la fenêtre d’un appartement a été arraché. Un militant d’extrême gauche a grimpé au premier étage d’un immeuble, sous les applaudissements de ses congénères, pour décrocher un étendard tricolore avant que l’appartement ne soit visé par des jets de pierres. La raison ? Pavoiser est chose d’extrême droite, évidemment !

Les antifas puisent dans leur a priori pour dresser la liste de leurs ennemis. Ils pointent du doigt les identitaires, les catholiques pratiquants et les patriotes, de potentiels électeurs du RN mais aussi des personnes qui veulent que l’identité française demeure, qui défendent les racines chrétiennes de la France et qui sont fiers d’être Français.

Vos commentaires

58 commentaires

  1. Non les Antis France ne Vaincrons pas ! Pourquoi ? Parce que que vous le vouliez où pas le SAC est toujours présent même si il est dormant et qu’il n’agit plus, ainsi que les Identitaires, l’Action Française on est toujours présent, y compris le Gude on est toujours la ! Les Gaulistes et les Patriotes on est toujours la ! Et on ne vous laissera pas faire ! On ne vous laissera pas cadenasser nos Droits d’exister, nos Droits de Vivre, nos Droits de parler et de nous exprimer ! Nous ne vous menaçons ! Alors pourquoi nous menacer ! Hervé de Néoules ! La France est Chrétienne et fille mère de l’église Catholique !

  2. Il faut se rendre à l’évidence, il n’y a plus de démocratie en France. Le fascisme a gagné par la gauche définitivement.

  3. Qu’attend Darmanin pour gazer ces manifestants lui qui n’hésitât pas à s’en prendre aux manifestants de Roman sur Isère qui demandaient juste que justice soit faite pour le meurtre du jeune Thomas à Crépol. Quand est ce que ce gouvernement va comprendre qu’il est seul responsable de la montée du RN du fait de son laxisme notamment vis à vis des Black-blocks.

  4. L’état d’urgence, vite ! Vous avez l’article 16, aussi. Ou la loi martiale. J’écoute la télé tous les soirs. Faut rester calme. Difficile.

  5. Ils sont incontrôlables par la volonté de ce gouvernement et du précédent. Quand vous mettez des clowns à leur tête ne vous étonnez pas que ça devienne le cirque. C’est une minorité de voyous et racailles qui peut être mise hors de état de nuire encore faut-il que les pouvoirs publics le veuillent. Le laxisme de la justice et le pas de vagues ministériel font le jeu de ces nuisibles au détriment des forces de l’ordre qui en bavent depuis des années. Ca suffit.

  6. Quand je lis qu’un conducteur sans permis dans une voiture volée ne respecte pas l’injonction de s’arrêter (obtempérer) de la POLICE, et prend un pruneau d’une policière et que celle -ci est arrêtée, on marche sur la tête … celà veut dire que le syndicat de la MAGISTRATURE est aussi … à côté !

  7. Les médias ne font pas écho à une intervention quelconque des forces de l’ordre dans ces faits de violences urbaines ??? Pourtant leur hiérarchie est bien représentée au sein des candidats élus le 9 juin AUX EUROPEENNES….Et en France alors ?????

  8. Je pense que malheureusement ce n’est qu’un aperçu si la droite patriote remporte les législatives et gouverne . Ce sera tous les jours à feu et à sang afin de déclencher la guerre civile que la méluche attend avec impatience .

  9. Des grands démocrates ces « gauchistes » qui refusent le résultat des urnes ,mais qui donnent des leçons de morale en cassant tout !! jusqu’à quand va t on supporter cela !! Sans parler du syndicat de la magistrature qui se permet de prendre position !! Bravo pour les futurs jugés si ils sont de droite !!

    • Le pire dans tout ça, c’est qu’ils ne se rendent pas compte que ce sont eux, les fascistes.

  10. Je pense que la Révolution est « En Marche ». C’est la faute de la droite, comme d’habitude! Mais où étaient les forces de l’ordre? Les canons à eau, les gaz lacrymogènes et les véhicules blindés?…

  11.  » Les militants d’extrême gauche bordelais ont ensuite poursuivi leur action du côté de l’église Saint-Éloi » qui se situe à côté de la Grosse Cloche. Il faut croire qu’elle les attire, par mimétisme.

  12. À remarquer sur la vidéo que lorsqu’ils défoncent la devanture d’un bar dont le patron est suspecté d’être un identitaire, ils continuent de se protéger avec leur parapluie de la pluie. Ils craignent donc de se mouiller ! Ce que ça va être lorsqu’ils vont devoir aller combattre dans les tranchées ukrainiennes ; ils ne devront pas oublier leur cache-nez et leurs chaussettes de laine.

  13. Je ne comprends pas le rapport qu’il peut y avoir à arborer un drapeau Français à sa fenêtre et être « d’extrême droite », à ce compte là, faut-il considérer que ceux qui brandissent le drapeau Français ou des maquillages tricolores, sans compter un coq et des lunettes aux couleurs de la France, lors des manifestations sportives, tous ces supporters sportifs seraient-ils fachistes ?
    Aux Etats Unis beaucoup de drapeaux sont arborés dans les jardins des maisons, ou aux fenêtres des immeubles, en France, on ne devrait plus avoir le droit d’être fier d’être Français, sans être soupçonné d’être « d’extrême droite ».

    • Les fascistes sont évidemment ceux qui cassent les boutiques dont les responsables ne votent pas comme eux, ceux qui arrachent les drapeaux aux fenêtres enfin ceux qui n’acceptent pas que l’on puisse avoir des idées différente des leurs;…Non décidemment ce n’est pas le RN qui est fasciste

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois