Lit de camp et seau d’eau : à Saint-Martin, Emmanuel Macron en a fait des tonnes

Ecrivain, journaliste
Son blog
 

« La mise en scène d’Emmanuel Macron à Saint-Martin qui dort sur un lit de camp et se lave au seau » (« Le Lab » Europe 1), « Aux Antilles, Macron soigne sa mise en scène », « avec de gros sabots » (L’Express), « Au risque peut-être d’en faire un peu trop » (Paris Match)… Tels sont les commentaires glanés dans la presse, après la nuit à la dure ostentatoire du président de la République à Saint-Martin. « Après Top Gun [allusion au passage sur la base d’Istres ], Koh-Lanta sur #Macron TV », ironise sur Twitter le journaliste Alexandre Devecchio, avec un succès certain si l’on en croit le nombre de retweets.

Napoléon mâtiné de Kouchner, Emmanuel Macron n’y est pas allé avec le dos de la cuillère. Il a même eu la main un peu lourde. Il en va de ces choses-là comme du reste : trop de communication tue la communication.

Bien sûr, le bon sens élémentaire, la décence commune soufflaient en la circonstance d’éviter l’hôtel de luxe avec spa – si tant est qu’il en reste un seul debout à Saint-Martin – mais nul n’aurait été choqué de savoir qu’Emmanuel Macron avait pris une vraie douche. Surtout si, auparavant, son gouvernement n’avait pas fait preuve de l’impéritie que l’on sait.

Emmanuel Macron en combinaison de vol ne règle pas les problèmes de la Défense. Pas plus que, doté d’un pot de chambre et d’un gant de toilette, il ne résout ceux d’une île dévastée par l’ouragan et les pillards. S’afficher le visage grêlé d’acné et chaussé de Stan Smith ne saurait suffire à venir à bout des insuffisances de l’APB. Enfiler une blouse de nylon devant Whirlpool sur le costume présidentiel n’aurait pas amorcé l’ombre du début d’une solution pour les salariés. Pire : ces postures vexent les intéressés, qui sentent confusément qu’on se paie leur tête. Comme un petit-fils qui, ayant laissé croupir sa grand-mère durant des mois dans sa maison de retraite sans décrocher son téléphone ni envoyer l’ombre d’un chèque, se pointerait un matin, avec un déambulateur et en pantoufles, pour marcher péniblement dans le couloir à ses côtés : « Et tu te fous de moi, en plus, mon garçon ? »

C’est le gouvernement par identification. On a bien intégré les méfaits du bling-bling sur l’opinion publique, alors on lui préfère le snif-snif. Le Kleenex remplace la Rolex, mais reste tout aussi voyant. Et agaçant. Dans une démarche qui se veut vaguement christique, le grand de ce monde chemine – 30 secondes – avec le pauvre. Auquel ça fait une belle jambe. À tout prendre, le cancéreux en chimio préfère un médecin doté d’une tignasse opulente qui le sauve plutôt qu’un chauve qui le tue.

POUR ALLER PLUS LOIN