Nous savons, car on nous l’a appris à l’école, que nous sommes issus de grands singes. Oui, nous avons d’abord marché à quatre pattes. Puis est apparu l’Homo erectus. Et, longtemps après lui, l’Homo sapiens. Mais les scientifiques continuent à s’interroger sur le chaînon manquant.

Il a été découvert par Éric Piolle, le maire écolo de Grenoble. Voilà une grande avancée dans la connaissance de l’évolution de notre espèce. Merci à ce nouveau Christophe Colomb.
Il l’a annoncé au monde entier dans un tweet qui fera date : “La ville d’hier était faite pour l’homme blanc pressé au volant de sa voiture. La ville de demain est faite pour toutes et pour tous.”

L’homme blanc que je suis a frémi de bonheur. Oui, l’homme blanc, selon la doctrine de Piolle, est pressé. Il se lève de bonne heure pour courir. Pour avancer le plus rapidement possible. Il veut réussir. Il veut conquérir. Toujours plus vite. Toujours plus haut.

Quel contraste accablant avec l’homme noir qui, lui, n’est jamais pressé ! Par contraste avec l’homme blanc cher à Piolle, il est d’une indolence pathétique. Paresseux, oserait-on dire. On l’imagine affalé sous un cocotier en attendant que les noix de coco veuillent bien tomber pour le nourrir.

L’homme arabe ne vaut pas mieux. Lui non plus n’est pas pressé. Il glande, il n’en fout pas une rame. Il passe l’essentiel de ses journées à soutenir les murs de son HLM. Le reste du temps, il est dans une cage d’escalier à fumer des joints. Ainsi éclate, enfin, au grand jour la supériorité incontestable de l’homme blanc pressé…

Le tweet d’Éric Piolle a suscité sur les une tempête de moqueries. Nombreux sont ceux qui, à juste titre, ont relevé qu’il était parfaitement raciste. Le maire de Grenoble l’a donc effacé.

Il ne voulait pas, selon son entourage, “engraisser la fachosphère”. Il y a quelques années, celle-ci avait la taille dérisoire d’un poisson rouge. Et si, aujourd’hui, elle atteint la dimension d’une baleine, c’est grâce à Piolle et à tous les bien-pensants de son espèce.

16 mars 2019

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.