Déficit record : quand Macron faisait la leçon à Le Pen

World Leaders Address Annual United Nations General Assembly

Le chiffre est tombé comme un arbre sur la maison Macron : le déficit public de la France, en 2023, représente donc, selon l’INSEE, 5,5 % du PIB. La dette publique atteint la barre des 3.100 milliards d’euros : elle s’est accrue de… 821 milliards d’euros depuis l’arrivée d’Emmanuel Macron à l’Élysée et de Bruno Le Maire à l’Économie, en 2017. Les deux donneurs de leçons en chef au pouvoir sont aujourd’hui comptables d’un désastre financier d’une ampleur inédite (hors l'exception des deux années Covid) depuis le début de la Ve République.

Flash-back. Le 3 mai 2017, Emmanuel Macron encore pour quelques jours candidat à l'Élysée affronte en débat d’entre-deux-tours la candidate arrivée en seconde position, Marine Le Pen. L’archange de la banque d’affaires, encensé par le Tout-Paris de la finance, explique à sa concurrente : « L’État et l’ensemble des collectivités publiques sont aujourd’hui en déficit, ce qui n’est pas bon pour nous. Donc, moi, je propose de faire sur le quinquennat 60 milliards d’économies pour pouvoir baisser notre déficit de 40 milliards […] » Objectif raté ! Le Président n’a pas retranché 40 milliards, il en a donc ajouté, en sept ans, plus de 800, sur lesquels le Covid n’a pesé qu’environ 200 milliards… Le même Emmanuel Macron tirait, ce soir de 2017, l’oreille de Marine Le Pen, non sans « jouer sur les peurs », comme on dit : « [si vous êtes élue], vous allez soit creuser le déficit et dépendre des marchés financiers, soit augmenter les impôts, soit augmenter la dette. Et ce sont nos enfants qui paieront ! », accusait ce saint Jean Bouche d’or.

Le pire déficit 2023 de la zone euro

Sept ans plus tard, la vérité surgit donc nue. À dire vrai, on avait déjà perçu les craquements annonciateurs de cette incroyable faillite. Dans son rapport public 2024, publié le 12 mars dernier, la Cour des comptes présidée par Pierre Moscovici, qu’on ne peut accuser d’être une officine d’extrême droite à la solde de Zemmour, manifestait dans sa synthèse une inquiétude sur nos finances publiques. « La France a ainsi entamé l’exercice 2024 avec des finances publiques parmi les plus dégradées de la zone euro, écrivaient les magistrats. Les textes financiers de l’année ont été bâtis sur une prévision de croissance trop optimiste de 1,4 % que le gouvernement a décidé d’abaisser à 1,0 % en février, ce qui reste élevé au regard des prévisions des organismes nationaux et internationaux (0,7 % pour le consensus des économistes). » Manière de dire que le pouvoir, qui avait annoncé 4,9 % de déficit public, a volontairement surestimé la situation. Ou qu’il a menti.

C’est simple, la France signe donc le pire déficit 2023 de la zone euro, aux côtés de la Slovaquie, mais derrière l’Espagne (3,7 % de déficit) et loin derrière la moyenne des pays de la zone euro (environ 3 % de déficit). Où nous mènent les bons messieurs Le Maire et Macron ? Sans doute vers un tour de vis fiscal radical dans le pays le plus imposé parmi les nations industrialisées. Après avoir fait une descente de contrôle à Bercy, le sénateur LR Jean-François Husson, rapporteur du budget, a déjà alerté. « Le décret du 21 février, qui procède à 10 milliards de coupes dès 2024, est un avant-goût amer, et je le crains douloureux, pour la potion que va proposer, dans les semaines et mois qui viennent, le gouvernement. » Dans son rapport, la Cour des comptes évoque 50 milliards, d’ici la fin du quinquennat. Nous n’avons pas fini de casquer, signale, elle aussi, Agnès Verdier-Moninié, de la Fondation iFRAP : « Étrangement, la première question qui revient en boucle après l’annonce de ce piteux déficit public pour 2023 est : va-t-il falloir augmenter les impôts ? On a presque envie d’en rire pour ne pas en pleurer. Nous sommes déjà les champions de l’impôt ! »

Mondialisme et faillite

Retour à 2017. « Face à cet esprit de défaite [celui de Le Pen, NDLR], poursuivait Macron, moi, je porte l’esprit de conquête, car la France a toujours réussi dans le monde parce qu’elle est au monde. » Une conquête des fonds marins ? Emanuel Macron fut, successivement, quatre ans conseiller du président de la République Hollande, puis deux ans ministre de l'Économie, puis sept ans président de la République. Après treize ans durant lesquels il a exercé le pouvoir ou l’a influencé, la France n’est plus la cinquième puissance mondiale mais la septième. Elle supporte une dette considérablement alourdie et signe un déficit record. Des résultats qui dénoncent en eux-mêmes la voie suivie : celle d’un militantisme mondialiste effréné, aveugle, que rien n’atteint ni ne trouble. On connaît déjà la réponse du pouvoir : il faut plus d’Europe et plus de mondialisation. Parce que la France « est au monde », assure Macron. La France est surtout exsangue.

Marc Baudriller
Marc Baudriller
Directeur adjoint de la rédaction de BV, éditorialiste

Vos commentaires

102 commentaires

  1. Ce prophète maléfique court le monde pour distribuer ses mensonges et a leurrer ses interlocuteurs d’utopiques promesses. Il est parti signer des contrats avec le Brésil..! On se demande bien pourquoi.??? Je pense que c’est sur ordre de U.V.D.L. afin d’infiltrer les BRICS…. Il a oublié qu’ils lui ont asséné un sévère camouflet et mis un veto magistral à sa venue en le rejetant sèchement une première fois. Notre amateur « Eon » incapable ridiculise son pays, outrage les autres avec crasse orgueil et un suffisant dédain. Vivement qu’on se débarrasse de ce parasite viscéralement incompétent.

  2. Mensonges, mensonges, mensonges, toujours du mensonge et de l’incompétence. Voilà le résumé de la McRonnie.

  3. Révoltant que cet imposteur (et sa clique) arrive à garder le pouvoir …
    En d ‘ autres temps , il aurait été destitué ; le voir se pavaner partout sans complexe et donner des leçons aux autres alors que son bilan est plus que désastreux finiront , j ‘espère , par se retourner contre lui …

  4. Et si tout le monde se trompait sur la compétence de Bruno Lemaire et celle de Gérald Darmanin ? Considérons que tous deux ont parfaitement accompli la tâche que Macron leur a confié, mais qu’ils se soient simplement trompé de ministère, avec Lemaire à Beauvau, il n’y aurait plus aucune OQTF non exécutée et même aucun migrant clandestin en France, en revanche Darmanin aurait brillé dans l’exercice de conserver les milliards et de les faire affluer continuellement en masse.

  5. Le Rambo Francais, il a tellement creuse le déficit qu´il est devenu fossoyeur de la France. Il devrait présenter des excuses a MLP et celle-ci devrait largement l´evoquer a l´A.N.

  6. Les Economies chaque Français sait où les trouver . Déjà commençons pas mettre fin à une immigration qui nous coute au moins 35 Mds. Pour ça il faut avoir du courage et aller au clash avec la CEDH. Pourquoi tant d’élus ?? Communes , communautés de communes , communautés d’agglomérations , Département , Région , des doublons à la pelle; et l’AME , 1,2 Mds , on paye des retraites à des types qui n’ont jamais cotisé le moindre euro en France. On finance des associations qui ne sont que des passeurs de migrants . Macron le Mozart de la finance se révèle être le Tocard de la Finance .

  7. Si nos « élites E. M. et B. L M » veulent faire des économies, il y a à mon avis quelques bonnes pistes :
    – Réduire de 50% les émoluments de Monsieur le Président, de Monsieur le Premier Ministre et de tous les ministres et Secrétaires d’Etats
    – Réduire de 50% les retraites des Ex-présidents : Hollande et Sarkozy
    – Réduire de 50% les émoluments des Sénateurs et Députés y compris les 2 présidents d’assemblée
    – Réduire de 50% les retraites des Sénateurs et Députés
    Tout cela, bien évidemment avec effet rétroactif à la date de leur 1ère entrée en fonction et en ce qui concerne les retraites à début de leur retraite.
    A bien y regarder, cela devrait faire quelques millions d’€uros de récupérations et d’économies pour l’avenir.
    Autre réforme qui pourrait permettre des économies:
    – une réduction automatique des émoluments des parlementaires pour absence en séance
    – la non validation des votes quand moins de la moitié des parlementaires étaient présents dans l’hémicycle lors du vote; soit 175 pour le Sénat et 289 pour l’Assemblée Nationale.

    • On devrait même rajouter l’arrêt immédiat des auto augmentations mensuelles que se sont accordés sénateurs et députés , 700€ pour les premiers,300€ /mois , rien ne le justifie ou alors ils nous mentent sans vergogne encore plus que ce que l’on imagine et non pas de ce que l’on peut imaginer .

    • Et supprimer tous les avantages en nature pour eux mêmes et leurs familles. Accès aux restaurants hors classe de la République ( Elysée, A.N Sénat…).Frais de secrétariat informatique téléphone, Serviteurs hôteliers et gens de maison, secrétaires particuliers gardes du corps Chauffeurs voitures de fonction, cartes d’abonnement voyages gratuits AIR France S.N.C.F. (en 1° classe SVP) logement GRATUIT fastueux meublés par les conservatoires des mobiliers de France ( que parfois ils revendent ….) enfin qu’ils redeviennent OBLIGATOIREMENT des citoyens ordinaires comme nous tous les travailleurs pauvres

  8. Les bonimenteurs ont la mémoire courte quand vient les élections ils s’agitent et font porter la responsabilité de leurs errements à la population . Puisse cette élection européenne renverser la table pour restaurer notre Souveraineté Nationale

  9. Détruire volontairement les Etats est-il la meilleure solution pour parvenir à la fédéralisation ? C’est peut-être ce que pense Macron.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois