Une nouvelle souche du Covid-19 a été détectée au Royaume-Uni. Faut-il s’en inquiéter en France ? Réponse du Dr Bertrand Legrand.

Décidément, le Covid-19 n’en finit pas de surprendre. Une nouvelle souche du virus serait apparue en Angleterre. Elle serait aussi, par le biais du voyage, apparue en Belgique. Il y a de grandes chances qu’elle soit en France. Que sait-on de cette nouvelle souche ?

Cette mutation n’est a priori pas très conséquente. Ce n’est pas une permutation sur la protéine Spike qui remettrait en cause l’effet du vaccin. C’est une première bonne nouvelle. Cette mutation augmenterait sa contagiosité. Il est toujours très compliqué d’établir une corrélation. On a remarqué que le Covid était plus contagieux en Angleterre et en Belgique. Est-ce lié à la mutation ou à des conditions différentes ? On peut voir qu’il y a une corrélation, mais on ne peut pas voir qu’il y a une relation de cause à effet. Cette mutation apparaît en même temps qu’une augmentation de la contagiosité du Covid. Ces virus mutent facilement. Il n’est donc pas étonnant qu’il y ait différentes souches. On trace pas mal de souches et c’est comme cela que l’on peut repérer des patients « zéro » grâce à la souche de paternité.

Les autorités françaises ont décrété au moins 48 heures d’arrêt de relation humaine ou de marchandise avec la Grande-Bretagne. Cela peut-il suffire à stopper la diffusion de cette souche de l’Angleterre dans toute l’Europe ?

Le virus de Wuhan a migré jusqu’en France en passant par l’Italie. Vous imaginez bien qu’il passera de l’Angleterre à la France de la même manière. Rien n’empêchera un virus de passer. Il faudrait stopper toute relation. C’est un mur entre la France et l’Angleterre. Cela paraît compliqué même en faisant sauter le tunnel sous la Manche. Ce n’est pas sérieux.

Peut-on partir du principe que cette nouvelle souche pourrait provoquer la création d’une troisième vague ?

Il est tout à fait logique que le plus contagieux va écraser les autres. Il est donc tout à fait normal que le virus devienne contagieux. Si la contagiosité se fait au prix d’une baisse de la mortalité, cela me va très bien. Dans nos organismes, on a des milliers et des milliers de virus ou de bactéries qui circulent et on vit très bien avec. Pour être l’être contagieux suprême, il suffit de ne pas tuer son hôte. C’est ce qui va finir par arriver à un moment donné. Ce n’est pas très inquiétant.

Comment allez-vous fêter Noël ? Allez-vous respecter les consignes du gouvernement ? Pardonnez-moi l’expression, mais allez-vous faire manger papy et mamie dans la cuisine ?

Je ne ferai pas manger ma belle-mère et mes parents dans la cuisine. Médicalement parlant, c’est ce qu’il faudrait faire. Il faut, bien sûr, arrêter tous les liens sociaux, mais une fois qu’on a dit ce qu’il fallait faire médicalement parlant, je continue à boire un peu d’alcool de temps en temps, je ne fume pas, à chacun son vice. Mon vice est de rencontrer ma famille. Je trouve que ce vice n’est pas mal.
Je vais donc la rencontrer. On essaiera au maximum de ne pas se contaminer les uns les autres, mais soyons quand même raisonnables.

21 décembre 2020

Partager

À lire aussi

Dr Bertrand Legrand : « Vaccination : on a l’impression d’être guidés par une stratégie de pénurie qui nous fait faire des changements de tactiques »

Le Dr Bertrand Legrand fait le point sur la vaccination pour Boulevard Voltaire. La vaccin…