Ce week-end, une information a circulé : Israël priverait les chrétiens de la bande de Gaza. L’ambassade d’Israël en France a cependant démenti cette information. Benjamin Blanchard, cofondateur de SOS Chrétiens d’Orient, réagit au micro de Boulevard Voltaire.

L’État d’Israël aurait voulu interdire aux chrétiens de la bande de Gaza de fêter Noël en territoire israélien. L’ambassade d’Israël en France a démenti cette information.
Qu’en est-il ?

J’avais lu cette interdiction sur i24News. On ne peut pas le soupçonner d’hostilité à l’égard d’Israël. L’ambassade dément. J’espère que l’ambassade a raison.
Si l’annonce de i24News est confirmée, ce serait un scandale de plus vis-à-vis de l’attitude d’Israël envers les Palestiniens. Nous ferons le bilan après Noël sur les autorisations qui auront été données.

Quelle est la situation des chrétiens de la bande de Gaza dans un territoire contrôlé par le Hamas, en immense majorité musulmane ?

Deux problèmes se posent. Le nombre de chrétiens palestiniens a énormément diminué depuis cinquante ans. Il y a plusieurs raisons à cela. Il y a d’abord les conditions de vie très difficiles. Elles sont le fait de l’occupation israélienne dont je rappelle qu’elle existe en violation de toutes les résolutions des Nations-Unies. Elle induit un morcellement des territoires palestiniens et de grandes difficultés de communication entre les différentes parties des zones occupées.
Ensuite, la vie est aussi rendue très difficile à cause du régime du Hamas, notamment à Gaza. C’est un régime islamiste très dur. Je n’y suis jamais allé, je ne sais donc pas très bien comment ça se passe là-bas. Mais il ne doit pas faire bon vivre sous le règne du Hamas dans la bande de Gaza. C’est une certitude.

Les chrétiens en Israël sont-ils des citoyens à part entière ? Comment l’État d’Israël gère-t-il ces populations chrétiennes ?

Il faut distinguer les chrétiens israéliens, des chrétiens palestiniens. SOS chrétiens d’Orient ne peut pas travailler dans cette partie du proche Orient. Israël ne nous laisse pas tellement entrer. Travailler au Liban et en Syrie n’est pas bien vu. Je n’y suis jamais allé. Je ne peux donc pas donner de témoignages de la vie quotidienne là-bas.
En revanche, d’un point de vue légal, j’imagine que les Israéliens chrétiens sont traités comme tous les citoyens israéliens et de même pour les chrétiens de Gaza. Qu’ils soient chrétiens ou musulmans, on sait la difficulté de vivre en Palestine.
D’un point de vue plus institutionnel, il y a de gros problèmes entre les églises et notamment l’Église grecque orthodoxe. L’Église orthodoxe est propriétaire de beaucoup de fonciers notamment à Jérusalem. Il y a des problèmes de confiscation, de rachat et de réquisition avec le gouvernement. Cela dure depuis des années. Un patriarche avait même été démis par sa propre église parce qu’il aurait accepté la vente de terrain. Aujourd’hui, c’est toujours un conflit latent entre les églises et le gouvernement au sujet de ces propriétés.

23 décembre 2019

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.