Audio - Editoriaux - Entretiens - Médias - Politique - 15 janvier 2018

“À Paris, plus de 50.000 amendes contre les automobilistes, depuis le 1er janvier…”

Hausse astronomique des droits de stationnement, contraventions en rafale, embouteillages, pollution, ratés du nouveau Vélib’… Tel est, pour Serge Federbusch, le bilan d’Anne Hidalgo à Paris dans le domaine de la circulation routière.

Le 29 janvier, à 19 h 30, au café du Pont-Neuf, 14, quai du Louvre dans le 1er arrondissement, un grand débat sera organisé. Serge Federbusch, qui en sera l’animateur, répond aux questions de Boulevard Voltaire.

Serge Federbusch, pourquoi organisez-vous un débat sur la circulation à Paris?

“Il faut bien comprendre que la maire a décidé de ne pratiquement pas mettre d’argent dans la réfection de la voirie et de la chaussée depuis deux ou trois ans. Des nids de poules se forment partout. Les cyclistes sont aussi furieux que les autres, sans parler des déboires avec les “Vélibs”.
La cible principale est bien évidemment les automobilistes, mais il y a d’autres cibles collatérales.
Elle est prise et portée par son élan démagogique de faire de la lutte contre l’automobiliste une espèce de réflexe identitaire de sa mandature.
Elle a fermé les voies sur berge rive droite à la circulation automobile contre l’avis de la commission d’enquête parlementaire. Cela provoque de la congestion et de la pollution.
Elle a modifié le régime des droits de stationnement avec des amendes en rafales. On parle de plus de 50 000 amendes contre les automobilistes en l’espace de 10 jours depuis le 2 ou 3 janvier. C’est une politique tous azimuts pour essayer de décourager la voiture pour des raisons essentiellement de communication afin de flatter un électorat un peu fantasmatique de gens qui n’utilisent pas la voiture.
Cela étant, elle porte préjudice à tout le monde. Cette politique est contre-productive, puisqu’elle augmente la pollution et la congestion .
C’est pour montrer cela que j’organise ce débat le 29 janvier à 19h30 au café du pont neuf. Je convie tous nos éditeurs et tous les lecteurs de Boulevard Voltaire à suivre ce débat au café du pont neuf, à côté de la Samaritaine, métro Pont neuf. Beaucoup d’intervenants seront présents, automobilistes, piétons, commerçants et motards. Ils auront des choses à dire et nous pourrons échanger. Il y a des solutions pour sortir de cela par le haut.”

Les municipales ne sont plus très loin.
Est-ce qu’Annie Hidalgo peut être réélue?

“Je crois qu’elle a vraiment du “plomb dans l’aile”. Elle a d’abord déçu et irrité beaucoup de monde. Les gens qui lui resteront fidèles sont ceux qui sont dans des logements clientélistes ou subventionnés par les associations. C’est quand même assez fragile et insuffisant pour être réélue.
Il y a aussi le problème d’En Marche et des macroniens. Ils vont essayer de lui prendre la mairie parce que Macron a besoin d’une victoire symbolique aux municipales à Paris.
Ce sera deux ans avant les prochaines Présidentielles. Il voudra montrer qu’En Marche, ce n’est pas que lui.
Prendre la mairie de Paris au Parti socialiste et Anne Hidalgo serait un trophée. Je crois qu’ils vont s’entre-tuer.
Tous ces facteurs mis bout à bout risquent de porter gravement préjudice à Hidalgo. Mais, le plus grand préjudice sera la candidature que je vais essayer de susciter de la droite, du centre et toutes les oppositions pour apporter des solutions pérennes aux problèmes de la ville et revenir à une gestion saine. Il faut revenir à une gestion en bon père de famille de cette ville qui est aujourd’hui gérée en dépit du bon sens. Il faudra toutefois éviter qu’elle ne soit récupérée par les macronistes qui feraient exactement la même politique qu’Hidalgo, de la même manière que Macron fait la même politique que Hollande, mais simplement un peu plus soutenue par les médias.”

À lire aussi

Serge Federbusch : “La légère hausse d’Anne Hidalgo s’explique par le discrédit du macronisme.”

Et je vous promets que les aménagements de voirie les plus ineptes seront évalués et corri…