Arnaque ! Le RIC devient une liste pour les européennes

Rien ne va plus avec les gilets jaunes. Jusqu’à mercredi soir, j’étais prêt à me joindre, une nouvelle fois, aux manifestants dont j’appréciais la pureté des intentions. Mais catastrophe. Une charmante jeune femme aux longs cheveux roux du nom d’Ingrid Levavasseur, invitée favorite des plateaux, s’est pris la grosse tête, comme l’on dit vulgairement, et a annoncé qu’elle conduirait une liste jaune pour gagner des sièges de députés européens.

La voici donc dans le moule de la politique. Avec soixante-dix-huit candidats qu’elle n’aura sans doute pas de mal à trouver sur les ronds-points. Mais qui donc va financer ce qui est une coûteuse campagne ? Où va-t-elle trouver les centaines de milliers d’euros nécessaires ? Va-t-elle ouvrir une cagnotte ? Ou, tout simplement, quels sont ses financiers ? Bernard Tapie, peut-être, qui hébergea dans les locaux de son journal marseillais leur réunion fondatrice.

Sur le site Facebook des gilets jaunes, plusieurs sympathisants crient à la manipulation politique. Benjamin Cauchy voit là des dissidents qui veulent semer la confusion parmi les gilets jaunes et l’autre vedette médiatique des gilets jaunes, celle aux yeux bleus et à la parole facile, Hayk Shahinyan, s’est autoproclamée directeur de campagne du Ralliement d’initiative citoyenne.

« Ce serait un suicide collectif ! Méfions nous ! L’équipe Macron pourrait bien être à l’origine de ce montage, histoire d’affaiblir ses adversaires aux européennes », écrit un gilet jaune sur le site officiel des gilets jaunes. Un autre avertit : « Tous ceux qui vont voter sur cette liste vont rendre service à Macron et autres pro-Europe et les aider à gagner leur combat européen/européiste ! ». Le jeune avocat François Boulo, gilet jaune habitué lui aussi des débats télévisés, tweete : « Une liste #GiletsJaunes aux élections #Europeennes2019 est une grave erreur. Le Parlement européen n’a aucun pouvoir pour améliorer la vie des gens. »

La messe est dite. L’annonce de cette liste RIC où l’on sent tout le poids du macronisme, assez mal dissimulé il faut le dire, va connaître sa première désillusion ce samedi, lors de l’acte XI où les rangs des gilets jaunes risquent d’être clairsemés ! Le candidat Marc Royer s’affichait en décembre avec un beau T-shirt bleu « Emmanuel Macron président ». Il est clair, bien que Marine Le Pen ait déclaré le contraire, que cette liste jaune va faire le jeu de La République en marche et amoindrir le score qu’auraient fait les listes du RN, de Debout la France et de La France insoumise.

André Bercoff a cité, sur Sud Radio, les listes des candidats du RIC et leurs opinions politiques. Alors que l’on espérait que les gilets jaunes soient véritablement transpartisans, comme l’a déclaré Benjamin Cauchy, on voit apparaître le fantôme d’une gauche disparue. Et comment croire Hayk Shahinyan lorsqu’il déclare, de son beau sourire déjà très politicien : « Nous, citoyens français, ne voulons plus subir les décisions des instances européennes et les diktats des castes de financiers et de technocrates, qui ont oublié le principal : l’humain, la solidarité et la planète » et affirme que ses éventuels eurodéputés auront, « avant tout, la mission de porte-parole des citoyens qui seront consultés tout au long du mandat ».

13 %, c’est le score que cette lite RIC pourrait réaliser selon un sondage Elabe. Alors, le RIC, allié caché de LREM ? On ne peut que se poser la question, dont on aura la réponse lorsque les financiers de ce nouveau parti se révéleront.

À lire aussi

Mgr Aupetit rappelle à Emmanuel Macron que le mot « catholique » n’est pas un gros mot !

En 5 minutes et 41 secondes, Emmanuel Macron n'a effectivement jamais prononcé le mot de c…