Un agresseur d’Alain Finkielkraut issu de la « mouvance islamiste », mais ils ont les yeux braqués sur la ligne Fachinot

Le film, sorti en 2013, s’appelle Austenland. Du nom d’un parc à thèmes consacré au célèbre auteur anglais du XIXe. L’héroïne ? Une sorte de Bridget Jones s’étant trompée d’époque. Elle se rend à Austenland, le cœur battant, pour enfin laisser libre cours à sa passion des bonnets à ruchés, des corsets à lacets, des bottines à boutons et des gentlemen à épouser.

Nombre de nos politiques et politologues se sont aussi trompés d’époque. Leur monde imaginaire s’appelle Thirtiesland – Emmanuel Macron l’a visité, le 31 octobre dernier, mettant en garde « contre un retour aux années 30 » (Ouest France) – et ils entendent qu’on les y laisse évoluer en paix, faire galoper leurs fantasmes, caresser leurs illusions, se draper dans les atours de l’époque qu’ils jugent si seyants à leur teint et si bénéfiques pour le prochain scrutin, poursuivre l’antisémite de jadis qu’eux autres ont choisi, comme à Austenland on traque sans répit M. Darcy. Ils en rêvent la nuit, en perdent l’appétit. Et ils ne détestent rien tant que ceux qui veulent les ramener prosaïquement à la réalité d’aujourd’hui.

Sauf que si le très à l’eau de rose Austenland peut attendrir, c’est un cinéma très dangereux auquel se livrent ceux qui finissent par prendre en grippe – comme Thomas Guénolé – la victime elle-même parce qu’elle les dérange dans leur rêverie secrète.

« Il y a un nouvel antisémitisme […]. Il ne faut pas tout confondre, c’est pas les années 30 », a témoigné Alain Finkielkraut sur CNews, dimanche. Il ne fait que répéter là ce qu’il disait déjà en 2014 (FigaroVox) : « L’analogie avec les années 1930 prétend nous éclairer : elle nous aveugle. »

Sur LCI, peu après son agression, il évoquait une « réthorique islamiste » de la part d’un homme « légèrement barbu »« Tu es un haineux, tu vas mourir, Dieu va te punir. »

De fait, l’un des agresseurs, selon Le Parisien, a été reconnu par un policier comme « ayant évolué, en 2014, dans la mouvance radicale islamiste ».

Or, la mouvance radicale islamiste est à Thirtiesland ce que la mini-jupe est à Austenland : un anachronisme. Qui force les doux rêveurs à revenir sur terre… ou pas : « Écœuré comme prévu le discours de Finkielkraut ce matin sur LCI passé de victime à accusateur des banlieues… ça va être une longue semaine », a tweeté Yassine Belattar. S’attirant aussi sec cette réponse moqueuse de Gilles-William Goldnadel : « Avec la meilleure volonté du monde, il était difficile de demander à Finky, rien que pour vous faire plaisir, de décrire son agresseur avec une petite moustache à la Hitler si celui-ci portait une barbe plus réglementaire. »

Samedi soir, Alain Finkielkraut confiait au Parisien : « Ça m’étonnerait que ce soient des gilets jaunes d’origine […] Je pense que je n’aurais pas subi le même genre d’insultes sur les ronds-points. » C’est évident. Dans son livre-enquête sur Sarah Halimi – trop visiblement juive pour être en sécurité dans son quartier de Belleville où le vivre ensemble est désormais un oxymore -, la jeune journaliste Noémie Halioua évoque, du reste, cette « alyah interne » des juifs, pour un autre quartier jugé plus sûr, « épousant ainsi la destinée des classes populaires décrites dans La France périphérique ». Ces « gilets jaunes d’origine », comme les appelle Alain Finkielkraut.

Rejouer sans cesse la guerre d’avant plutôt que préparer celle d’après est une erreur récurrente dans l’Histoire. A-t-on assez reproché à ces pauvres stratèges militaires de l’entre-deux-guerres d’avoir gardé les yeux sur la ligne Maginot dont ils étaient si fiers sans anticiper le Blietzkrieg.

Que dira-t-on, plus tard, de nos stratèges politiques d’aujourd’hui, arc-boutés sur leur « ligne Fachinot », et qui ne pourront même pas arguer, comme les généraux d’hier, que rien ne laissait prévoir une telle situation ?

À lire aussi

Gabrielle Cluzel invitée de « L’Heure de Bachelot » du mercredi 20 mars 2019 sur LCI

Imprimer ou envoyer par courriel cet article « L’Heure de Bachelot » du mercredi 20 …