Dormez, braves gens ! Surtout, dormez sans vous soucier d’autre chose que de la distanciation que vous devez respecter avec vos proches. Dormez sur vos deux oreilles ! La situation est sous contrôle et s’il n’était ce fichu coronavirus, qui est un fléau effrayant ayant touché, en huit mois, 0,3 % de la population mondiale, tout irait pour le mieux.

N’écoutez pas ceux qui tentent de détourner votre regard vers la Méditerranée où le Turc Erdoğan joue avec le feu en provoquant occidental et la paix mondiale. Soyez tranquilles car la guerre n’aura pas lieu puisque notre pusillanimité nous impose avec une urgence absolue de ne rien faire qui puisse arrêter l’arrogance de ce dirigeant musulman d’une qui, sous son action politique, ne cesse de s’islamiser. Dans une nécessité qui lui a paru sans faille, il a récemment transformé la cathédrale d’Istanbul en super mosquée… Certains esprits mesquins ont osé qualifier ce geste de provocation. Pensez plutôt au risque de la pandémie.

N’écoutez pas, non plus, les agitateurs inconscients qui vous racontent que la France est au bord de la guerre civile. Cela n’a aucun sens, vous le savez bien, et si, ici ou là, des quartiers s’enflamment comme encore ces jours-ci à Reims ou ailleurs, il ne s’agit que de l’incivilité de quelques désœuvrés. Notre nouveau ministre de l’Intérieur, tellement plus ferme que son prédécesseur, vous l’a bien dit récemment, il est bien décidé à agir contre ces « minorités agissantes ». Tout cela est inacceptable, il n’y a pas de zone de non-droit. C’est bien un discours de fermeté s’il en est. Il n’y a plus qu’à attendre les actes. Alors, soyez patients… et pensez plutôt au risque de la pandémie.

N’écoutez pas ceux qui vous racontent que des maires, au nom d’une démarche communautaire, que certains osent même qualifier de religieuse, bafouent l’esprit laïque et égalitaire de la République. Il n’existe pas de maire qui prendraient des actes de non-égalité entre les femmes et les hommes dans les services publics municipaux, qui seraient totalement contraires aux valeurs de la République par une sorte de pro- qui serait contraire à nos principes. L’État veille, même si certains prennent cette attitude pour un assoupissement ou un attentisme coupable. Pensez plutôt aux risques de la pandémie.

Dormez tranquillement, braves gens, et n’écoutez pas tous ceux qui vous disent que la France devient, petit à petit, par l’action insensée de ses gouvernants successifs lors des quarante dernières années, un pays de seconde zone. Pensez plutôt aux risques de la pandémie.

N’écoutez pas leur mise en garde qui prétend que le multiculturalisme imposé conduira à la déculturation totale du pays et à sa balkanisation. Pensez plutôt aux risques de la pandémie.

Continuez à dormir sur vos deux oreilles et faites taire ceux qui tentent de vous effrayer sur la dénaturation du pays. Certains le font depuis longtemps et vous pouvez observer qu’ils avaient tort. Pensez plutôt aux risques de la pandémie.

18 août 2020

Partager
BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.