Le moins qu’on puisse prétendre est que l’accord de libre-échange entre l’Union européenne et le Chili, approuvé le 24 janvier par les députés de la commission du commerce international au Parlement européen, n’aura pas fait grand bruit dans le microcosme politico-médiatique. Ce qui est assez logique, en cette période de jacquerie paysanne. Silence médiatique, donc, à l’exception notoire d’Emmanuelle Ducros, de l’Opinion, qui dénonce cette nouvelle atteinte faite à l’agriculture française.

Il est vrai que ce traité, voté en comité plus que restreint, sera lourd de conséquences pour nos paysans. Le premier à monter au créneau ? Le député mariniste Thierry Mariani, qui a voté contre cet accord, en cette même commission, affirme ainsi : « Après le traité de libre-échange entre l’UE et la Nouvelle-Zélande, voici en commission l'examen du traité de libre-échange entre le Chili et l’UE. Nos agriculteurs jugeront. » Pire encore, poursuit-il, « si ce traité est voté, 95 % des échanges entre le Chili se feront sans droits de douane. Puis, en matière agricole, sachez que c’est 18.000 tonnes de plus de volaille, 9.000 tonnes de plus pour la viande porcine, 4.000 tonnes pour la viande ovine. 2.000 tonnes pour la viande bovine, sans compter l’huile d’olive, les œufs et les dérivés de l’amidon. »

Jean-Lin Lacapelle, député européen RN, nous en dit plus : « Pour le moment, la Commission européenne a approuvé cet accord. Mais il faudra encore qu’il soit ratifié par le Parlement. Là, il faut espérer qu’Emmanuel Macron n’exerce pas le même lobbying vis-à-vis de ses députés que lors du vote d’un traité similaire avec la Nouvelle-Zélande. »

Il est vrai que le texte autorisant la ratification de ce traité, voté par le Parlement européen à une large majorité, le 22 novembre 2023, ouvrait la porte plus encore à ce libre-échangisme débridé n’en finissant plus d’étrangler nos paysans. Mais, très optimiste, le député allemand Daniel Caspary, du groupe PPE (dans lequel siègent les députés français LR), n'avait pas hésité à déclarer : « Aujourd’hui est un bon jour pour l’Union européenne [...]. Ensemble, nous faisons progresser le commerce mondial fondé sur des règles, dans un contexte de vague mondiale de protectionnisme et d'isolationnisme. » On voit donc mal comment l’actuelle assemblée européenne pourrait inverser la tendance. En effet, lors de ce vote en commission, les députés macronistes et républicains ont majoritairement approuvé ce traité de libre-échange avec le Chili, suite logique de l'accord avec la Nouvelle-Zélande.

À ce titre, Jean-Lin Lacapelle ajoute : « Nous suivrons avec attention ce que voteront François-Xavier Bellamy et ses amis. » Pendant ce temps, la France d’en bas, juchée sur ses tracteurs, manifeste, bloque les autoroutes, menaçant même d’encercler Paris. Vendredi, Gabriel Attal était en Haute-Garonne pour tenter d’éteindre l’incendie allumé par les siens. Une quadrature du cercle consistant à expliquer qu’il puisse être en même temps possible d’appliquer la préférence nationale en nos assiettes tout en la faisant condamner par le Conseil constitutionnel en matière d’immigration. Ou de privilégier l’agriculture française tout en l’obligeant à se mettre en concurrence avec des exploitants agricoles ne respectant pas la moindre réglementation, d’ordre écologique ou social.

11133 vues

27 janvier 2024 à 11:35

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

54 commentaires

  1. Ce traité – « Soyez certains que le gouvernement français est contre  » – est un traité annexe au Mercosur. Voté sans hésitation pendant les troubles agricoles par Renew, le parti de Macron et Attal. De beaux discours sur la botte de paille, le contraire en actes, pas les politiciens français. Ambitions macroniennes à Bruxelles oblige.

  2. Il ne faut pas sortir de l’Europe, mais il faut la changer en votant pour les bonnes personnes!

  3. cela montre clairement que la solution de la crise agricole se situe avant tout à Bruxelles qui veut substituer des importations agricoles moins chères à la production européenne, donc française qui diminuerait de 15 %.

  4. Nous devons impérativement sortir cette « Union Européenne  » Tout en restant dans l’Europe , ce sont les « chefs  » de cette union qu’il faut atteindre .

  5. Les « écolos » de Bruxelles ( les Canfin et cie ) trouvent t-ils ça écolo que faire venir des produits du Chili ou du lait en poudre de Nouvelle Zélande etc Tout cela est une pantalonnade. Pendant ce temps, nos agriculteurs sont lésés par les  » libres échanges » faussés, mais aussi par les négociations et répartitions du fruit de leur travail. Un agriculteur expliquait que sur un chariot de 100 euros alimentaire !! , il lui revient 7 euros…. Le reste va aux tranformateurs, et la grande distribution. Eux_ dans leur auto-pub_ nous expliquent qu’ils « luttent » contre l’inflation… ( en ruinant nos paysans ! ). Un dernier point : je n’ai jamais vu de poulet du Brésil ( je préfèrerais manger une tranche de jambon que d’acheter un tel produit ) ; mais il se peut que ces produits finissent dans les plats transformés ! ? ( le peuple doit reprendre la main ! ).

  6. En regardant l’image de ces pauvres vaches, je me dis que c’est ce qui nous attend. Relisez 1984 d’Orwell.

  7. Pourquoi n’y a-t-il plus de contrôle sanitaire aux frontières ? Tous ces camions frigorifiques sont faciles à identifier, donc faciles à contrôler !!! Nous manquons de douaniers pour repérer ces barbaques du Chili, de Nouvelle Zélande, les poulets du Brésil… je reconnais que c’est plus difficile avec les produits transformés… pour y arriver, commençons par voter le 9 Juin…!

  8. En résumé, l’écologiste qui ne veut plus d’animaux de boucherie; qui veut manger végan; qui veut la fin de l’agriculture traditionnelle; même la « bio » a du plomb dans l’aile, attend des chercheurs en labo qu’ils trouvent des succédanés de viande, de légumes, etc… pour être à la pointe du monde d’après. Dans 50 ou 100 ans peut-être la France, comme tous les pays dits riches, s’enorgueillira d’avoir été une des premières à participer au modernisme voulu, ici, en matière alimentaire. Alors, pendant un certain temps, les écologistes de tout poil tolèreront que les pays comme le Chili continuent d’appliquer les méthodes agro-alimentaires d’antan mais avec l’idée qu’un jour ou l’autre, elles devront cesser partout sur la planète. C’est cela que visent les écolos. Voilà pourquoi, on assassine la paysannerie en en demandant de plus en plus d’efforts avec des normes inapplicables que l’on n’exige pas des autres pays faisant partie de ce « libre-échange » accepté. Quant à l’entretien de ces surfaces agricoles, les verts « Les soulèvements de la Terre » y compris, attendent des découvertes technologiques prodigieuses pour résoudre le problème. On en est là. Ne nous faisons pas d’illusions. Le futur sera écolo ou ne sera pas et tant pis pour tous ces gens qui n’ont rien compris de ce qu’on leur prépare. S’ils en meurent, cela ne les regardent pas, du moment qu’ils auront satisfaction dans un monde froid et aseptisé que représente la mondialisation débridée.

  9. Il est aberrant que ces européistes, qui nous enquiqu…. tant sur l’écologie punitive fassent tout pour générer du carbone à tire-larigot. Un seul cargo qui traverse l’Atlantique et/ou le Pacifique fait autant de pollution en 24h. que tout le parc automobile diesel français. On ne devrait manger QUE des produits qui viennent de notre entourage direct. Vive le LOCALISME !

  10. D’un côté, on nous bassine à longueur de journée d’acheter en circuit court, de privilégier le national et de l’autre, on va importer du bout du monde ce que nos paysans produisent sur place. Si c’est ça l’Europe, merci. On se demande si ces planqués ont été équipés d’une cervelle, ce qui m’étonnerait.

  11. Bravo à nos députés du RN qui nous apprennent ce qui ce passe à Bruxelle concernant le Chili et autre,votons tous pour le RN aux prochaines élections européenne.

    1. je suppose que ID a voté contre ce traité de libre échange! Parce que c’est le groupe du RN au parlement européen !

  12. Voila pourquoi nous devons tous être unis et tous soutenir nos Agriculteur et être avec eux ! C’est notre dernière chance ! Nous ne devons rien lâcher, rien céder et tenir bon, jusqu’au 9 Juin prochain ! C’est notre dernière combat et notre chance ultime de retrouver nos souveraineté ! Et ceci est valable pour tous les Agriculteurs d’Europe et pour tous les Peuple Européens ! Nous devons tous ensemble mettre un terme à cette tyrannie mondialiste et Européistes ! Ce message est aussi valable à nos Amis Cosaques Ukrainiens qui sont dans un galère absolut et contraire à leurs valeurs pour lesquelles ils se battent et ceci nous concernent tous ! Amitiés à tous les Peuples Européens Hervé de Néoules !

  13. Les « Pôvres » agriculteurs et éleveurs ,si ils n’ont pas l’impression d’être « COCUS » c’est qu’ils sont aveugles et sourds !! Mais je pense que ce n’est pas le cas et que ce n’est pas fini malgré le beau discours de notre premier ministre avec une botte de paille comme bureau !! La ficelle était un peu grosse !! Trop c’est trop !

    1. Ce ne sont pas les agriculteurs et encore moins les éleveurs qu’il faut tancer , mais les politiques qui siègent à Bruxelles. Quand ils sont devant les cameras de nos TV « nationales  » , ils sont tous proches des problèmes que vivent les paysans mais lorsqu’ ils sont au sein de leurs groupes parlementaires européens respectifs , ils ratifient les traités de libre échange avec des pays qui ne respectent ni les normes environnementales imposées aux français , ni celles qui concernent le respect de la condition animale! Bientôt l’Ukraine qui sert à tout et pour tout depuis les femmes pour des célibataires occidentaux en passant par les mère porteuses ,le traffic d’organes et j’en passe et maintenant les productions agricoles qui vont conccurencer les notres mais dans des conditions sociales avec lesquelles nous ne pouvons nous alligner à moins de faite venir un grands nombre de migrants en les formant rapidement et en acceptant ,de fait , non pas; le grand remplacement,b mais le remplacement total !

Les commentaires sont fermés.