Pierre de Villiers à la tête du FN, rassembleur de la droite nationale !

Économiste
 

« Sire, il est difficile de servir et de plaire à la fois », disait à Louis XIV le maréchal de Villars. Le chef d’état-major des armées Pierre de Villiers, en conflit avec le Président joueur de flûte Macron, a démissionné le mercredi 19 juillet 2017, suite à l’insuffisance du budget des armées (1,6 % du PIB au lieu des 3 % nécessaires) et au scandale du financement exclusif du budget OPEX (opérations extérieures) par ce même « budget croupion », ce qui représente une coupe supplémentaire inacceptable de 850 millions d’euros.

« J’ai toujours veillé, depuis ma nomination, à maintenir un modèle d’armée qui garantisse la cohérence entre les menaces qui pèsent sur la France et sur l’Europe, les missions de nos armées qui ne cessent d’augmenter avec les moyens capacitaires et budgétaires pour les remplir. » Les militaires, tout comme les hommes de la droite nationale, savent qu’il faut se donner les moyens de sa politique ou, sinon, faire la politique de ses moyens, d’autant plus que l’insuffisance des équipements militaires met en jeu la vie de nos soldats. Sans hélicoptère, par exemple, on se déplace en camion sur les pistes du désert et parfois on saute sur des mines !

Macron ne représente que 18 % des électeurs inscrits et a tout du petit chef sans autorité régalienne naturelle qui se comporte comme un petit caporal au nom de la seule autorité formelle, celle qui ne se mérite pas mais qui vous est donnée, comme dans son cas, par la chance, les médias vendus et surtout par le fait que les Français, suite à l’affaire Penelope, n’ont pas été capables de faire la distinction entre un problème ponctuel de morale privée et le choix d’un homme qui allait causer un mal public irréparable à la nation en laissant, entrer en cinq ans, 1.500.000 immigrés de plus ! Les seuls responsables de l’immigration ne sont pas les immigrants mais nos lâches dirigeants sans enfants comme Macron et Merkel, qui non seulement sont incapables de les arrêter avec notre Marine de guerre en Libye, mais les attirent avec des allocations que ne donnent pas des pays tels que l’Arabie saoudite, le Japon, la Corée, l’Australie, les pays européens de l’Est.

Cela coûtera à la France des millions de salaires de Penelope, non seulement sous forme des allocations AME et des innombrables aides sociales, mais aussi des coûts de sécurité quotidienne et des morts innombrables lorsque éclatera la guerre civile.

Il se trouve que 88 % des Français veulent un vrai chef, pas une Marine Le Pen ni un énarque sans convictions, style Macron, qui n’a jamais fait de service militaire, s’enfuirait au premier coup de fusil et dont la seule véritable vocation est de vivre dans le monde non régalien de l’argent, des stock-options, des banques et des jeunes pousses.

La droite nationale doit se trouver un vrai chef capable de regrouper toutes ses tendances, des chrétiens aux laïcs, des royalistes aux républicains, des bourgeois conservateurs libéraux aux ouvriers patriotes, des identitaires hexagonaux aux pro-européens avec des valeurs sociétales traditionnelles. Ce chef devrait entraîner l’adhésion aussi bien des électeurs du FN que de ceux des LR ayant des convictions fortes, ceux qui ont voté Fillon pendant les primaires et qui se sont rendus au Trocadéro.

La seule arme possible de la droite nationale capable de sauver la France, que ce soit pour l’invasion migratoire ou le budget de nos armées, c’est de parler vrai avec un vrai chef, tel que Pierre de Villiers, candidat naturel tout désigné pour succéder à Marine Le Pen et entraîner un véritable renouveau du FN, et non le bricolage auquel on assiste actuellement.

POUR ALLER PLUS LOIN