À deux semaines du premier tour des législatives, la non-campagne bat son plein. L'enjambement électoral souhaité par le candidat Macron puis le Président réélu fonctionne parfaitement. Même la nomination d'Élisabeth Borne n'a rien troublé, comme le montre un sondage publié, cette semaine, par Les Échos, ce qui est tout de même embêtant pour la majorité. Passe encore qu'Emmanuel Macron soit le premier Président élu ou réélu à ne bénéficier d'aucun état de grâce, mais si même la nouveauté que constitue toujours une nouvelle figure à Matignon ne produit aucun élan, cela peut devenir problématique pour la majorité.

Le même sondage annonce un 26 % (-1) pour Renaissance, la nouvelle étiquette macroniste, et une majorité confortable de 295 à 335 sièges. 26 % : exactement le niveau que lui donne le dernier sondage de Cluster 17, publié vendredi 27 mai. Sauf que là, c'est la NUPES de Mélenchon qui est donnée nettement en tête, avec un impressionnant 30 % et une projection en sièges qui rapprocherait la coalition de gauche de la majorité absolue. Certes, Cluster 17 a par le passé souvent été critiqué par la Commission des sondages. Mais la NUPES est, depuis le coup de maître de Mélenchon qui a su faire fructifier sa troisième place de la présidentielle, constamment donnée entre 25 et 30 %, en première ou deuxième place.

Et la droite, dans tout ça ? Pour Cluster 17, le RN obtiendrait 19 %, LR 10,5 % et Reconquête 6 % (respectivement 21, 11 et 5 pour le sondage OpinonWay publié par Les Échos). La projection en sièges serait catastrophique : entre 50 et 70 sièges pour LR, entre 14 et 34 pour le RN.

D'ailleurs, ses dirigeants semblent déjà avoir intégré cette défaite en passe d'être historique. Samedi, en campagne dans le Var, Éric Zemmour s'est montré direct : « L’union de la gauche autour de Jean-Luc Mélenchon et de l’islamo-gauchisme va dépasser allègrement les 100 députés et sera évidemment la principale force d’opposition au macronisme. C’est évident, c’est sûr, c’est déjà réglé, et évidemment le choix fait par Marine Le Pen en particulier, et aussi les dirigeants de LR, est qu’ils arriveront eux-mêmes avec des petits groupes, mais apparemment ils s’en satisfont. » Éric Zemmour s'est posé en Mélenchon de droite incompris : « Moi, j’ai voulu rassembler, comme l’a fait Jean-Luc Mélenchon à gauche, comme l’a très bien réussi Jean-Luc Mélenchon, mais manifestement ni Marine Le Pen ni les dirigeants de LR n’ont voulu ou su en faire autant. »

Jeudi, c’était Marine Le Pen, en campagne en Seine-Maritime, qui avait lancé ses propres accusations : « Si dans un certain nombre de circonscriptions, nous n’arrivons pas en tête, ce sera également le fait [des] candidats [de Reconquête], alors qu’ils savent pertinemment qu’ils n’auront pas d’élus. »

Du côté de LR, on espère résister, comme il y a cinq ans. Alain Marleix, le père du député LR Olivier Marleix et fin connaisseur de la carte des 577 circonscriptions (c'est lui qui fut l'auteur du dernier découpage électoral, en 2010), a confié au Figaro que LR pourrait conserver 85 circonscriptions.

Il n'empêche, pour la droite, après celle de la présidentielle, la défaite serait historique, et si, comme les sondages l'annoncent, les deux blocs Mélenchon-Macron rassemblaient 500 députés, n'en laissant que 80 aux droites divisées, ce serait pour elles une véritable année zéro qui leur imposerait un aggiornamento. Et pas seulement les traditionnels règlements de comptes.

6175 vues

29 mai 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

81 commentaires

  1. Zemmour a certes divisé la droite au premier tour. Le motif de sa présence ? Il ne l’a pas caché : la médiocrité de MLP face à Macron. Il prétendait que le scénario de 2017 ne pourrait que se reproduire. Et MLP s’est efforcée de lui donner raison.
    Zemmour n’est sans doute pas l’avenir de la droite, mais MLP encore moins – elle a trop de complaisance envers nos ennemis. Cherchons mieux. Par exemple en imaginant ce que serait un ministère de droite. Cela pourrait faire émerger des idées.

  2. Consulter les listes electorales vous verrez qu’à gauche il y a un grand nombre de candidats dissidents plus ceux du PRG pour qui les electeurs de gauche voteront en leur âme et conscience rejetant cette union contre nature avec les islamo gauchistes. Les legislatives ne sont pas la présidentielle savoir qui va se desister au seconde tour et pour qui relève de la devinette et les sondeurs ne sont pas des devins. Ajouter à cela les possibles triangulaires. Votez contre M&M.

  3. Les plus stupides dans cette affaire, sont encore les électeurs. Mélanchon offre le mérite de mettre le Chaos partout…
    L’Union des Droites, ne peut se faire et le RN est de Gauche…

  4. LR sont des carriéristes qui faisaient alliance avec la Gauche pour faire barrage au FN, mais ont refusé d’en faire avec Zemmour ! De plus, les medias mainstream ont diabolisé « Z » et fichu une paix royale à MLP pour que le duel Macron/LePen soit acté, garantie de sa réélection ! Zemmour a raison de dire qu’elle ne veut pas le pouvoir, mais sauver sa boutique ! Je ne comprends pas que les électeurs de MLP n’aient rien vu pas plus sa « gauchisation » et son clientélisme élect. chez les muz ?

  5. Beaumarchais disait : « les réputations sont faites par des gredins et répétées par des sots

  6. Le renouvellement de l’opération Sarkozy contre le Front national, toujours avec Bolloré mais cette fois avec Zemmour contre le Rassemblement national a fini par faire un bide. Les Républicains qui n’étaient pas déjà recasés chez Emmanuel Macron sont allés rejoindre les autres.

    Mais ils n’ont pas fait tout cela pour rien, la droite peut mourir avec le sentiment du devoir accompli : ils ont réussi à faire élire Emmanuel Macron pour la seconde fois.

  7. si d’aventure on avait un gouvernement avec l’islamo gauchiste Mélenchon et notre éternel Jupiter , il nous faudra très vite changer de nationalité pour rentrer dans le rang.

  8. Si la droite en 81 avait fait un pied de nez à Mitterrand qui leur a jeté Le Pen dans les pattes nous n’en serions pas là. La gauche peut se permettre d’amalgamer toutes les gauches mais c’est interdit pour la droite ne nous en prenons qu’à nous-mêmes.

  9. La Droite avec NDA et J Lassalle c’est un leurre…..Vous ne savez pas ce qui se cache derrière eux….Quant à MLP de R.N. elle est aussi entrée dans le Système….
    J’attends surtout de voir combien de Députés siègeront vraiment présents pour voter les Lois. Parce que pour voter le Pass Sanitaire, une véritable arnaque, très restrictif de la Liberté, et d’ailleurs même Mélenchon était contre et les injections ARNm, les Députés étaient moins du tiers présents…C’est la Démocratie !

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter