À West Point, plus de « Devoir, Honneur, Patrie » mais les « valeurs de l’armée »…

©https://www.flickr.com/photos/35703177@N00/3567951622/
©https://www.flickr.com/photos/35703177@N00/3567951622/

L’affaire n’a pas eu de retentissement chez nous, tant il est vrai qu’à la différence des États-Unis, qui ont toujours eu besoin d’ennemis (« d’intégrateurs négatifs », dit-on dans le monde du management) pour faire tenir leur fragile cohésion nationale, notre vieux pays ne s’intéresse plus guère à la chose militaire. Pourtant, le changement de la lettre de mission de West Point (le Saint-Cyr américain) pourrait bien, comme en tant d’autres domaines, annoncer, via l’Amérique, ce qui risque d’arriver demain en Europe.

Depuis 1998, la devise officielle de l’école d’officiers la plus connue des États-Unis tient en trois mots : « Devoir, Honneur, Patrie ». Ce sobre résumé est emprunté à un discours que le général MacArthur avait prononcé, en mai 1962, devant les cadets de West Point. Selon le héros de la guerre du Pacifique, ces trois mots suffisaient à résumer l’esprit dans lequel les élèves officiers devaient être formés (et la formation, on le sait, est un combiné d’instruction et d’éducation).

Référence fadasse

Plusieurs journaux anglophones, dont le Daily Mail britannique, se sont fait l’écho de ce changement très progressiste. Selon le commandant de West Point, le général Gilland, c’est au terme d’un processus de réflexion incluant des « acteurs extérieurs » (qui ne sont pas nommés) que la célèbre académie a pris la décision de changer ainsi la mission qu’elle se fixe : « Bâtir, éduquer, instruire et inspirer le corps des cadets pour en faire des officiers et des chefs de caractère, dévoués aux valeurs de l’armée, et prêts à une vie au service de l’armée et de la nation ».

Cette référence fadasse change tout, puisqu’elle érige en idéal des « valeurs » non identifiées derrière lesquelles chacun mettra bien ce qu’il voudra - un peu comme nos tristes « valeurs de la République », si vous voulez. La secrétaire générale de l’armée, Christine Wormuth, ancienne chercheuse de la Rand Corporation (un think tank qui, selon ses documents officiels, « s’efforce de cultiver une communauté qui embrasse la diversité, l’équité et l’inclusion comme élément central »), a approuvé ce changement avec enthousiasme. Le chef d’état-major de l’armée, le général George, n’a rien trouvé à redire non plus. Il faut dire que l’armée de terre américaine est à mi-chemin d’un audacieux plan de réforme destiné à en faire, avant 2026, « un exemple type de diversité, d’équité et d’inclusion ». Le fait que ces mots soient aussi ceux de la Rand Corporation est probablement fortuit.

Cette nouvelle devise inclusive va-t-elle infléchir les résultats d’un sondage Quinnipiac de mars 2022 selon lequel 52 % des électeurs démocrates fuiraient les États-Unis en cas d’invasion plutôt que de se battre ? Va-t-elle permettre à l’armée de terre américaine, à laquelle il manquait, en 2023, 15.000 recrues sur les 60.000 annuelles dont elle a besoin, de redevenir attractive ? Alors que - le ministère des Armées français le révélait, le 18 mars - 77 % des Américains de 17 à 24 ans sont inaptes à l’engagement (trop gros, drogués, casier judiciaire, etc.) et que seuls 9 % des 23 % restants sont prêts à défendre leur pays les armes à la main, ce petit coup de polish wokiste va-t-il suffire à maintenir un outil de défense américain, jadis terrible, aujourd’hui corrodé par le progressisme, le fentanyl et la malbouffe ?

Devoir, honneur, patrie

Et chez nous, en France ? La belle et simple devise de l’École spéciale militaire (« Ils s’instruisent pour vaincre ») deviendra-t-elle « Ils apprennent pour travailler » ? Nous n’avons déjà aucun courage pour nommer les raisons que nos soldats auraient de vivre et de mourir. Qui se ferait trouer la peau pour l’Union européenne, les quotas diversitaires et l’humanisme frelaté de la Macronie bourgeoise ? Eh oui, les gars, la nature humaine ne change pas, les gens meurent pour leur village, leurs parents ou leurs enfants, pour être digne des copains ou de l’idée qu’ils se font d’eux-mêmes. Et tout ça se résume en trois mots : le devoir, l’honneur et la patrie.

Laissons le mot de la fin à MacArthur, toujours dans le discours de mai 1962 : « La longue ligne grise [surnom de West Point] ne nous a jamais fait défaut. Si ce devait être votre cas, un million de fantômes en treillis olive, en tenue brune, en bleu ou en gris, sortiraient de sous leurs croix blanches, martelant d’une voix de tonnerre ces mots magiques : Devoir, Honneur, Patrie. » Tremblez, Russes et Chinois, l’armée du progressisme est là qui veille.

Arnaud Florac
Arnaud Florac
Chroniqueur à BV

Vos commentaires

19 commentaires

  1. Honte à cette grande institution militaire, qui a vue naitre de grande figure militaire Américaine, comme le Général FC Marchal, le Général Mc Arthur et le plus emblématique de tous, Dwight D. Eisenhower, qui dirigeat avec brio, l’ensemble des forces Allié, contre les forces de l’axe, qui était constitué de l’Allemagne, de l’Italie et le Japon ! Il fut un mémorable Président des Etats Unis d’Amérique, qui dénonçat à la fin de son mandat Présidentielle, les risque que faisait porté sur l’équilibre démocratique et institutionnelle, le Lobie militoro intellectuelle et industrielle ainsi que l’état profond ! La Valeurs fondamentale d’une école et d’une institution ait justement et d’inculquer et d’initier le Patriotisme et la défense de la Patrie ! Hervé de Néoules !

  2. Ben quoi. Y’en a que cela étonne. De toutes façons je n’ai jamais vu les Américains gagner une guerre de soldats. Leurs capacités = Déluges de feu (Irak, nos villes de Normandie etc.) et maintenant haute technologie pour attentats ciblés à longue distance. Je n’ai rien contre eux mais je trouve qu’ils sont des alliés dangereux. Alors qu’ils deviennent woke… Ministre de l’Armées allemande, Mme Vanderlayen a bien consacré l’essentiel de son énergie à adapter ses casernes à tous les sexes…

  3. En fait l’occident n’a plus besoin d’ennemis extérieur, nos ennemis sont dans ses rangs et leurs meneurs sont nos polititiens.
    Poutine doit bien rire en lisant ça, nous beaucoup moins .un ancien gradé qui avait fait la guerre, l’Indochine et lalgerie m’avait dit en cas de guerre commence par éliminer tes gradés et les politiciens , c’est tes pires ennemis.

  4. Notre respecté président, qui ne connaît de la chose militaire que ce qu’il en a entendu dire, est prêt, lui, à intervenir en Ukraine. Un homme courageux, qui n’hésite pas à mettre la peau des autres au bout de ses convictions, pardon, de sa communication. On lui prête l’intention de modifier la fière devise de St Cyr, qui deviendrait «Ils s’instruisent pour défendre l’Europe ». C’était le projet de la LVF, avec le même ennemi. Et puis, finalement, la Russie fut dans le camp des vainqueurs. Quand on préside aux destinés d’un peuple, il est bon de connaître l’Histoire.

    •  Une idée saugrenue…. Et si Emmanuel Macron ne souhaitait pas envoyer des troupes au sol pour aider l’armée ukrainienne, mais pour amoindrir et affaiblir l’armée française ?
      Dans quel but ? Depuis la fameuse tribune de militaires ou autres généraux qui ouvrent de plus en plus leurs gueules sur YouTube et ailleurs, qui désignent Emmanuel Macron comme un danger pour la France, voire un traître, il est objectivement pensable et imaginable que notre grand président ait de moins en moins confiance dans l’armée française. Et qu’il commence même à en avoir peur…
      Et que fait-on lorsqu’on a peur de quelque chose ? On s’arrange pour éliminer cette chose. Ou du moins, on s’arrange pour l’affaiblir considérablement, afin de la neutraliser suffisamment pour qu’elle ne soit plus un danger qui vous effraie.
      Aujourd’hui l’armée française serait en état d’aller combattre victorieusement les « territoires perdus de la république » ou « territoires islamisés » si on lui en donnait l’ordre (ne serait-ce que pour aller récupérer les milliers d’armes de guerre en possession de musulmans qui ne portent pas la France dans leur cœur) ou si… elle décidait d’y aller elle-même un beau jour pour protéger la population française attaquée par des populations guidées par une volonté de nous éradiquer et de nous soumettre à l’islam.
      Mais… si cette armée française était affaiblie… alors, elle ne représenterait plus en danger potentiel sur notre sol aux yeux de ‘certaines’ de nos élites.

      • Il y a une autre façon de l’affaiblir : l’ouvrir à la « diversité », à marche forcée. Nous en sommes à 30 %, en attendant mieux.

  5. J’ai été outré d’entendre dernièrement « … le Saint-Cyr européen »…
    Oui, oui, vous avez bien lu « européen !
    Voilà où mène le wokisme gauchiste français destructeur.
    Comptant nombre de Saint-cyriens dans ma famille, j’ai cru que j’allais avaler mon quatre heures.

  6. S’il devait y avoir, en Europe et selon « les désirs » du président, une guerre de haute intensité comme disent les militaires, la France se retrouverait pire qu’en 1939. Le service militaire a, comme vous l e savez, été aboli (Chirac) or, quand on sait que 4 à 6 mois d’instruction sont nécessaires à la formation d’un soldat, et bien la guerre sera terminée avant d’être commencée et ce sans parler des moyens qui font cruellement défaut. J’ajoute qu’avec la partition du pays qui s’accélère dangereusement, il y a de fortes probabilités pour qu’un nombre important de nos « concitoyens » ne répondent pas présent à l’appel du chéchef de guerre !!

  7. Ils sont mal barré aussi les jeunes américains. Une question m’a toujours taraudé : Comment chacun fait-il pour retrouver sa casquette après ?

    • Celles qui retombent, ils se les partagent, celles qui restent en l’air, c’est pour Le Bon DIEU ! De toute façon, elles sont toutes pareilles (Paquetage) sauf la taille.

  8. Mon fils a été instruit de « ils s’instruisent pour vaincre », espérons que l’école en restera là.

  9. Les  » valeurs », les valeurs : Est-ce que j’ai une « gueule de » valeur ? Dans le baquet des soupes tiédasses qu’on nous sert ,à ne point nommer les choses, en effet elles disparaissent comme s’envolent les fils de la vierge ( fil ) à l’automne. Valeurs morales, valeurs chrétiennes, valeurs guerrières, il existe plein de valeurs. « Valeurs » tout court égale = rien..

    • Je m’imagine des « militaires trans, LBGT » (ne nous étonnons plus de rien) face à une armée chinoise, russe, iranienne, turque, libyenne ou africaine aux « valeurs athées ou coraniques »

      • Les valeurs des pays que vous citez ne sont pas athées ! Elles ont au contraire pour la plus part d’entre eux fondées sur leur Foi en leur Créateur. Chrétiens, juifs ou musulmans reconnaissent que Celui-ci est le Dieu d’Abraham. Je ne connais pas la Chine, mais ces gens là ont pour seconde peau les Traditions des valeurs familiales. Et ils sont presque un milliard à être prêts à mourir pour défendre leurs enfants.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois