« Le président de la République a annoncé ce jour sa décision de retirer la force Barkhane du territoire malien. » Ainsi commence l’ordre du jour du chef d’état-major des armées, le général Thierry Burkhard.

Alors que l’annonce d’un départ du Mali se précisait, le Centre d'études stratégiques de l'Afrique* publiait, fin janvier, son rapport 2021 sur la violence terroriste où l’on constatait que, bien que Barkhane fût encore au maximum de son dimensionnement en juin 2021 et que Takuba montait en puissance, les violences islamistes au Sahel connaissaient une augmentation sans précédent de 70 % sur un an. Sans exclure que les rumeurs de retrait bruissant depuis début 2021 aient pu galvaniser des groupes armés de tous poils agissant sous couvert islamiste soucieux d’étendre leurs territoires, ce piètre résultat obtenu malgré l’admirable engagement de nos soldats opérant avec des moyens à la fiabilité incertaine dans un environnement politique fantasque et un contexte général de plus en plus hostile semble légitimer l’actuel désengagement français, soit qu’il l’ait causé, soit qu’il le justifie a posteriori.

Sans jamais cesser de penser aux 58 militaires français tombés dans la zone, force est de constater que le principe même de Barkhane vouait cette opération aux pires difficultés dans la durée. Le conflit sahélo-malien ne saurait en effet se limiter à la neutralisation de groupes armés terroristes (GAT) dont les intérêts très terre à terre tournent souvent soit autour de trafics de biens ou de personnes, soit autour de l’éternelle opposition entre éleveurs nomades et agriculteurs sédentaires, soit autour de problématiques ethniques transfrontalières, que ce soit avec les Touaregs de retour de Libye après la chute de Kadhafi ou avec les Peuls, peuple aux structures sociales complexes de 35 millions d’individus répartis sur 15 pays. Ainsi, quatre profils de recrutement de ces derniers par les GAT se dégagent : « Les Peuls ayant rejoint le MUJAO pour contrer l’hégémonie touarègue ; ceux qui se considèrent comme exploités par les castes supérieures ; les Téréré (voleurs de bétail peuls) motivés par des facteurs économiques ; et enfin [ceux motivés par, NDLR] l’accentuation des tensions intercommunautaires (massacres de Peuls et amalgame entre Peuls et terroristes). »

Un rapport de mai 2018 pour le Centre FrancoPaix de l’Université du Québec** détaillait ces conflits inter-peuls ravageant le delta intérieur du Niger « entre les lignages libres et propriétaires, les lignages libres mais non propriétaires et les communautés d’anciens esclaves ». Il pointait le conflit entre pasteurs des zones rendues de plus en plus arides par la désertification à la recherche de pâturages pour un cheptel en constante augmentation, et une politique gouvernementale d’accroissement des surfaces cultivables irriguées appartenant à des « élites locales peules issues de groupes statutaires dominants » qui contrôlent l’accès au delta et exigent des contreparties financières de plus en plus élevées.

Le légitime besoin de sécurité dans la zone est donc indissociable de la satisfaction préalable des besoins économiques de chacun. Or, l’internationalisation du conflit et l’implication d’éléments russes perturbateurs à dessein la rend très improbable.

Se pose désormais la question de savoir si une stratégie d’endiguement du Mali à partir des États voisins a des chances de succès, sachant qu’ils sont déjà eux-mêmes gangrenés de l’intérieur par ces mêmes problématiques ainsi que par le groupe Wagner.

S’il est permis d’en douter, son succès passerait nécessairement par une refonte en profondeur de notre politique de coopération vers un format beaucoup plus local et beaucoup plus réactif afin de recouvrer le soutien des populations locales. Mais ça, contrairement à la France et à l’Europe qui persistent à multiplier les organismes de financement et la bureaucratie qui va avec, la Chine l’a bien compris.

 

*Officine du Département de la Défense des États-Unis

**Relations de pouvoir locales, logiques de violence et participation politique en milieu peul (Région de Mopti), p 7, un rapport du projet Stabiliser le Mali, mai 2018, par Marie Brossier, Cédric Jourde et Modibo Ghaly Cissé pour le Centre FrancoPaix en résolution des conflits et missions de paix, Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques, Université du Québec à Montréal.

 

3517 vues

20 février 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

29 commentaires

  1. (Suite)
    Mais si ce sont les sauveurs de l’Islam, ils comprendront que les vieilles coutumes ancestrales reviennent.
    Ce sont les moyens-orientaux qui ont été les plus grands trafiquants d’esclaves (Le génocide voilé /Tidiane N’Diaye).
    Pour les aider, la France pourra leur rendre tous ces maliens qui ne lui sert à rien.
    Il y a des jours où on se demande si il ne faudrait pas recoloniser l’Afrique … cela leur éviterai de venir chez nous.

  2. La France a quitté l’Indochine en laissant des milliers de morts sur place, pour qui pour quoi si ce n’était lutter contre le communisme, toutes ses pertes humaines n’en valaient vraiment pas la peine, nous vivons très bien de nos jours sans nos « anciennes colonies », ils nous en reste encore dans les dom-tom ça ne suffit pas…

  3. 58 soldats français morts au combat ….. Toutes mes pensées vont aux familles de ces braves qui ont servi là bas …… Puisque notre présence au Mali est fini, que font tous ces maliens en FRANCE ? Ils devraient aller défendre leur pays maintenant que tout va mieux !!!!

  4. Qu’ils se déchirent entre eux comme avant l’arrivée des Français, si certains sont heureux de pouvoir découper les recalcitrants, ces derniers regretteront d’avoir aidé a pousser les français vers la sortie.

Les commentaires sont fermés.