« Troubles dans la race ». Dans un article d’opinion publié ce 5 décembre, Joseph Confavreux, journaliste historique de , s’interroge sur le danger que peuvent représenter les enfants d’immigrés hostiles à une immigration non régulée. Pour le média d’Edwy Plenel, une telle trajectoire est nécessairement synonyme de « dérives ». Mais n’est-ce pas plutôt une manifestation du bon sens ?

Des descendants d’immigrés patriotes

Herschel Walker, Priti Patel et Suella Braverman. Leurs noms vous sont peut-être inconnus mais tous partagent un point commun : être descendants d’immigrés (ou « racisés », pour reprendre la terminologie de ) et prôner une politique migratoire ferme. Herschel Walker, Afro-Américain, ancien sportif de haut niveau, a soutenu les candidatures de Donald Trump avant de tenter sa chance en Géorgie sous les couleurs des républicains. Priti Patel, femme politique conservatrice britannique née dans une famille d’immigrés indiens, a notamment signé le plan de renvoi des demandeurs d’asile au Rwanda. Une politique poursuivie par son successeur, Suella Braverman, ministre de l’Intérieur outre-Manche, également issue d’une famille d’origine indienne. Malgré leur ascendance immigrée, tous ont marqué, à plusieurs reprises, leur opposition à une immigration de masse. Un comble pour le journaliste de qui ne conçoit pas « l’adhésion de personnes racisées » à des politiques dites de droite. Selon Joseph Confavreux, ces trajectoires, qui relèvent « du mercenariat, [d’] un syndrome de Stockholm ou [d’] une dérive personnelle », sont une « contradiction » certes de moins en moins inédite mais incompréhensible. Loin de se réjouir que de telles personnalités aient rejoint les bancs des conservateurs, le journaliste dénonce l’attitude des « derniers arrivés tentés de fermer la porte derrière eux ».

Une gauche essentialiste

L’article de Joseph Confavreux s’inscrit pleinement dans le logiciel d’une certaine gauche essentialiste qui réduit le descendant d’immigrés à ses racines étrangères. Ces personnalités, parce que issues de l’immigration, devraient forcément encourager l’ouverture des frontières et accueillir généreusement tout étranger. À lire , Herschel Walker, Priti Patel et Suella Braverman trahiraient leur ascendance et leur communauté en acceptant de rendre « acceptables » des discours fermes sur l’immigration. Pire : leur nomination à de hauts postes serait « un obstacle à la perspective d’égalité raciale » car cela reviendrait à recatégoriser « les discours haineux vis-à-vis des migrants […] dans la politique mainstream sous couvert de diversification de celles et ceux qui les portent ».

Jamais il ne semble effleurer l’esprit du journaliste que ces personnalités, comme de nombreux citoyens d’origine immigrée installés en Europe ou aux États-Unis, puissent choisir de leur propre gré – et non pour un poste ou par dérive personnelle - de défendre leur patrie et d’appeler à une limitation des flux migratoires. Beaucoup, intégrés à la communauté nationale, refusent de voir leur pays sombrer dans l’insécurité et les ghettos. Ils appellent donc à limiter les nouvelles entrées de migrants. Mais cette réflexion échappe sans doute à la doxa essentialiste.

10866 vues

6 décembre 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • Les liens sont interdits.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

40 commentaires

  1. Je suis fils d’immigrés et je suis favorable à une réduction drastique des « flux migratoires », à une immigration choisie selon les besoins de la France, à un durcissement des règles d’accueil et des devoirs des personnes accueillies. Une restauration du droit d’asile stricto sensu, c’est-à-dire pour les personnes fuyant la guerre ou une situation de répression dans leur pays d’origine. Pour le reste, nos parents ont travaillé dur et n’ont rien exigé de la France, sinon ce que la France a bien voulu leur accorder. Le « deal » était simple : vous travaillez dur, mais vos enfants seront Français et recevront une éducation de qualité à l’école de la République, s’ils travaillent dur eux aussi ils pourront accéder à un meilleur statut social en trouvant un emploi adapté à leurs compétences. Ma famille a rempli sa part du contrat, moi aussi, la France a respecté sa parole. J’étais boursier pendant mes études, je suis aujourd’hui titulaire d’un doctorat. C’est (ou plutôt c’était) ça la France ! Je dois tout à mon pays et je m’efforce de le lui rendre chaque jour. A bon entendeur …

  2. Le bon sens est particulièrement étranger à une partie de la gauche, juste capable de réfléchir selon des stéréotypes qui correspondent à son idéologie. Que fait- elle de la réalité? Elle l’adapte selon ses vues!

  3. C’est exact, proche par mon époux de la diaspora d’un pays francophone de l’Afrique de l’ouest, je ne peux que confirmer qu’énormément de personnes trouvent que l’immigration, surtout la sauvage, jette le discrédit sur une
    France jadis très aimée .

  4. Que tous ces gauchos qui proclament l’ouverture aux autres commencent déjà par être ouvert au débat au lieu de se cantonner à l’entre soi.

  5. Il y a 30 ans, le regretté Jean DUTOURD, exprimait ironiquement que si l’on faisait un référendum dont seuls les immigrés en situation régulière seraient soumis, l’immigration de masse serait rejetée.

  6. L’immigration d’il y a 50, 40 ou 30 ans n’est pas la même que celle de 2022. Donc, c’est du bon sens.

  7. A qui veut régénérer une société en décadence, on prescrit avec raison de la ramener à ses origines !

  8. A qui veut régénérer une société en décadence, on prescrit avec raison de la ramener à ses origines !!

  9. Je suis descendant d’un ancien Protectorat né, néanmoins Français comme mon père. En France depuis 1950. Le tout c’est d’être reconnaissant envers la France et de l’aimer pour ce qu’elle a fait de vous. Aimer sa culture, ses meurs, ses coutumes sa civilisation et non pas la haïr comme les Africains ou Maghrébins qui débarquent pour bénéficier des avantages provenant de nos impôts. Je veux encore crois que la Droite remettra la France sur ses rails et ne serai pas enterré sur une terre islamique

  10. Ce qu’ils refusent de comprendre c’est que, peut importe la race, l’origine, quelqu’un puisse aimer le pays dans lequel il vit et souhaite lui conserver ce qui justement a induit ses assandants à y venir pour s’émanciper. Ils ne comprennent pas que l’on ne raisonne pas qu’en terme de race mais en terme de citoyen. Et ils se prétendent non racistes ? Des hypocrites voilà tout !

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter