Naïvement, on était nombreux à penser, depuis Charlie Hebdo, que les locaux de la presse seraient sanctuarisés et que l’intrusion illégale devrait être condamnée par tous. Mais que nenni ! Apparemment ce qui est illégal n’est réservé qu’au système et à ses ouailles ; pour les autres, débrouillez-vous, il ne fallait pas penser différemment des bien-pensants.

Samedi 29 août, en réaction à un article qu’ils n’ont pas apprécié, des membres du groupuscule extrémiste raciste, la Ligue de défense noire africaine, se sont introduits dans les locaux du magazine Valeurs actuelles en toute illégalité. Cette intrusion, largement relayée sur les réseaux sociaux, n’a bizarrement pas été dénoncée par la classe politique, elle qui, d’habitude, éructe à gorge déployée pour rappeler la liberté de la presse.

Ont-ils déjà oublié que la dernière intrusion dans les locaux d’un journal (Charlie Hebdo) a fait des morts ?

La liberté d’expression serait-elle réservée à BFM TV, Franceinfo, Le Monde, Libé, L’Obs et tous ces médias qui entretiennent la doxa de la pensée unique ? Qu’on soit d’accord ou pas avec la publication de Valeurs actuelles qui fait débat, ces dernières heures, il est effarant de n’avoir entendu personne dénoncer cette intrusion de .

Parlons du fond, dans la vidéo diffusée par les membres du groupuscule extrémiste raciste, je cite leur leader : « Ces Français fragiles qui pensent qu’ils sont supérieurs […] Il ne faut plus laisser passer. Il ne faut plus seulement s’indigner sur les réseaux sociaux […] À ceux qui pensent que la France est à eux, on vous dit que dorénavant sur le terrain c’est nous […] maintenant c’est la France de la LDNA […] Qui sème la colonisation récolte l’immigration. »

Terrible aveu d’échec pour les chantres du vivre ensemble. Nous ne serions donc pas dans une logique d’accueil et d’intégration des autres, comme ils nous l’ont fait croire depuis des décennies, mais plutôt dans un schéma de remplacement. Ce qui confirme, en quelque sorte, les propos tenus par Esther Benbassa, récemment, sur un plateau télé.

La France n’appartiendrait donc plus aux Français, car « qui sème la colonisation récolte l’immigration ». Certes, le raccourci est un brin simplet, mais il résume probablement ce que pensent beaucoup de personnes issues de l’immigration, estimant que la France leur doit tout mais eux ne doivent rien à ce pays.

Les postures des décoloniaux, des indigénistes, de LDNA et de tous ces groupuscules extrémistes valident leurs vrais objectifs, le débat sociétal qui anime la crise que traverse la France n’est pas lié au racisme que subiraient ces minorités mais plutôt au besoin d’hégémonie que celles-ci voudraient avoir sur la majorité.

Ce débat de fond, il va falloir avoir la force de l’affronter si nous voulons, un jour, sortir de cette crise.

Mais d’ici là, ayons le courage de dire à la La Ligue de défense noire africaine que ça suffit, leurs menaces et intimidations !

Pour conclure sur la polémique , je soumets à votre sagacité cette citation de Charles Exbrayat : « Il n’y a que les coupables pour prendre les vérités pour des insultes. »

À lire aussi

J’accuse les lâches et les hypocrites

Il leur faudra encore combien de crimes de ce genre pour enfin ouvrir les yeux et défendre…