Ce samedi 25 juin, Aurore Bergé, présidente du groupe Renaissance à l'Assemblée nationale, a déposé une proposition de loi visant à inscrire le droit à l’avortement dans la Constitution française « pour empêcher toute entrave à ce droit fondamental qu’est l’avortement », a précisé la députée.

Cette initiative répond à la décision prise, vendredi, par la Cour suprême américaine de révoquer le droit à l’avortement au niveau fédéral. Cette révocation permet à chaque État américain d’interdire l’avortement chez lui (selon Le Monde, déjà sept États l’ont interdit depuis vendredi). « C’est une décision catastrophique pour les femmes », a réagi Aurore Bergé, ce samedi matin, sur Inter, ajoutant : « Dans le monde, vous avez une femme qui meurt toutes les neuf minutes parce qu’un avortement a été mal pratiqué, mal sécurisé. » La nouvelle présidente du groupe LREM à l’ a donc décidé de déposer « dès aujourd’hui », cette proposition de loi inscrivant le droit à l’avortement dans la Constitution.

Vendredi, Mathilde Panot, présidente du groupe à l’Assemblée nationale, avait proposé qu’un texte soit mis en place. Elle a affirmé être « ravie de voir la Macronie se décider enfin à constitutionnaliser le droit à l’avortement ».

Les débats débuteront dès lundi pour accepter ou non cette proposition de loi.

2064 vues

25 juin 2022

Les commentaires sont fermés sur cette publication.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter