800.000 passes sanitaires désactivés ce samedi : l’écheveau ubuesque des décisions et des règles

masque

Ce 15 janvier, une petite guillotine va clignoter sur l’application #TousAntiCovid des mauvais Français qui n’auraient pas respecté leurs obligations sanitaires.

Fini pour eux, l’accès aux bonnes tables vegan de TripAdvisor, au Musée national de l’histoire de l’immigration ou à l’exposition Soulages (bouleversante d’émotion, même en cas de panne de courant) : leurs vies sont vouées à l’enfer d’emm… souhaité par notre bien-aimé Président-protecteur-suprême.

Vous trouverez sans peine sur Internet, en fonction de votre historique pathologico-vaccinatoire, de votre IMC en données corrigées des variations saisonnières et des avis du GIEC, les conditions impératives, dérogatoires, suspensives voire frauduleuses s’appliquant à votre cas, nonobstant celles recommandées par l’OMS, celles interdites par le Code de la santé, mais compte tenu de celles réintroduites par le Conseil constitutionnel, qui ne tarderont pas à être invalidées par la Cour européenne des droits de l’homme.

En résumé, c’est trop tard, ça n’empêchera rien, ça ne sert à rien, sauf à justifier les émoluments de milliers de bénéficiaires de la grille de la fonction publique : quoi qu’on fasse, Omicron nous apporte sur un plateau l’immunité collective tant espérée, même si on ne sait pas pour combien de temps.

« Arrière, Big Pharma, choper le Covid, c’est bio, c’est bon ! » pourrait être le nouveau slogan fédérateur des écolos-gauchos et des autorités sanitaires. Ce que la plus haute d’entre elles, Olivier Véran, vient de démontrer en affichant fièrement sa positivité au virus et son isolement. Pour une semaine seulement, hélas, parce que beaucoup, à commencer sans doute par Blanquer, le souhaiteraient plutôt définitif et aux Kerguelen, mais c’est un autre dossier…

Notez que, dans le sillage du tribunal administratif de Versailles, l’obligation du masque en extérieur va sauter partout. Il n’avait jamais servi à rien, tout le monde le savait, mais c’est comme l’histoire du fou qui se tape sur la tête avec un marteau : « Ça fait tellement de bien quand ça s’arrête ! » Mais l’ardente obligation préélectorale tient toujours : saturer le paysage audiovisuel avec le Covid. Tout ça… pour ça ! est un film français réalisé par Claude Lelouch et sorti en 1993. On a tout ce qu’il faut pour faire un remake…

Richard Hanlet
Richard Hanlet
Médecin en retraite, expert honoraire près la Cour d'appel de Versailles

Vos commentaires

48 commentaires

  1. Et voilà comment nos bienfaiteurs en remettent une couche afin de mettre ceux qui ont « perdu » leur « laissez-passer » le 15 janvier contre ceux qui ont satisfait – même si c’est à reculons ! – aux trois doses ! La logique voudrait maintenant qu’ils nous trouvent une nouvelle peau de banane à nous glisser sous les pieds pour poursuivre « quoi qu’il en coûte » leur sordide abonnement à la vaccination… Et vous voudriez qu’on fasse encore confiance en cette bande d’amateurs ?

  2. Nous , qui docilement nous sommes faits vacciner depuis le début commençons à réaliser l’esbroufe .. combien de doses encore ? … Certaines sources en avancent 7 .. !

  3. Je pourrais intenter une action contre l état pour graves entraves à mes libertés, en apportant la preuve que que je n ai ni contaminé, ni transmis le virus en 2 ans alors que je n ai respecté aucun geste barriere, accueillis des dizaines de personnes dans mon bureau les priant de se débarrasser le leur masque en serrant des mains,en faisant la bise , côtoyé des testés positifs dans ma famille, et à bientôt 66 ans je suis toujours en vie. Mais depuis juillet je suis banni de toute vie social

    • Moi j’ai fais comme vous et je suis encore là, mais j’ai été éloigné de certains moutons de ma famille et amis. Mais je persiste je ne ferai rien tant qu’on m’y obligera, car c’est très soupçonneux

  4. Est-on certain que 50 millions de Français soient vaccinés et non 16 miilllions qui font en réalité paniquer pfizer… ces 800000 montrent un réveil mais combien ne sont pas comptés de peur de ne pas pouvoir fourguer les vaccins ???? On a vu hier au JT que les centres de vaccinations sont… quasi vides…. bon signe.

  5. entièrement d’accord avec votre analyse et les français se laissent piéger par ces manipulations à but électoraliste.

  6. Plus facile que de désactiver de cartes vitale illégales !
    D’ailleurs, c’est clair, il a été répondu à la sénatrice UDI Nathalie Goulet et la députée LREM Carole Grandjean que c’est inopportun politiquement !

  7. Vous êtes médecin. Vous rappelez vous comme il est agréable en sortant de « salle d’op » de se débarrasser de ce foutu masque? Et dire qu’on l’impose TOUTE LA JOURNÉE à nos enfants terrorisés lorsque celui-ci glisse un peu sur le nez même dans la cour de récréation! Ils seront marqués à vie par ce triste épisode. Pouvons nous faire quelque chose pour arrêter cet abus d’autorité qui n’a plus rien de sanitaire?

  8. l’obligation du masque en extérieur va sauter partout. Il n’avait jamais servi à rien, tout le monde le savait, mais c’est comme l’histoire du fou qui se tape sur la tête avec un marteau : « Ça fait tellement de bien quand ça s’arrête ! »
    Sauf que là le fou tape sur NOS têtes avec son marteau déchaîné.

  9. L’auteur évoque la guillotine, certes, mais vu qu’elle est de sortie, ne pourrait-on en faire un meilleur usage ?

  10. Rien à foutre du passe à mon âge je ne vais pas aux restaurants pas aux spectacles juste faire des achats pour manger .

    • Je me passe très bien des bars et restos, j’en profite pour lire beaucoup, n’oubliez pas d’aller prendre l’air et marcher un peu, c’est bon pour la santé et le moral.

    • Vous avez bien raison à condition de ne pas aller chez Leclerc! Pas besoin de restaurant pour vivre. Petits repas à la maison avec les amis (si vous en avez encore!!) promenades, s’asseoir sur un banc. Une vie simple qui revient à l’essentiel. Voici le vrai bonheur. Je suis pourtant privée de mes enfants vivant à l’étranger et que je n’ai pas vus depuis plus de deux ans! Heureusement, il y a SKYPE mais ça ne remplace pas la tendresse lorsque l’on se retrouvait dans les bras l’un de l’autre.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois