Le 18 avril 2018, aurait eu 45 ans. En ce jour anniversaire, frère Augustin-Marie Aubry, de la Fraternité Saint-Vincent-Ferrier, tient à le remercier.

Mon Colonel,

Je vous écris pour vous remercier : vous remercier d’avoir sauvé Julie, une mère de famille ; vous remercier d’être allé jusqu’au bout de votre mission, défendre et protéger ; vous remercier d’avoir rappelé, par votre action héroïque, que le service oblige et que la est parfois le prix de la fidélité.

Vous êtes en combattant, non en victime. Vous êtes mort en soldat et en officier, non en proie facile à rançonner. Vous avez estimé que face à un djihadiste, semant la mort et la désirant, il fallait, non une hôtesse de caisse, mais un homme sachant se battre. Un contre un, d’homme à homme, comme un tournoi du passé. Gendarme et chevalier tout à la fois, vous avez marché au feu, au danger, au combat. Il était armé, vous ne l’étiez pas. Pensiez-vous avoir une chance de le maîtriser ? Il fallait saisir l’occasion, vous avez tenté le tout pour le tout. À mains nues, contre un flingue et un poignard. Courage énorme ! Était-ce imprudence de votre part ? Non, car votre métier vous avait appris les situations hors normes, où le chef, tout bien considéré, prend ses responsabilités (sans penser que son acte est le seul ou le meilleur possible). Non, car la vraie prudence ne rend pas pusillanime, elle sait accueillir l’inspiration venue d’en haut, qui porte à des actes qui nous dépassent. Vous avez décidé d’accomplir la mission sans réserve, défendre la patrie et vos compatriotes contre l’agresseur. Entre les Français, que votre métier vous faisait devoir de protéger, et l’ennemi, vous avez fait rempart. Le rempart a pris les coups : coups de feu, coups de couteau. Vous avez porté à son sommet le sens du sacrifice, quand celui-ci implique le don de sa propre vie.

Le 23 mars 2018, le soldat de l’ a perdu. Celui qui voulait répandre la terreur vous a rencontré. Lui voulait faire peur, mais vous, vous n’avez pas eu de sa barbe et de son couteau. Vous n’avez pas eu peur de son pistolet et de ses explosifs. Vous n’avez pas eu peur de ses imprécations contre un pays, le nôtre, qui l’a nourri depuis l’enfance. Vous n’avez pas eu peur de ses protestations de fidélité à cet État islamique, qui l’a conduit jusqu’à la mort. Dans le combat au corps à corps, vous avez succombé. Dans le face-à-face, vous l’avez emporté, car un terroriste qui ne fait plus peur, à quoi sert-il ? C’est un pitre grimé, un clown triste… À l’issue de ce duel mortel, recevez, mon colonel, le salaire du courage et du sacrifice !

Votre dernier mot fut un ordre : « Assaut ! » Vous appeliez vos camarades du GIGN pour qu’ils éliminent le terroriste. Mais cet ordre résonne plus loin que le Super U, plus loin que Trèbes. Il s’adresse au pays tout entier, comme pour dire : « Français, j’ai fait ma part du travail, à vous de jouer ! »

18 avril 2018

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.