Nous savions déjà que l’angélisme anglais était sans limite. Sourire aux lèvres devant des manifestants barbus prônant la mort de l’Occident comme s’il s’agissait du mouvement de mécontentement d’un club de ScrabbleTM l’Anglais s’en allait convaincu d’être le citoyen le plus tolérant du monde, un phénix d’ouverture d’une beauté incomparable.

Dans la droite ligne de cette niaiserie béate, révèle que le frère de l’un des trois terroristes du London Bridge avait bénéficié de fonds publics dans le cadre d’un programme de .

Par cette aide à un personnage issu de milieux plus que troubles, l’English-bobo avait trouvé une raison de se trouver encore plus beau. Et il le fut… 7 morts, 48 blessés financés indirectement par la déradicalisation, sa bêtise virait au sublime. De ses propres deniers il payait le couteau qui allait l’égorger, le record de la tolérance était pulvérisé, il allait trépasser de son plein gré au nom de la au populisme et à tous les fascismes – sauf celui par lequel il succombait.

L’Angleterre a donc inauguré une forme de guerre inédite dont le principe consiste à fournir les armes à l’ennemi. Accepter ses menaces de mort n’était pas suffisant. Dans cette ascension vers les sommets de la tolérance, le cran supérieur imposait d’aider le vénéré pseudo- à passer à l’action.

Le Daily Mail affirme que les trois terroristes auraient pu être stoppés 18 fois avant l’. À la 20e, ils gagnaient un week-end en Syrie en pension complète. Dommage… Ou comment jouer avec la vie de ses concitoyens au nom de valeurs dévoyées visant à glorifier son immense ouverture d’esprit… À la suite du , un référendum « pour ou contre la sortie de l’angélisme » s’impose. Le Bisouxit ! A very beautiful idea!

10 juin 2017

Les commentaires sont fermés sur cette publication.

À lire aussi

Caroline De Haas nettoie toute trace de machisme du sol au plafond. Devis sur demande.

Diverses structures étatiques et privées préfèrent passer par les ciseaux acérées d'Egae p…