Attaque au couteau à Lyon par un OQTF : la préfète relativise

© Capture écran BFM TV
© Capture écran BFM TV

Une appréciation, lancée rapidement lors d’un point presse de Fabienne Buccio, préfète de la région Auvergne-Rhône-Alpes, en dit long sur l’état d’esprit de certains de nos hauts fonctionnaires. Interrogée sur la situation de l’assaillant présumé lors de l’attaque au couteau qui a eu lieu, ce dimanche 26 mai, dans le métro lyonnais, la préfète admet que le suspect est certes visé par une obligation de quitter le territoire français (OQTF), mais s’empresse de préciser, à plusieurs reprises, que celle-ci était... ancienne. À croire que cette OQTF non exécutée n’est pas un problème en soi…

Une OQTF non exécutée

Rapidement après l’attaque au couteau qui a fait quatre blessés, Fabienne Buccio a pris la parole pour donner les premiers éléments de l’enquête. Le profil du suspect, interpellé par les forces de l’ordre dans les minutes qui ont suivi l’attaque et placé en garde à vue - avant d’être, finalement, admis en unité psychiatrique -, est au centre des questions. « La personne en cause est un ressortissant marocain, au profil psychiatrique - je pèse mes mots - quand même chargé, puisqu’il a fait plusieurs passages dans plusieurs établissements psychiatriques, notamment dans d’autres régions », annonce, en introduction, la préfète, avant de préciser qu’il « n’était absolument pas connu des nos fichiers ». Ce n’est qu’au détour de la question d’un journaliste sur la situation migratoire de l’assaillant que le haut fonctionnaire admet enfin qu’il était effectivement visé par une OQTF. Mais immédiatement, elle précise : « Une OQTF assez ancienne, qui date de 2022. Une OQTF qui a été prise à l’époque par la préfecture de la Vienne, mais comme il a eu plusieurs passages en hôpitaux… Voilà, tout cela reste à approfondir… Mais une OQTF assez ancienne. » Comme si l’ancienneté de cet ordre d’expulsion le rendait aujourd’hui inopérant…

Les « traditions » des populations migrantes

Cette minoration de l’OQTF émise contre ce jeune Marocain de 27 ans jamais exécutée - en raison, notamment, de ses nombreux passages en hôpital psychiatrique, si on en croit le haut fonctionnaire - a rappelé à de nombreux internautes une précédente intervention médiatique de Fabienne Buccio dans laquelle la préfète, alors affectée dans le Pas-de-Calais, relativisait les incendies déclenchés par des migrants dans la jungle de Calais. « Il y a une tradition chez les migrants. Alors, on leur a dit qu’il ne fallait pas le faire, mais quand ils s’en vont, ils font brûler leurs tentes et leurs cabanes. […] On est vigilant, mais ça fait partie des traditions… », déclarait-elle à la presse. Et elle répétait à d'autres journalistes : « On peut le regretter, mais ça fait partie des traditions de la population migrante. » Une sortie médiatique qui avait indigné une partie de la classe politique. Jean-Paul Garraud, député européen du Rassemblement national, dénonçait alors une « passivité effrayante » du haut fonctionnaire. Un sentiment partagé par son collègue Jordan Bardella qui, en 2019, lors de la mutation de Fabienne Buccio en région Nouvelle-Aquitaine, commentait, sur son compte X : « Fabienne Buccio, nouvelle préfète nommée à Bordeaux à la place de Didier Lallement, était celle qui avait parlé de "tradition" des migrants quand ils avaient mis le feu à la jungle de Calais. Bon courage aux habitants de Nouvelle-Aquitaine ! »

Après Bordeaux, on retrouve cette préfète à Lyon où, à nouveau, elle s’illustre. On se souvient, notamment, de son zèle pour interdire les manifestations en hommage à Thomas, le jeune rugbyman tué à Crépol à l’automne dernier. Fabienne Buccio évoquait, alors, des « tentatives de récupération », des « slogans xénophobes » ou encore des « provocations à la haine » « susceptibles d’être prononcées », cela pour justifier son arrêté d’interdiction d'un rassemblement. En janvier, également, la préfète fait de nouveau parler d’elle en sanctionnant sept communes déficitaires en logements sociaux. Sur sa décision, ces villes de la région lyonnaise se trouvent désormais privées de leur compétence en urbanisme et se voient proposer de signer un « contrat de mixité sociale ».

Mais la préfète pleine de mansuétude pour les migrants peut surprendre : il faut souligner son action contre l’extrême gauche. Elle s’était, ainsi, opposée à la tenue d’une conférence, organisée à Lyon, de l’avocat franco-palestinien Salah Hamouri, accusé par Israël d’être proche d’une organisation terroriste et dont la « personnalité [est] extrêmement controversée », notait alors Fabienne Buccio. La préfète s’était également mobilisée pour dénoncer les violences commises par des groupuscules d’extrême gauche lors des manifestations contre la réforme des retraites. L'ombre et la lumière ?

Clémence de Longraye
Clémence de Longraye
Journaliste à BV

Vos commentaires

59 commentaires

  1. En tant qu ‘ ancien cadre de la fonction publique , je l ‘ai connu, dans les années 2000 , sous-préfète de Bayeux…jolie carrière depuis…quand on est dans le camp du Bien !!

  2. Bah, tant qu’il s’agit de proches ou des enfants des ….autres !
    Cette « préfète » est lamentable.

  3. Nous allons être dominé par les personnes  » les obligations de rester sur le territoire « 

  4. Une préfète comme bien d’autres… esclave et interprète d’une prétendue élite. Elle fera carrière jusqu’à ce que les peuples se rebellent.

    • Dans la république de Pinocchio, les garde-chiourmes ne peuvent être que des menteurs patentés, c’est même une condition préalable à leur recrutement.

  5. Gauchiste un jour, gauchiste toujours. Je m’inquiète de savoir ce que vont devenir tous ces illuminés officiels quand ils auront été virés par un futur gouvernement de droite bien musclé. Même pour ces fameux petits emplois en tension ils seraient bien incapables de se servir de leurs mains.

    • Soyez rassurés, ils ne seront pas virés par un gouvernement de droite, mais par ceux, dont pour l’instant, ils sont les idiots utiles….

  6. J’apprends par une préfette macronienne que l’OQTF avait une date de préremption puisque celle -ci date de 2022 et d’après elle , ancienne donc périmée … il doit s’en trouver à la pelle des anciennes non exécutées et donc périmées . On se fout copieusement de notre gu…. le .

  7. Magnifique ! La France vient d’inventer un nouveau concept, l’obligation non obligatoire ! Il y a quelque temps, les Français ont entendu, totalement interloqués, une déclaration du ministre Dupont-Moretti déclarer après la passage à l’acte d’un meurtrier sous OQTF : « Mais l’OQTF n’était pas obligatoire » avant de réaliser l’énormité de ses propos et se reprendre aussitôt « … pas immédiatement ».

  8. Le journal « Présent » avait publié le témoignage d’une infirmière qui a avait observé une corrélation entre traitement psychiatrique et actes terroristes -bas de gamme-. Il semblerait que les « asiles » d’Afrique du nord se déversent en Occident. Je suis, moi même, « tombé » une hôtel de 15 chambres ayant près de 200 clients journaliers. Le dossier m’a été retiré, sans restitution de la provision, par ces clients bien élevés et renseignés. La thèse de déséquilibrés serait donc parfois exacte sauf qu’il semble s’agir d’une filière comme une autre, curieusement « inconnue » des services !!!

  9. En Auvergne Rhone Alpes , le couteau sert à couper le fromage ou le saucisson , mais une richesse culturelle récemment venue avec l’immigration lui a trouvé un autre usage prisé dans la religion qui va avec .

  10. Il serait peut-être bon que les services spécialisés de l’intérieur s’intéressent de plus près aux prises de paroles et de décisions de ce préfet. En effet, tant de mansuétude à l’endroit de cette population paraît suspect.

    • Le viol des femmes dans les pays conquis serait également une tradition, tradition scrupuleusement respectées par certaines ethnies. Notre droit coutumier propre aux minorité va progresser du droit au devoir dont le cuissage, ce qui ne serait pour l’Occident qu’un retour aux sources, Français, réveillez vous allez au moins voter.

  11. Le fait que l’OQTF soit ancienne n’est pas une excuse mais au contraire un élément aggravante pour notre administration, le gouvernement et la justice! Une statistique intéressante serait de déterminer le pourcentage d’attaques en général et au couteau en particulier faites par des OQTF…

  12. Au point où on en est arrivé, il serait préférable de supprimer les OQTF puisque l’État ne sait pas les faire respecter. Où alors il serait nécessaire de les interner jusqu’à ce que leur pays d’origine accepte de les reprendre. Une remarque à ce propos, j’ai comme l’impression que certains pays se débarrassent de leurs dingues en nous les envoyant. Encore un coup de Poutine?

    • Afin de ne pas être dans l’impossibilité de les expulser, il faudrait commencer par ne plus les laisser entrer…

  13. Ce type est un assassin, un danger pour la population et doit être immédiatement expulsé ! Assez de cet anti racisme militant et aveugle qui permet tout au nom des « traditions » importées ! Notre pays n’est pas un immense asile d’aliénés devant recueillir tout les détraqués de la planète !

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois